FC Barcelone: Ce message fort sur l'influence de Lionel Messi au Barça...    Tribunal de Sidi M'hamed à Alger : 24 manifestants jetés en prison    Al Ahli: L'entraîneur de Belaili limogé    BENSALAH SIGNE LES LOIS RELATIVES A LA TENUE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : Convocation du corps électoral    SOUTIEN A LA CREATION D'ENTREPRISES AU SUD : Levée de gel pour les projets des jeunes    RENTREE UNIVERSITAIRE 2019-2020 A MOSTAGANEM : L'université renforce ses capacités d'accueil    HECATOMBE ROUTIERE : 11 morts et 20 blessés en 48 heures    KHEIR-EDDINE : Les parents d'élèves demandent une protection policière    Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Les manifestants insistent sur le départ du système    Des personnalités nationales et des organisations dénoncent    L'Opep et ses alliés sur le gril    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Le Real se régale, puis se relâche    "La Tunisie est en train de forger son propre modèle démocratique"    La libération du candidat Nabil Karoui sera «une évidence» s'il sort vainqueur    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Meilleures recettes au gingembre pour traiter l'asthme    Un homme électrocuté    Hommage à Cheb Hasni par les siens    Soirées diwane au dendoune et karkabou    Le lion mécanique de Léonard de Vinci exposé à Paris    Ligue des champions (2e tour, match aller) USM Alger – GOR MAHIA (20H45) : Tout pour assurer au stade Tchaker    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux femmes, deux auteures, deux exils
Rencontre littéraire avec Djamila Abdelli-Labiod et Khadidja Djama
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2019

Djamila Abdelli-Labiod et Khadidja Djama sont les invitées de la prochaine édition du café littéraire et philosophique de Tizi-Ouzou qui fêtera en cette occasion son huitième anniversaire.
Les deux auteures «parleront des fêlures, des blessures et de l'arrachement qu'elles ont subies durant leur enfance», précisent les organisateurs de la manifestation.
Dans son ouvrage autobiographique, la réglisse de mon enfance, paru chez Médias Index, Djamila Abdelli-Labiod raconte comment on a arraché son enfance à Lina, le personnage principal de son roman. Cette enfant, qui vivait son enfance à Paris, s'est vue obligée de quitter son «milieu naturel», là ou elle avait tous ses repères. En effet, le père de Lina déménagera avec sa famille juste après l'indépendance de l'Algérie pour retrouver la Kabylie, sa terre natale.
Le retour vers la terre de ses origines va bouleverser la vie de Lina. Elle se rendra vite compte du poids des contradictions de la société avec ses codes de fonctionnement rigides et très pesants pour ses frêles épaules.
Entre l'innocence, où elle se faisait un réel plaisir de manger la réglisse et la réalité du quotidien lourd à supporter, la petite fille a appris à faire face, même à ses dépens. A la fin, elle a pu faire du chemin même si tout ce qu'elle a refoulé refaisait surface de temps en temps, car on ne guérit jamais définitivement de son enfance.
Le titre de l'ouvrage évoque pour l'écrivaine «cette période d'insouciance de l'enfance, ses amusements, ses plaisirs». La réglisse, qui était sa friandise préférée, est, en quelque sorte, le lien symbolique qu'elle veut garder avec son pays natal : la France.
Khadidja Djama aussi évoque un vécu douloureux et une autre forme d'exil à travers son livre, rescapée du conflit algéro-marocain, paru aux éditions Achab.
L'auteure raconte le sort subi par sa famille, expulsée du Maroc vers le village natal de son père, en Kabylie, après le conflit algéro-marocain ou ce qui est appelé «La guerre des sables». L'arrivée des Djama n'est pas synonyme de bienvenue car la mère de Khadidja est marocaine d'origine. Ceci n'a pas facilité la vie à la famille. La mère «marocaine» était indésirable dans la communauté villageoise qui stigmatise «l'étrangère» et malmène ses enfants.
Khadidja Djama en témoigne avec des mots qui ne laisseront pas insensibles. Cet épisode, très pénible à vivre, a laissé des séquelles indélébiles sur l'ensemble de sa famille.
Malgré cette difficile situation, cela n'a pas manqué de donner de la force et de la volonté à Khadidja Djama qui a pu se surpasser et se réaliser dans la vie et sur le plan professionnel. Elle a fini par exaucer son rêve de devenir animatrice à la Radio Chaîne II d'expression amazighe. Elle a aussi obtenu avec brio un doctorat d'Etat en sociologie.
Ces deux récits montrent bien le parcours difficile des deux auteures. Elles ont choisi de mettre des mots qui guérissent les maux et les blessures morales enfouis au plus profond de l'être humain.
Le prochain café littéraire et philosophique de Tizi-Ouzou avec Djamila Abdelli-Labiod et Khadidja Djama est prévu le samedi 2 mars à partir de 14h au café-restaurant Aminel, situé au 7, boulevard Stiti. La rencontre sera suivie d'une vente-dédicace des ouvrages.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.