Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le triangle infernal
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 10 - 2018

La Chine dispose de capacités exceptionnelles qu'il s'agisse du commerce, des hommes ou des finances, avertit le magazine américain Prospect(*) qui, désespérant de voir un jour ce pays se convertir au capitalisme pour ressembler aux Etats-Unis, se contente de réclamer «un accord mutuellement acceptable».
L'auteur de l'article adhère aux thèses de l'administration Trump qui «plaide avec force contre diverses pratiques commerciales chinoises qu'elle considère comme injustes ou discriminatoires» et poursuit la mise en place de «séries successives de droits de douane punitifs».
Fondamentalement, ce qui est en cause ici, c'est un modèle de «développement économique dirigé et subventionné par l'Etat» : «Avec le recul de 20 à 20 ans, il est maintenant clair que l'impact de l'entrée de la Chine dans le système commercial mondial en 2001 par le biais de l'Organisation mondiale du commerce a été profondément sous-estimé. Et les hypothèses émises sur l'impact de l'adhésion à l'OMC sur la Chine se sont également révélées complètement hors de propos. La Chine n'a pas fourni l'accès au marché escompté et le contrôle central de l'économie semble plutôt augmenter que reculer.»
La direction centralisée, donc planifiée, de l'économie n'a pas empêché ce pays d'être la destination première des investissements directs étrangers (IDE) qui ont généré environ un tiers de son PIB et 27% de ses emplois, l'aidant, par ailleurs, à devenir le plus grand exportateur mondial.
Résultat des courses : «Aujourd'hui, la Chine affiche une présence unique et formidable sur la scène mondiale: son économie et sa population sont immenses, accumulant des revenus en hausse et une sophistication technologique croissante, le tout orchestré par un gouvernement central autoritaire à la recherche d'un modèle de capitalisme d'Etat.»
Le paradoxe est que les plus grosses entreprises occidentales s'accommodent fort bien du modèle. Bien mieux, elles apportent parfois leur soutien aux «restrictions imposées par la politique chinoise en échange d'un accès aux marchés et de la perspective de bénéfices substantiels». Aussi, «dans de nombreux cas, ces sociétés sont devenues de formidables lobbys dans leurs pays d'origine, conseillant l'abstention et la patience face aux pratiques commerciales de la Chine».
Au-delà du volet commercial, la relation de l'Occident à la Chine comprend deux autres domaines aussi importants - «les personnes et l'argent» - qui «contribuent également à renforcer la capacité de la Chine à poursuivre ses objectifs nationaux et à façonner ses relations - économiques, commerciales, stratégiques et diplomatiques - avec d'autres pays et des institutions multilatérales».
Au titre de la composante «personnes», les touristes et les étudiants chinois sont une pièce importante du puzzle. L'augmentation des revenus au cours des 20 dernières années produit des «chiffres ahurissants» : 135 millions de Chinois ont voyagé à l'étranger en 2016, contre 4,5 millions en 1995, soit une augmentation de 2 900%. L'incidence financière du phénomène n'est pas négligeable : «Aujourd'hui, aucun pays au monde ne dépense autant que le Chine en tourisme sortant. Les 257 milliards de dollars dépensés par les touristes chinois en 2017 étaient presque le double de ceux dépensés par les Américains (135 milliards de dollars). Pour avoir une idée de ce à quoi ces chiffres pourraient ressembler à l'avenir, gardez à l'esprit qu'environ 92% de la population chinoise n'a pas encore de passeport.»
Par ailleurs, plus de 350 000 étudiants chinois sont inscrits dans les universités américaines, en augmentation de 543% depuis 2000. La Chine est de loin le plus grand pays d'origine d'étudiants étrangers aux Etats-Unis — 33% du total —, ce qui n'est pas sans incidences financières pour les institutions d'enseignement et de recherche américaines puisque ces étudiants injectent 12,55 milliards de dollars dans l'économie américaine – «chiffre substantiel qui reflète le fait que les étudiants étrangers des universités publiques paient des frais de scolarité jusqu'à trois fois supérieurs à ceux des étudiants autochtones».
«L'impact de la Chine se fait sentir non seulement à travers son tiers de million d'étudiants, mais également grâce au financement qu'elle accorde à l'enseignement et à la recherche sur la Chine. En 2017, la Chine avait financé 525 instituts Confucius, qui dispensent une formation en mandarin et des cours sur la culture et l'histoire chinoises, dans 146 pays et desservant neuf millions d'étudiants. On estime que la Chine consacre environ 10 milliards de dollars au financement des instituts Confucius dans le monde entier et que des sources chinoises deviennent également des bailleurs de fonds majeurs pour les principaux groupes de réflexion et organisations de recherche des Etats-Unis.»
Cet effort a pour corollaire une forte «influence» chinoise sur l'orientation des programmes de recherches : des universités auraient annulé «des conférences avec des participants ayant des opinions hostiles à la politique chinoise, et des professeurs et des chercheurs font allusion à une fréquence croissante d'autocensure par crainte d'offenser des sources de financement chinois ou de compromettre leur capacité à mener des recherches».
Le troisième volet du triangle — l'argent – ressort de la mise à profit par la Chine de ses IDE «pour soutenir des objectifs plus larges, notamment la mise à niveau des capacités technologiques et l'amélioration du positionnement géostratégique» : «La Chine investit de manière agressive dans des technologies - notamment aux Etats-Unis - qui seront à la base de l'innovation future: intelligence artificielle, véhicules autonomes, réalité virtuelle, robotique.»
L'investissement chinois dans la technologie américaine s'est élevé à environ 8,5 milliards de dollars en 2016.
A. B.
(*) Stephen Olson, «Trade, People, and Money: Understanding China's Unique Capabilities», Prospect, 24 octobre 2018
http://prospect.org/article/trade-people-and-money-understanding-chinas-unique-capabilities


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.