Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un défi difficile à relever à Annaba
PROJETS RESSOURCES HALIEUTIQUES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2019

La promotion et l'investissement dans l'aquaculture était au centre des interventions et débats de la journée d'étude organisée hier à Annaba.
La manifestation a regroupé les responsables des Directions et Chambres des wilayas de Annaba, El Tarf, Jijel, Skikda, Béjaïa et Tizi Ouzou. Dans le lot des participants, il y a également les directeurs de la pêche et des ressources halieutiques de Skikda, Annaba et Jijel, des opérateurs économiques dont des investisseurs algériens et italiens. Avec la déclinaison de la ressource naturelle, le recours à l'élevage devient incontournable. Pour les opérateurs italiens versés dans la filière de l'aliment du poisson, l'alevin, la fabrication du matériel et des équipements nécessaires dont les bateaux de pêche et les cages flottantes. Les investisseurs algériens de la région ont abordé la question des projets en souffrance ou en cours de réalisation. Il a été révélé qu'un seul de ces projets pourrait voir le jour très prochainement. «Les 200.000 tonnes de produits aquacoles sont un véritable défi à atteindre.
Au vu de la production actuelle ne dépassant pas, selon les chiffres officiels, les 100.000 tonnes toutes productions confondues, il est nécessaire d'arriver à un niveau constant de production sur toute l'année.
Le respect de l'équilibre de l'aliment en protéine et autres est indispensable», a indiqué un opérateur économique italien. Un autre de ses compatriotes a révélé la nécessité de mettre en place des cages flottantes réglementaires avec des caractéristiques spécifiques au site, un personnel spécialisé ainsi que des conditions environnementales des sites choisis (éviter les zones polluées). Les espèces à élever en eau douce telles que la truite et la carpe. En eau de mer, le choix est porté sur le loup et la dorade. Il faut préciser que ce rendez-vous économique d'importance n'a pas connu l'intéressement des responsables au niveau de la Direction générale de la pêche et de l'aquaculture, dont le directeur général qui n'a pas estimé nécessaire sa participation à cette journée d'étude de Annaba. C'est la même position d'indifférence qui a caractérisé le directeur de la communication de cette institution du ministère. Au cours des débats, un intervenant a souligné l'importance des concessions octroyées par l'administration. Celles-ci doivent être assez consistantes. Il a été également question de suivi sur site par des techniciens italiens des projets à réaliser ou en cours.
Selon Amara Ammi, directeur de la pêche et des ressources halieutiques, 17 fermes aquacoles existent acutuellement et 30 autres le seront d'ici la fin de l'année à travers le territoire national. Ce qui, selon lui, permettra d'atteindre une cinquantaine de fermes.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.