Présidentielle.. Fin de la révision des listes électorales    Favorisant l'issue constitutionnelle et mettant en garde les «conspirateurs».. Les messages forts de Gaid Salah    Le général Chentouf a fui via l'aéroport d'Oran    Rebrab sous mandat de dépôt, les frères Kouninef entendus.. L'appareil judicaire mis en branle    Le ministre des Transports y a effectue une visite, Hier.. La nouvelle aérogare d'Alger inaugurée lundi    le président du snapo tire la sonnette d'alarme.. 244 médicaments en rupture    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Al-Sadd.. Bounedjah frappe encore    Fédération algérienne de cyclisme.. Barbari seul candidat à la présidence    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Grève à l'Université de Sidi Bel Abbès.. Les étudiants passent au vote    Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EL KERMA (ORAN) : Sit-in des élus devant le siège de l'APC    ORAN : 2 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET : Fin de la révision des listes électorales    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fausses statistiques, vraies subventions    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    "Tout le système doit partir"    Décès d'un supporter    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    …sortir…sortir…sortir…    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle de 1999, on ne s'ennuyait pas…
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2019

Ça fera bientôt 20 ans qu'Abdelaziz Bouteflika est au pouvoir. Rappelons-nous… Le 15 avril 1999, il est candidat unique d'une élection pluraliste. Ses six malheureux rivaux avaient jeté l'éponge avant le round final, pour cause de fraude, disaient-ils (1).
A. Bouteflika était élu dans un contexte politique et sécuritaire différent de ce qu'il est aujourd'hui, un contexte marqué par la démission de Liamine Zeroual en septembre 1998, alors que son mandat courait jusqu'en 2000, et les scandales à rebondissements de l'été 1998.
Dans l'ordre, citons la cabale politico-judiciaire contre l'universitaire et militant démocrate Ali Bensaad, d'abord condamné pour diffamation avant d'être accusé d'être membre du GIA, et condamné à mort par contumace le 7 juillet par le tribunal de Constantine ! Sans la mobilisation d'une partie de la presse et de la société civile, Bensaad aurait été embastillé. Puis, l'affaire Adami, le ministre de la Justice, protégé, affirmait-on, de l'ex-général et fondateur du RND, Mohamed Betchine, qui, d'après ses détracteurs, se voyait un destin de présidentiable. Eclaboussés, le premier par l'affaire Ali Bensaad, le second par une sombre affaire de mœurs, les deux hommes ont été contraints de démissionner.
La fin de l'année 1998, c'était aussi ce bras de fer entre une partie de la presse et les autorités, et cette extrême tension sociale dans le pays. Grève des postiers, sidérurgistes et salariés de la zone industrielle de Rouiba menaçant de descendre dans la rue, siège de l'UGTA occupé par des centaines de syndicalistes scandant «grève générale», et à l'APN, ces échauffourées entre députés, pendant qu'Ahmed Ouyahia, sur le départ, présentait son bilan, le tout sous le regard amusé des Algériens, parce que c'était retransmis en direct à la télé. Bref, on n'avait pas le temps de s'ennuyer.
Rebondissements encore. A quelques mois du scrutin présidentiel, l'épisode Benbaïbèche, alors SG du RND, qui refusait que son parti se range derrière le candidat du «consensus» Abdelaziz Bouteflika. Mal lui en prit car il s'était mis dans la tête de soutenir Mouloud Hamrouche. Mais derrière son dos, quelque 162 membres du Conseil national du RND, emmenés par Ouyahia, se prononçaient en faveur de Bouteflika et scellaient du coup le sort du malheureux Benbaïbèche.
Le FLN, ce fut plus simple : sur «instructions d'en haut», affirmait alors son SG Boualem Benhamouda, l'ex-parti unique s'était rangé sans coup férir derrière le «candidat du consensus». Enfin, après avoir mis en cause le candidat Abdelaziz Bouteflika, le général Nezzar finit aussi par rentrer dans le rang en soutenant le «candidat du consensus».
L'islamiste Mahfoud Nahnah, qui persistait à maintenir sa candidature, s'était vu écarter au motif de «non-participation» à la guerre de Libération nationale, ce qui ne l'a pas empêché par la suite de rallier le camp des soutiens à Bouteflika. Egalement écarté de la course, Sid-Ahmed Ghozali, et ce, pour n'avoir pas réuni les 75 000 signatures nécessaires pour valider sa candidature. Lui affirmait le contraire.
En avril 1999, personne n'aurait imaginé qu'A. Bouteflika resterait plus de deux mandats. C'était ce que stipulait la Constitution. Mais, après modification constitutionnelle, il briguera un troisième en 2009, puis un quatrième en 2014.
Pour 2019, les paris restent ouverts. Certes, il y a eu le cas de Saïd Bouhadja, les officiers de haut rang limogés ou mis à la retraite, la démission du SG du FLN Ould-Abbès, qui ont alimenté le feuilleton de l'été et de l'automne 2018. Mais rien de comparable à 1999, sauf que le Président est malade.
Ce qui n'a pas changé en 20 ans, c'est le fait que les cercles de décision du pouvoir continuent de fonctionner sur le mode de la pensée unique et ont du mal à accepter, malgré leurs professions de foi, la pluralité et la diversité politique et, partant, l'alternance politique. De plus, par rapport à 1999, les espaces d'expression et de libertés se sont considérablement dégradés. Au point où l'Algérie a été classée en 2018, par l'ONG britannique Legatum Prosperity, comme le cinquième pays le moins libre du monde, occupant la peu flatteuse 145e place sur 149, derrière…la Libye et la Mauritanie !
H. Z.
(1) Mouloud Hamrouche, Aït Ahmed, Taleb Ahmed, Mokdad Sifi, Abdellah Djaballah et Youcef Khatib.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.