Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les questions économiques reléguées au second plan
Présidentielle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 01 - 2019

La question qui marque cette présidentielle, et ce, depuis des mois déjà, est de savoir si Bouteflika brigue ou non un cinquième mandat. Et les candidats qui se sont déclarés jusque-là pensent que le problème n'est pas économique.
Les personnalités qui ont affiché leurs intentions à candidater pour la présidentielle d'avril prochain n'ont encore pas peaufiné leurs programmes. Mais il y a fort à parier que les questions économiques y seront, encore une fois, comme c'était le cas lors des précédentes présidentielles, reléguées au second plan.
Certes, le jeu politique est fermé et la préparation du cinquième mandat de Bouteflika a inhibé les partis politiques ainsi que les personnalités en mesure de fédérer des électeurs en vue de briguer la magistrature suprême, formuler des propositions précises pour sortir le pays de la crise économique dans laquelle il s'enlise. Et de facto, empêcher tout débat sur ces questions.
Néanmoins, les candidats qui se sont lancés dans la course sans attendre l'officialisation de la candidature du Président sortant – l'on cite Abderrazak Makri qui dispose d'un appareil partisan et le général à la retraite Ali Ghediri qui suscite la curiosité des élites depuis la publication de son opus interpellant le chef d'état-major de l'armée pour qu'il veille au respect de la Constitution –, pensent que le problème n'est pas économique. En effet, Abderrazak Makri a placé sa candidature sous le signe du «consensus», un consensus qu'il a cherché à obtenir en proposant à Bouteflika d'organiser une conférence nationale associant toutes les sensibilités politiques pour discuter de la transition démocratique et persiste à revendiquer en étant candidat. Ali Ghediri, lui qui a été questionné lors de ses deux dernières sorties médiatiques sur les axes de son programme économique a eu cette réplique : «Le problème n'est pas économique, mais, politique.» Et de déclarer que «la corruption est désormais un danger pour la sécurité nationale».
Dans ce contexte, il convient de souligner que la qualité de vie des citoyens est intimement liée à la politique et la mobilisation citoyenne des dernières années a échoué parce qu'elle n'a pas su donner un contenu politique à ses revendications sociales, s'empêtrant dans la logique de quémander des droits plutôt que de réformer les choses. A ce titre, la tâche des candidats à la présidentielle est rude et convaincre les citoyens d'une quelconque solution politique est doublement difficile. Le populisme du pouvoir en place qui, pour paraphraser le chroniqueur Mustapha Hammouche, n'hésite pas à abuser d'un procédé de captation électorale aussi vieux que le régime politique algérien, celui d'exploiter les ressources publiques pour soutenir le plébiscite de son candidat. Comme s'il exerce, dira-t-il, un «droit d'usufruit politique».
Ainsi, le coup de starter de cette pré-campagne électorale a été donné par le ministre du Travail et de la Sécurité sociale Mourad Zemali, annonçant il y a quelques jours que les bénéficiaires de crédits Ansej et Cnac qui ne remboursent pas ne seront pas poursuivis en justice. Bref, la campagne électorale qui s'annonce pour cette présidentielle d'avril 2019, ne sera certainement pas l'occasion de débattre des grandes questions économiques et ce ne seront pas, encore une fois, les programmes économiques qui départageront les candidats. Et s'il y a lieu d'espérer une joute électorale ouverte, ce seront des thèmes comme la «transition», la «stabilité» et la «sécurité nationale» qui s'agiteront comme un épouvantail, comme d'habitude, face aux revendications politiques. La prédisposition des Algériens qui n'ont pas encore surmonté l'épreuve de la décennie 1990 fera le reste.
L. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.