POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ARBRE : Création prochaine de 7 forêts récréatives    CHERAGA : Saisie de plus d'un million d'euro en faux billets    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Des changements attendus face à l'Algérie    Imposante marche des avocats à Alger    «Le report de la présidentielle est un cadeau empoisonné»    L'Italie rejoint les «nouvelles routes de la soie» de Pékin    Faire sa crème anticellulite maison    Rassemblement de soutien à la révolution en Algérie    L'association El Rahma au chevet des femmes    Place de la République    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Sidi Bel-Abbès.. Le monoxyde de carbone fait un mort    Festival du printemps destiné aux enfants à Constantine.. Ambiance festive    ANALYSE: Un projet qui prend forme    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Macron, l'autre cible des manifestants    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    Un camion chute dans le lac Sarno    La sûreté de wilaya sensibilise sur les mécanismes de lutte contre l'escroquerie    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    La RD Congo très déterminée à se qualifier    Un arrière-central sûr et efficace !    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les chantiers de la refondation : Pour ne plus jamais revenir à "l'avant-22 février" et que triomphe la souveraineté populaire    Les recommandations du FMI    Samsung, bientôt 12 Go de mémoire vive dans les smartphones    Après avoir mis 1 To dans l'un de ses smartphones, Samsung adécidé de s'attaquer à la mémoirevive.    Bedoui tarde à former le gouvernement    Révolution de la jeunesse : L'ANP prend parti pour les revendications de changements    Au rendez-vous pour la 5ème semaine consécutive : Les manifestants appellent à la "préservation de l'unité du pays    Covéa renonce à racheter Scor, qui riposte en justice    Facteur 4 ou neutralité carbone : Quel est l'objectif le plus ambitieux ?    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Immigration : La mafia nigériane impliquée dans le trafic d'êtres humains en Allemagne    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide
Commémoration du 11 décembre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Une commémoration des manifestations du 11 Décembre a eu lieu hier au siège du journal El Moudjahid. La salle était pleine d'anciens moudjahidine, venus écouter les intervenants, eux-mêmes acteurs de la guerre de Libération nationale.
Nedjma Merabet - Alger (Le Soir) - Le capitaine Mohamed Bousmaha a tenté d'établir un état des lieux à la veille des manifestations, et a tenu à rappeler qu'elles se sont déclenchées dans la capitale, contrairement à ce que disent les falsificateurs de l'Histoire, héritiers de l'OAS, nostalgiques de la colonisation, etc.
Il rappelle qu'en octobre et novembre 1960, de nombreux événements avaient eu lieu, dont l'assassinat de plusieurs moudjahidine de l'ALN. La date du 25 novembre 1960 est à retenir. Le capitaine Bousmaha parle de plusieurs accrochages à Chéraga, Saoula et Béni-Messous. La propagande des ultras de l'Algérie française clamait la désintégration totale de l'organisation révolutionnaire dans la capitale, ce qui est faux selon l'intervenant.
Occultant la crise profonde qui sévissait au sein du régime français, partagé entre les gaullistes et les ultras, on voit cependant se profiler une bataille sourde entre ces derniers et les combattants algériens encore actifs et présents dans la capitale, malgré la machine de propagande coloniale tendant à faire croire le contraire au peuple algérien, atteste M. Bousmaha. Ce dernier insiste sur la mise en place d'une véritable stratégie du chaos et de l'enfer, dont les exécutants étaient les capitaines des SAU (Section administrative urbaine). Arrestations massives et arbitraires, tortures, manipulations (notamment par l'organisation de fêtes un peu partout dans la capitale, qui rassemblaient la population européenne)… La révolution était cependant en marche, et à tous les niveaux de la population dite indigène. La femme de Massu est allée jusqu'à apporter une cargaison de machines à coudre de marque Singer, et créa des ateliers de couture pour les femmes «indigènes» afin de les éloigner de la révolution. On se souviendra de sa fameuse phrase : «Une machine à coudre vaut 10 mitraillettes.»
Le président de l'association du 11 Décembre, et ancien moudjahid Saïd Bouraou considère que les manifestations ont éclaté à Belouizdad (Belcourt), rejoignant ainsi autant les écrits de Mahfoud Kaddache, que ceux du chercheur indépendant Hamouma, auteur du livre Les enfants de Décembre, qui considère les enfants à l'origine des manifestations du 11 Décembre, en contestation de l'arrestation de militants FLN opposés aux manifestations des ultras. Il était un jeune garçon faisant du sport avec ses camarades, avant d'être pris sous l'aile de Mohamed el Ayachi, qui était boxeur et militant du mouvement national depuis longtemps. La rue où ont éclaté les manifestations à Belouizdad porte aujourd'hui son nom, selon M. Bouraoui.
Il exhorte les autorités publiques à mettre les moyens dans la production d'un récit historique fort, solide, et à toute épreuve, qu'il considère comme une nécessité vitale pour le pays.
N. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.