Présidentielle: toutes les dispositions prises pour la réussite du processus électoral    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Il y a tromperie sur la marchandise    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Se disputer avec soi-même    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Rendez-vous vendredi»
LES MANIFESTANTS NE DESARMENT PAS ET MULTIPLIENT LES APPELS À INVESTIR LA RUE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

A peine formulées, les dernières décisions de Abdelaziz Bouteflika ont entraîné des réactions de rue à travers lesquelles les citoyens ont exprimé leur rejet du contenu des annonces faites lundi en fin de journée. Ils promettent aussi de se mobiliser à nouveau, et encore plus nombreux, ce vendredi pour réclamer «des changements radicaux».
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les rues habituellement désertes à 20h se sont emplies soudainement de monde ce lundi soir. Des télévisions privées, mais aussi la chaîne publique diffusant ses émissions en français venaient de faire lecture des grandes décisions prises par Abdelaziz Bouteflika au lendemain de son retour de Genève.
Des rumeurs autour de ces annonces circulaient depuis la veille. Les spéculations allaient alors bon train, certains allant jusqu'à entrevoir la possibilité d'aller vers un maintien de la présidentielle contre vents et marées.
La lecture des principaux points contenus dans le message diffusé engendre une légère confusion passagère. La décision d'annuler le cinquième mandat, principale revendication citoyenne formulée jusqu'ici, et le report des élections paraissent, durant un court instant, griser certains.
Des klaxons se font entendre dans les rues d'Alger. Certains reporters de télévision évoquent de la joie, mais les commentaires sont vite revus. Par dizaines, les Algériens envahissent les principales artères du centre-ville pour livrer leur réponse au pouvoir. Les slogans sont sans appel «Pas de transition», «Pas de prolongement du quatrième mandat».
Les Algérois veillent très tard dans les rues. Les nouveaux développements intervenus sont suivis avec une très grande attention.
Mardi matin, vers 9h, les étudiants sortent à leur tour. La mobilisation est nationale. Les mots d'ordre en disent gros sur l'état d'esprit des Algériens. Les slogans ont été adaptés à la nouvelle situation. «Non à Bedoui et Lamamra», «Nous voulons un changement radical», «Non au quatrième mandat bis», «Pas de conférence nationale», «Attention, c'est un leurre, peuple ne lâche pas»… Les slogans ont été adaptés, affinés durant la nuit. Hier, des centaines d'étudiants manifestaient également dans plusieurs grandes villes du pays.
L'expression du rejet se fait également à travers les réseaux sociaux. Plusieurs appels ont été lancés à manifester ce vendredi encore. La mobilisation des citoyens sur le net est permanente depuis un long moment déjà. «Plus d'un million pour dire non aux réformes proposées» peut-on lire cette fois dans le texte publié.
Dans plusieurs autres posts, des intellectuels décortiquent le message de Abdelaziz Bouteflika et évoquent les raisons de son rejet. Des «changements radicaux» et le «départ des responsables de la crise» sont réclamés. L'Algérie s'apprête-t-elle à vivre donc un nouveau vendredi de grande mobilisation citoyenne ? Les manifestations incessantes des étudiants à travers le territoire national, les marches spectaculaires initiées par les avocats, dans certaines wilayas il s'agissait carrément de magistrats, l'adhésion de très larges secteurs, organismes, ont mis le pays dans un état d'effervescence, de bouillonnement, mais aussi d'attente. Il se trouve que toutes les propositions formulées jusqu'à l'heure ont été rejetées. La lettre de candidature de Bouteflika a eu pour effet de mobiliser davantage les Algériens et cela s'est traduit par une participation de grande ampleur ce 8 mars. Aujourd'hui, ils promettent de venir nombreux ce vendredi pour apporter leur réponse aux dernières décisions.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.