Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Rendez-vous vendredi»
LES MANIFESTANTS NE DESARMENT PAS ET MULTIPLIENT LES APPELS À INVESTIR LA RUE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

A peine formulées, les dernières décisions de Abdelaziz Bouteflika ont entraîné des réactions de rue à travers lesquelles les citoyens ont exprimé leur rejet du contenu des annonces faites lundi en fin de journée. Ils promettent aussi de se mobiliser à nouveau, et encore plus nombreux, ce vendredi pour réclamer «des changements radicaux».
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les rues habituellement désertes à 20h se sont emplies soudainement de monde ce lundi soir. Des télévisions privées, mais aussi la chaîne publique diffusant ses émissions en français venaient de faire lecture des grandes décisions prises par Abdelaziz Bouteflika au lendemain de son retour de Genève.
Des rumeurs autour de ces annonces circulaient depuis la veille. Les spéculations allaient alors bon train, certains allant jusqu'à entrevoir la possibilité d'aller vers un maintien de la présidentielle contre vents et marées.
La lecture des principaux points contenus dans le message diffusé engendre une légère confusion passagère. La décision d'annuler le cinquième mandat, principale revendication citoyenne formulée jusqu'ici, et le report des élections paraissent, durant un court instant, griser certains.
Des klaxons se font entendre dans les rues d'Alger. Certains reporters de télévision évoquent de la joie, mais les commentaires sont vite revus. Par dizaines, les Algériens envahissent les principales artères du centre-ville pour livrer leur réponse au pouvoir. Les slogans sont sans appel «Pas de transition», «Pas de prolongement du quatrième mandat».
Les Algérois veillent très tard dans les rues. Les nouveaux développements intervenus sont suivis avec une très grande attention.
Mardi matin, vers 9h, les étudiants sortent à leur tour. La mobilisation est nationale. Les mots d'ordre en disent gros sur l'état d'esprit des Algériens. Les slogans ont été adaptés à la nouvelle situation. «Non à Bedoui et Lamamra», «Nous voulons un changement radical», «Non au quatrième mandat bis», «Pas de conférence nationale», «Attention, c'est un leurre, peuple ne lâche pas»… Les slogans ont été adaptés, affinés durant la nuit. Hier, des centaines d'étudiants manifestaient également dans plusieurs grandes villes du pays.
L'expression du rejet se fait également à travers les réseaux sociaux. Plusieurs appels ont été lancés à manifester ce vendredi encore. La mobilisation des citoyens sur le net est permanente depuis un long moment déjà. «Plus d'un million pour dire non aux réformes proposées» peut-on lire cette fois dans le texte publié.
Dans plusieurs autres posts, des intellectuels décortiquent le message de Abdelaziz Bouteflika et évoquent les raisons de son rejet. Des «changements radicaux» et le «départ des responsables de la crise» sont réclamés. L'Algérie s'apprête-t-elle à vivre donc un nouveau vendredi de grande mobilisation citoyenne ? Les manifestations incessantes des étudiants à travers le territoire national, les marches spectaculaires initiées par les avocats, dans certaines wilayas il s'agissait carrément de magistrats, l'adhésion de très larges secteurs, organismes, ont mis le pays dans un état d'effervescence, de bouillonnement, mais aussi d'attente. Il se trouve que toutes les propositions formulées jusqu'à l'heure ont été rejetées. La lettre de candidature de Bouteflika a eu pour effet de mobiliser davantage les Algériens et cela s'est traduit par une participation de grande ampleur ce 8 mars. Aujourd'hui, ils promettent de venir nombreux ce vendredi pour apporter leur réponse aux dernières décisions.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.