Les opérateurs désirant produire ou importer le gel hydro-alcoolique invités à retirer une pré-autorisation    Registre de commerce: 11.427 nouveaux inscrits en mars    Barça : Bartomeu obtient la démission de six membres de la direction    Barça : Messi réagit à la rumeur qui l'envoie à l'Inter Milan    Ouargla/Covid-19 : initiative d'un groupe de jeunes au profit de la polyclinique de Sidi-Khouiled    Coronavirus à Chlef : un médecin volontaire pour soigner les paysans dans les zones reculées    Tlemcen : Belkhir Nesrine, une infirmière face au coronavirus    Coronavirus: l'agenda culturel chamboulé en Algérie    OPEP + : Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour dont 200 000 barils pour l'Algérie    Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Suspension de la rotation des Casques bleus    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Les marchés pétroliers entre doute et optimisme    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    La FIFA contre les championnats à blanc    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    L'Armée détaille son plan de bataille    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À l'heure du Mondial
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 06 - 2018

L'heure est fixée sur le mondial en Russie. Même si notre télévision nationale ne nous propose aucun match, le système D algérien fonctionne à merveille. On cherche, on fouine et on trouve. La télé allemande nous offre tous les matchs, à l'œil, gratis, batolis. L'écueil de la langue ? Et alors ? D'ici la fin du mondial, l'algérien parlera à merveille la langue de Goethe. En ce qui me concerne, je me régale ; je me gave de ballon rond ; je fais en sorte de ne louper aucun match. Puis, on voit du beau football. Puis, il n'y a plus de petites équipes. Puis, il n'est pas simple de faire un pronostic. Puis, merci les allemands. Puis, tant pis pour notre télévision nationale. Puis, merci le système D algérien. Puis, tant pis pour l'équipe algérienne. Au fait, Madjer a été dégommé, il a refusé de rendre le tablier. Au fait, est-ce l'entraîneur qui fait l'équipe ? Des joueurs qui n'ont rien sous la godasse auront beau disposer du meilleur entraîneur du monde, ne feront que de la pâle figuration sur le terrain. Maintenant, il faut trouver l'oiseau rare. Puis, il faut trouver surtout les joueurs qu'il faut. Ceci est mon avis ! Je le dis, comme je le pense. Pour le reste, il y a le mondial où des artistes écrivent des poèmes avec la «Debboukha». Notre football est l'image du reste ; quand tout va mal, tout va mal !
Bien malgré moi, je vais encore parler du cinquième mandat. J'y suis obligé ! Le patron du RND (pardon, ou le Premier ministre) se met dans les rangs. Il ne pouvait pas faire autrement. Un destin national ne se réalise pas «comme ça». Juste «comme ça». Ouyahia s'est toujours déclaré non candidat, dès lors que Bouteflika est sur la ligne de départ ; il s'est piégé lui-même, d'une certaine manière. Comme le cinquième mandat est ficelé, il ne peut que se ranger derrière le Parti-Tout, le FLN. Il n'a pas d'autre choix, même si le patron du FLN lui coupe à chaque fois la chique. Attention, avertit Ould Abbès, nous sommes les premiers à avoir appelé ce cinquième mandat ! Qui a appelé le premier au cinquième mandat ? C'est nous. Ce n'est pas vous. Il n'est plus question de l'opportunité de ce cinquième mandat, il est désormais question de celui qui a appelé en premier, avant tout le monde. Le FLN a la partie belle ! Le TAJ rejoint les hérauts du prochain mandat. Quant à Benyounès, il attend zaâma septembre pour décider. Plus hypocrite que ça, tu meurs !
En ce qui me concerne, je sais que les jeux sont faits. Un miracle, peut-être ? Mais de quel miracle parle-t-on ? Il n'y a pas de miracle en politique, il y a un rapport de force à établir et des urnes à remplir par un vote populaire. Comme il n'y a pas d'opposition crédible, je ne vois pas qui arrêtera, en 2019, le cinquième mandat. Les jeux sont faits, le vote est plié ! Je ne vois pas, au sein de l'opposition, un politique à même de rallier les suffrages des algériens pour chiper ces élections. Il n'y a pas une personnalité forte, charismatique, comme l'avait été Boudiaf, pour fléchir le destin de l'Algérie. Personnellement, je n'en vois pas ! Zeroual aurait pu ; il a fait illusion, un moment ; il y avait un chouia d'espoir ; mais Zeroual a préféré rentrer chez lui, à Batna ; jusqu'à présent, nul ne connaît encore les raisons exactes de sa démission.
L'opposition ne sert que de faire-valoir démocratique ; bien sûr, dans les années quatre-vingt-dix, le FFS et le RCD avaient fait illusion, n'eut été un problème de leadership. Figure historique, Aït Ahmed décède (Allah yerrahmou), son parti ne se retrouve plus, entre le «Cabinet noir» et sa proposition de consensus national ; quant à Saïd Sadi, éreinté certainement, il a préféré donner l'exemple de l'alternance ; mais son parti n'a plus de mordant.
En attendant, le bac a tiré son rideau. Ça y est ! Internet revient, hourrah ! La chaleur s'installe progressivement. D'aucuns penseront au farniente. La Tunisie est dans toutes les têtes. Il fait beau là-bas, aussi. L'accueil est excellent. On y mange bien. Puis, le Consulat français a mis un tour de vis supplémentaire aux demandes de visa. Faffa ne veut plus de nous. C'est de bonne guerre. Le Maroc est un beau pays ; dommage, les frontières sont fermées. La Turquie ? Oui, pourquoi pas ? Puis, plus rien ! Où donc aller ? Je vais vous le dire : je reste ici, ma n'boujijch ! L'Algérie est un beau pays, ya kho ! Nos plages sont gratuites, parole du ministre de l'Intérieur ; il sait de quoi il parle. Les parkings sont gratos. Le sable est fin, doré ; la mer est belle ; les estivants sont d'un civisme exemplaire ; les routes sont sécurisées ; pourquoi, diable, aller ailleurs ? En attendant, les bacheliers attendent les résultats. Les « BMistes », aussi. Et si chacun restait tout simplement chez soi ! Ce serait une solution casanière, je l'avoue, en attendant que le tourisme algérien soit touristique. Au fait, je n'ai jamais compris pourquoi nos maires utilisent l'anglais à l'entrée de leur ville. Welcome to Oued R'hiou ! Attendez, je vais reprendre ; je m'y perds. Pour la Tunisie, il va y avoir une ruée. La Turquie reste une possibilité. Faffa ne veut plus de nous ; enfin, pas trop ; juste un tout petit peu. Le Maroc, il ne faut pas y penser. Si on allait tous à Oued R'hiou ! Ce sera parfait pour parfaire (la répétition est volontaire !) notre anglais. Le thé est très bon, là-bas ; c'est moi qui vous le dis. Quoi, on peut bien se permettre un dépaysement. Attention, je parle d'Oued R'hiou comme j'aurais pu citer n'importe quelle ville. Oued Ch'ham, par exemple. Que les curieux cherchent sur une carte géographique de l'Algérie ! C'est une ville comme une autre.
Les brochettes sont fameuses, là-bas. Ça reste toujours du dépaysement ! Pourquoi se casser la tête dans un pays étranger ? En attendant, le cinquième mandat est à portée de bulletin de vote. Les résultats du bac feront des heureux futurs étudiants chômeurs. Les plages seront gratuites, les parkings itou. L'Algérie est belle ! La vie est belle ! Le mondial du foot est splendide. Merci les allemands ! Merci nous !
Y. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.