1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Le MCO et la JSS se neutralisent    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Gaïd Salah : "L'ANP réunira tous les facteurs de la stabilité et de la sécurité en vue de l'élection présidentielle"    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Le trafic aérien continue de baisser    Chutes de neige au centre et à l'est du pays    Ça se bouscule au portillon    Gaïd Salah revient sur l'attaque terroriste de Tiguentourine    Le DG annonce un retour à la stabilisation du déficit    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    L'autre inflation    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide
Commémoration du 11 décembre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Une commémoration des manifestations du 11 Décembre a eu lieu hier au siège du journal El Moudjahid. La salle était pleine d'anciens moudjahidine, venus écouter les intervenants, eux-mêmes acteurs de la guerre de Libération nationale.
Nedjma Merabet - Alger (Le Soir) - Le capitaine Mohamed Bousmaha a tenté d'établir un état des lieux à la veille des manifestations, et a tenu à rappeler qu'elles se sont déclenchées dans la capitale, contrairement à ce que disent les falsificateurs de l'Histoire, héritiers de l'OAS, nostalgiques de la colonisation, etc.
Il rappelle qu'en octobre et novembre 1960, de nombreux événements avaient eu lieu, dont l'assassinat de plusieurs moudjahidine de l'ALN. La date du 25 novembre 1960 est à retenir. Le capitaine Bousmaha parle de plusieurs accrochages à Chéraga, Saoula et Béni-Messous. La propagande des ultras de l'Algérie française clamait la désintégration totale de l'organisation révolutionnaire dans la capitale, ce qui est faux selon l'intervenant.
Occultant la crise profonde qui sévissait au sein du régime français, partagé entre les gaullistes et les ultras, on voit cependant se profiler une bataille sourde entre ces derniers et les combattants algériens encore actifs et présents dans la capitale, malgré la machine de propagande coloniale tendant à faire croire le contraire au peuple algérien, atteste M. Bousmaha. Ce dernier insiste sur la mise en place d'une véritable stratégie du chaos et de l'enfer, dont les exécutants étaient les capitaines des SAU (Section administrative urbaine). Arrestations massives et arbitraires, tortures, manipulations (notamment par l'organisation de fêtes un peu partout dans la capitale, qui rassemblaient la population européenne)… La révolution était cependant en marche, et à tous les niveaux de la population dite indigène. La femme de Massu est allée jusqu'à apporter une cargaison de machines à coudre de marque Singer, et créa des ateliers de couture pour les femmes «indigènes» afin de les éloigner de la révolution. On se souviendra de sa fameuse phrase : «Une machine à coudre vaut 10 mitraillettes.»
Le président de l'association du 11 Décembre, et ancien moudjahid Saïd Bouraou considère que les manifestations ont éclaté à Belouizdad (Belcourt), rejoignant ainsi autant les écrits de Mahfoud Kaddache, que ceux du chercheur indépendant Hamouma, auteur du livre Les enfants de Décembre, qui considère les enfants à l'origine des manifestations du 11 Décembre, en contestation de l'arrestation de militants FLN opposés aux manifestations des ultras. Il était un jeune garçon faisant du sport avec ses camarades, avant d'être pris sous l'aile de Mohamed el Ayachi, qui était boxeur et militant du mouvement national depuis longtemps. La rue où ont éclaté les manifestations à Belouizdad porte aujourd'hui son nom, selon M. Bouraoui.
Il exhorte les autorités publiques à mettre les moyens dans la production d'un récit historique fort, solide, et à toute épreuve, qu'il considère comme une nécessité vitale pour le pays.
N. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.