Réunion de concertation.. Ghouini et Larbi Ould Khelifa chez Bensalah    Le prochain congrès se tiendra les 21 et 22 juin.. Sidi Saïd quittera l'UGTA plus tôt que prévu    Barrage «El Hamiz».. Un million de m3 mobilisés pour l'irrigation    Conséquence du mouvement populaire.. Des institutions financières changent de main    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Cité 50 logements à Bouaïche (Sidi Bel Abbès).. Les habitants réclament les commodités    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Cour d'appel militaire de Blida : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Baromètre.. En Baisse : Seddik Chihab    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    C'était une spécialiste de l'Algérie.. L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer est morte    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Saisie de 44 kilos de kif traité dans différentes wilayas du pays    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Bekkouche forfait pour la finale du 400 m/haies    Prochainement sur Google traduction    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Début du référendum constitutionnel en Egypte    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un sit-in de commémoration a été tenu    "Trop tard, M.Bensalah..."    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benyounès, un allié particulier
ALLIANCE PRESIDENTIELLE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2019

L'Alliance présidentielle doit composer avec un partenaire bien particulier actuellement. Amara Benyounès ne fait pas dans le suivisme, garde un discours constant sur la présidentielle ; ses déclarations sont empreintes d'une prudence qui s'est progressivement transformée en une sorte de voile de mystère enveloppant l'homme.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - En sait-il trop ou pas assez ? C'est en ces termes que se pose en effet aujourd'hui l'équation qui s'est mise en place autour du président du MPA (Mouvement populaire algérien). A l'inverse des autres membres du groupe formé pour soutenir le programme présidentiel, Amara Benyounès a tenu, et tient à ce jour, à garder une distance très remarquée au sujet de la présidentielle à venir. Amara n'attaque personne, se refuse à entrer dans des polémiques inutiles, ne verse pas dans des déclarations creuses ou censées uniquement faire parler de sa personne, des prises de position trop rapides tout en évitant de se mettre à dos ses autres partenaires au sein de l'Alliance. Inévitablement, il se démarque. C'est ainsi qu'il a su, maintes fois, et sur une longue durée, surfer au-dessus des crises qui ont éclaté au sein de cette même alliance y compris lorsqu'il se trouvait concerné. Aux violentes attaques de Ould-Abbès le traitant d'«aghioul» (âne en tamazight), il se défend en usant d'un langage plus diplomatique lui évitant ainsi d'autres foudres. Le fait n'empêche pas l'ancien secrétaire général du FLN de tenter de le dévaloriser en affirmant qu'il ne «savait rien de ce qui se passait» (en haut lieu entendre). «Nul ne détient la vérité», lâche cette fois Benyounès, affirmant aussi «que nul ne pouvait contraindre quiconque à se présenter». Alors que les alliés s'emballent pour la mise en place de tout le processus devant mener au cinquième mandat, le président du MPA refuse de se positionner. Il évoque l'absence d'éléments. «Nous nous positionnerons lorsque nous aurons plus d'informations», déclare-t-il à la presse. Dans les faits, ce dernier semble pourtant plus informé qu'on ne pourrait le croire. Sans hésitation, les députés du MPA intègrent le mouvement anti-Bouhadja (ancien président de l'APN), alors que rien n'indiquait encore l'issue du conflit. Amara Benyounès ne fait pas cavalier seul, mais refuse de tourner le dos à l'opposition qu'il accuse pourtant de vouer «de la haine à Bouteflika». Il rencontre le leader du MSP (Mouvement pour la société de la paix) qui prône la nécessité de mise en place d'un consensus national, arguant du fait que sa décision relève «de la liberté dont jouit son parti». Cette image, Amara Benyounès veut la conserver et le démontre à chaque fois que l'occasion s'en présente, comme cet été à Mascara en allant déposer une gerbe de fleurs sur les tombes des quatre scouts victimes d'un attentat terroriste un certain 1er Novembre 1994. Aux journalistes qui l'interrogent au sujet de la présidentielle durant cette visite, il lance une réponse qui accentue le flou : «Dans les moments difficiles, dit-il, le Président sait sur qui compter sur le terrain (…) Nous avons soutenu Bouteflika avant et après notre entrée au gouvernement, en 1993, lorsqu'il est tombé malade, nous avons été le seul parti à le soutenir pendant que certains qui appellent aujourd'hui au cinquième mandat tenaient le bâton par le milieu (…) nous parlerons du cinquième mandat au moment opportun, quand nous aurons plus d'informations.» Il garde la même prudence lorsque s'amorçait, il y a quelques jours, un large débat autour de la possibilité d'un report de l'élection présidentielle. Le sujet n'est abordé d'aucune manière, et les propositions laissées à la charge de leurs auteurs même lorsque ces derniers se trouvent être membres de l'Alliance. «C'est son affaire», répondait-il ainsi aux journalistes sollicitant son avis sur la sortie de Amar Ghoul, président de TAJ, suggérant une prolongation du mandat de Bouteflika. Rien n'a changé depuis. La convocation du corps électoral, l'apparition massive de candidats semblent bien loin d'être le genre d'éléments recherchés. Ce week-end, il affirmait une nouvelle fois que le conseil national de son parti déterminera «au moment opportun la position à l'égard de cette élection».
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.