Mouvement citoyen : quelle forme de structuration ?    Ici et maintenant    Gare aux activistes revanchards    Partenariat algéro-italien: Des hélicoptères seront fabriqués à Sétif    Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach    Eco-construction: Groupe Hasnaoui, une longueur d'avance    UNAF - Tournoi international U-15: Le Maroc sacré, l'Algérie deuxième    En amical : Algérie-Tunisie, ce soir à Blida - Une revue d'effectif décisive    CAN-2019 (U23) : Algérie - Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00: Le match de la confirmation pour les Verts    Des terrains désaffectés après les relogements transformés en décharges: Des habitants de Ras El Aïn réclament l'installation de clôtures    Vol et trafic de drogue, trois personnes arrêtées    Arzew: 77 millions de dinars pour l'aménagement du front de mer    De l'Etat profond de Saadani    Rehausser le débat    Mesrati remporte le grand prix 3 étoiles    Le FLN et le RND se prononcent    Zetchi satisfait de ses deux premières années de règne    Les déterminants du cours du pétrole et son impact sur l'économie algérienne    Plus de 310 exposants de plus de 20 pays attendus au prochain SIMEM    L'Afrique du Sud, dernier qualifié à la phase finale    Réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui    Jaafari appelle l'ONU «à prendre une position officielle claire»    Rassemblement à la Grande-Poste    Plus de 560 jeunes au championnat national de calcul mental    Extension du siège de l'APC de Sidi Khettab (Relizane)    Saisie de un million d'euros en fausses coupures    L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée    2e édition du séminaire sur la cyber-sécurité et la cyber-défense    Les films de 1999 impressionnent toujours    Ouverture à Boufarik de la 5e session de qualification    Sovac / Skoda : Simulation du crédit 0 % sur l'Octavia    Nissan teste la technologie invisible-to-visible en conditions réelles    Algérie Télécom s'explique    Louisa Hanoune dit "non" à Zeroual    Gaïd Salah en visite de travail    Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées    422 morts en janvier et février    Nissan Le groupe abaisse ses prévisions, passe une charge liée à Ghosn    Carburants en France : Macron projette de moduler les taxes en fonction du cours du pétrole    Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France    3 kamikazes de l'EI tués dans le Nord proche de la Syrie    Festival lire en fête : Affluence considérable des enfants à Chlef    L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "    Tewfik Khelladi limogé    Equipe nationale de football.. Boudaoui libéré au profit des U23    JSMT-OMA : plusieurs policiers blessés à l'issue du match    Des mesures à prendre en extrême urgence    Ouverture du festival du printemps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2018

La wilaya d'Aïn Témouchent abritera les festivités nationales de commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, a annoncé, lundi à Relizane, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni.

En présidant l'ouverture des travaux d'une conférence sur l'Emir Abdelkader, le ministre a indiqué que la commission nationale de préparation des fêtes et cérémonies nationales a choisi la wilaya d'Aïn Témouchent pour abriter cette année les festivités officielles du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, organisées sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika et sous le slogan "11 décembre victoire de la volonté libre". "Nous œuvrons à généraliser les commémorations à différentes wilayas du pays pour ancrer les valeurs de Novembre, en application du programme du président de la République, le moudjahid Abdelaziz Bouteflika visant à valoriser le patrimoine historique et culturel lié à la résistance, au mouvement national et à la Guerre de Libération nationale" a souligné Tayeb Zitouni.
Lors de sa visite de deux jours dans la wilaya de Relizane, le ministre a inauguré le siège de la direction des moudjahidine et inspecté le projet de réalisation du musée du Moudjahid au chef-lieu de wilaya.
Tayeb Zitouni a visité aussi le centre de torture du colonisateur français dans la zone zéro située sur les hauteurs de la commune de Sidi Khettab et s'est enquis du projet de restauration de ce camp qui renferme les ossements de 700 chahids, avant de rendre visite à un moudjahid de la région, d'honorer un nombre de moudjahidine et de baptiser le carrefour du centre-ville de relizane au nom du "Vivre-ensemble en paix".

Ces courageux Algériens qui ont fait le 11 décembre 1960
Les manifestations du 11 décembre 1960, parties du quartier Mohamed Belouizdad (ex-Belcourt) avant d'atteindre plusieurs autres parties d'Alger, ont été le fait d'Algériens, de tous âges, ayant défié courageusement, à mains nues, l'armée coloniale pour réclamer haut et fort, et au prix de leur vie, l'indépendance de l'Algérie, selon des témoins qui ont vécu ces évènements. "En réalité, c'est la veille, le 10 décembre, que les événements ont débuté. Je me trouvais à proximité du centre commercial (ex-Monoprix) lorsque nous aperçûmes des partisans de +l'Algérie française+ qui venaient d'initier une marche, sur fond de la visite entamée, la veille en Algérie, par le Général de Gaulle", se souvient, El Hadj Noureddine Benmeradi, plus connu dans le quartier Mohamed Belouizdad par le prénom de son défunt père, Bennacer, dirigeant à l'époque du club de football le "Widad de Belcourt", devenu le Chabab Riadhi de Belcourt dès 1962. "Tout en scandant des slogans hostiles à la solution d'une 'Algérie algérienne', ces ultras ne manquaient pas de nous insulter. Je me souviens que l'un des voisins du quartier, Ammi Said Adim, réputé pour être un inconditionnel nationaliste, les a défiés en répliquant à leurs propos", poursuit le témoin.
Pour éviter un affrontement entre les deux communautés, "les pieds noirs ont été conduits par la police au commissariat, dirigé alors par un certain capitaine Bernard. Cela ne nous a pas empêchés de poursuivre notre marche et de lancer des slogans... jusqu'au moment où l'on entendit une voix clamer +Algérie musulmane+ et +Algérie algérienne+", se souvient-il encore.
Ces slogans clamés, pour la première fois, ont eu l'effet de motiver davantage la foule qui, tout en avançant grossissait, pour atteindre l'un des magasins du quartier, celui d'"André" pour chaussures et dont la vitre a volé en éclats, sous la colère populaire, poursuit-il, narrant, par ailleurs, la mise à feu du dépôt en plastique de l'ex-Monoprix.
"La vue de la fumée nous a impressionnés tous et c'est à ce moment que les militants du Front de libération nationale (FLN) sont intervenus pour nous remettre des rouleaux entiers de tissus pour en confectionner des emblèmes nationaux, en prévision d'une manifestation de plus grande ampleur le lendemain", poursuit M. Benmeradi.
Ce dernier s'interroge à ce jour "d'où sont sortis ces rouleaux de tissus sur lesquels se sont penchées, toute la nuit, les couturières pour que les drapeaux soient prêts le jour J?".
Le fait est que le lendemain, les manifestants de la veille ont reconduit leur action pour être rejoints par des centaines d'autres jusqu'à ce qu'elle fasse tache d'huile dans d'autres quartiers de la capitale, se remémore-t-il encore, s'arrêtant, avec une forte charge émotionnelle, sur l'image de la petite Saliha Ouatiki, 12 ans, tombée sous les balles meurtrières des forces de répression françaises, car figurant dans le premier rang des contestataires.
"Le jeune homme qui a pris sur ses épaules la petite Saliha pensait que le sang qui giclait de la poitrine de celle-ci était le sien. Il n'avait pas encore réalisé que la fillette avait été touchée", raconte-t-il, avant de soutenir que les manifestations se sont poursuivies les jours d'après.
"Depuis, les Français ont fini par comprendre, une fois pour toutes, que le peuple algérien était du côté du FLN", assène-t-il avec conviction.

Des scènes encore vivaces...
Dans la mémoire de Mahmoud Boussoussa, également présent lors des ces manifestations, demeurent aussi vivaces qu'il y a 58 ans, deux images: l'une d'elles, détaille-t-il, est celle d'une fillette, portée sur les épaules d'un jeune homme et brandissant le drapeau national, en ce dimanche, jour de repos, choisi par les Algériens pour manifester dans la rue.
"A un certain moment, les bérets rouges ont visé d'une balle son thorax et bien qu'une ambulance soit vite arrivée, la fillette ne tarda pas à rendre l'âme", ajoute-t-il, avant de préciser, la gorge nouée par l'émotion, qu'il s'agissait de la Chahida Saliha Ouatiki.
Il a fait ensuite état de la colère, la douleur et la tristesse qui se sont vite emparées de tous les manifestants présents à la suite de cet "acte criminel", citant en particulier deux femmes qui pleuraient en criant leur rage: "la pauvre, la pauvre !". Ce tragique fait a eu lieu, se souvient-il, au niveau de la ruelle appelée à l'époque "L'allée des mûriers", à quelques mètres dudit "Monoprix".
Outre Saliha Ouatiki, M. Boussoussa, qui a été journaliste à El-Moudjahid, tient à évoquer une autre martyre des événements de Belcourt, Hamida Neguale (19 ans), alors que le petit Farid Maghraoui, âgé à peine de 10 ans, tombait au champ d'honneur à Diar El Mahçoul (El-Madania), ce même jour. "Ces enfants venaient de rejoindre la longue liste des martyrs de la Révolution", a-t-il ponctué avant de partager l'autre souvenir qui continue à le marquer: celui auquel il a assisté, également en ce 11 décembre, à la Place Maurétania où siégeait, à l'époque, la compagnie Air France.
Bien que la marche était pacifique et les manifestants mains nues, les colons se sont empressés de tirer "à bout portant" au moyen de munitions procurées du Commissariat central, sis à proximité, a-t-il déploré, rappelant que cette confrontation s'est soldée par quelque 380 martyrs et 800 autres blessés parmi les Algériens.
Il exprime, à ce propos, son "indignation" quant au bilan avancé, à l'époque, par les médias français qui ont réduit à 55 le nombre d'Algériens morts.
Lorsqu'il a été convié, cette semaine, par l'association Machaâl Echahid pour apporter son témoignage sur ces historiques événements, il a préféré le consigner dans un écrit qu'il a intitulé "La détermination d'un peuple", avant de le lire à l'assistance.
Ayant également pris part à cette mémorable journée du 11 décembre, Tafath Assia, alors âgée de 15 ans, se remémore cette journée particulière où elle est sortie "spontanément" avec des voisins de son quartier d'El-Mouradia (ex-Le Golfe) pour se joindre aux manifestants de Belcourt. "Ma mère criait après moi pour que je revienne à la maison mais j'étais déterminée à continuer sur ma lancée. Elle a été contrainte de me suivre après avoir, précipitamment, jeté sur elle son haïk (voile)", témoigne cette septuagénaire, photos à l'appui de sa présence sur les lieux des faits, investis par ailleurs par le reste de sa famille.
"Comme il nous a été impossible de rejoindre le quartier de Belcourt depuis le Golfe en raison de la forte présence des forces de sécurité coloniales, nous y sommes parvenus via celui d'El-Madania, raconte-t-elle, décrivant les "scènes impressionnantes" ayant opposé manifestants algériens et forces de sécurité coloniales.
Elle aussi, ce sera la petite Saliha Ouatiki qui marquera sa conscience, se souvenant l'avoir "vue en sang", avant de nous donner à voir une photo de la petite martyre brandissant le drapeau national, quelques minutes avant qu'elle soit atteinte par les salves nourries ciblant la foule compacte des protestataires. Elle fait, en outre, savoir que le jeune homme se tenant à côté de la jeune chahida n'est autre que son frère Aziouez, âgé aujourd'hui de 77 ans. Ces bribes de témoignages, aussi partielles soient-elles, illustrent la volonté d'un peuple à en découdre définitivement avec les chaînes de la répression coloniale, alors que la violence policière avec laquelle ont été matés les manifestants a fini par retentir sur la scène internationale.
Portée ainsi jusqu'à l'enceinte de l'Organisation des Nations unies (ONU), la cause algérienne a, depuis ce 11 décembre 1960, interpellé la communauté internationale et mobilisé toutes les voix, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, en faveur du droit des Algériens à l'autodétermination.

Commémoration au Musée central de l'armée
Le Musée central de l'armée a organisé, lundi, une cérémonie de commémoration à l'occasion du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, en présence de moudjahidine et des élèves venant de différentes wilayas.
Dans son allocution d'ouverture, le directeur du Musée, le colonel Chouchane Mourad a précisé que cette commémoration avait pour objectif de "préserver les liens de la génération de l'indépendance avec les valeurs et principes de la Guerre de Libération et avec son histoire nationale, riche en évènements et ce, pour que les leçons soient ancrées dans la mémoire collective de la nation", appelant, à cette occasion, les jeunes à "méditer dans les enseignements tirés de cette épopée".
L'historien Abdessetar Hocine a donné une conférence historique sur le soulèvement du 11 décembre 1960, au cours de laquelle il a mis en exergue que cette station historique "n'était pas spontanée, mais s'inscrivait, plutôt, dans le plan du Front de libération nationale et de l'Armée de libération nationale", citant à titre d'exemple "la constitution, à quelques semaines de ces évènements, par les dirigeants de la révolution, d'un comité supérieur secret ayant élaboré un rapport sur le taux d'acceptabilité du peuple de sortir dans la rue et de s'insurger contre les plans du colonisateur".
L'évènement a été marquée en outre par la projection d'un film documentaire, intitulé "Novembre, une voie vers la victoire" et par le témoignage vivant du moudjahid Bouroubi Abdelkader sur la préparation de ces manifestations et les atrocités perpétrées par le colonisateur français contre les manifestants dans les différents quartiers d'Alger, affirmant que ces évènements "ont renforcé l'adhésion du peuple algérien autour de sa révolution et ses dirigeants", ce qui a poussé, ajoute-il, "ce colonisateur à céder aux pressions en acceptant les négociations avec le FLN en tant que représentant légitime et unique du peuple algérien".
Une exposition de photos et de documents historiques retraçant les évènements du 11 décembre 1960 a été inaugurée, dans le cadre de cette commémoration et durera une semaine pour permettre à ses visiteurs de s'informer sur les détails de cet évènement historique important dans la révolution nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.