Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Coronavirus: "L'Algérie a élevé son niveau d'alerte"    Anniversaire de la proclamation de la RASD: élan de soutien au droit à l'autodétermination    Tunisie: L'ARP accorde sa confiance au gouvernement d'Elyès Fakhfakh    Tribunal Sidi M'hamed: Kamel Chikhi dit "El-bouchi" condamné à 8 ans de prison ferme    Pas de cadeaux pour Chenine    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Le ministère du Commerce met de l'ordre    Hausse du nombre des nouveaux inscrits    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    T'es pas mon frère !    Rassemblement de protestation des Patriotes    Escrime/Championnats d'Afrique: deux nouvelles médailles pour les Algériens    Berraf officialise son départ    Agenda sportif du week-end    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    Bekrar qualifié chez les réserves de l'ESS    Aït Djoudi : "Le NAHD, c'est fini !"    ASO-PAC pour ouvrir le bal    PT : "Le régime n'a pas changé"    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Entre panique et mesures d'urgence    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    Accident mortel à Béni-Saf    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    ACTUCULT    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    "L'œuvre de Mammeri est toujours vivante"    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Article 63 et binationalité, Massinissa ou Jugurtha ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 02 - 2019

La plus grande évolution sur le continent africain a été l'adoption au mois de juillet 2003 — lors du sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine à Maputo, au Mozambique —, de la convention de l'Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption et infractions assimilées.
L'entrée en vigueur de cette dernière requiert 15 ratifications. L'Algérie est le 15e pays africain à avoir ratifié cette convention (juillet 2006) : elle est entrée en vigueur en août 2006. La convention entend renforcer l'arsenal juridique de la lutte contre la corruption en établissant la liste de tous les délits qui devraient être sanctionnés par la législation nationale, en matière de corruption, et en présentant des mesures permettant de les détecter et de les instruire. La convention délimite également la juridiction des Etats-parties, définit l'assistance juridique mutuelle en matière de lutte contre la corruption et infractions assimilées, encourage l'éducation et la sensibilisation du public sur les effets néfastes de la corruption et offre un cadre pour le contrôle et la supervision de son application. Une faiblesse de cet instrument est qu'elle laisse, à chaque signataire, l'option de renoncer à certaines des dispositions, voire à l'ensemble de celles-ci. Concernant le mécanisme de suivi —défini par l'article 22 —, la CUA a prévu la création d'un «comité consultatif sur la corruption et les infractions assimilées», au sein de l'Union africaine.
Composé de 11 experts, ce comité a pour fonction principale de «promouvoir et d'encourager l'adoption et l'application de mesures de lutte contre la corruption» en établissant, notamment, «des partenariats avec la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, la société civile africaine, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, afin de faciliter le dialogue sur la lutte contre la corruption et les infractions assimilées».
D. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.