Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestations contre le cinquième mandat se poursuivent.. Démonstration de force des étudiants à Alger
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 03 - 2019

Les universitaires de toutes les facultés ont convergé vers la Grande poste, où ils ont observé un grand rassemblement pacifique.
L'université algérienne a vécu, hier, une autre journée de mobilisation contre le cinquième mandat. De Tlemcen à Annaba, Bejaïa, Constantine, Bouira, Tizi-Ouzou, Mostaganem, Oran, Oum El Bouaghi… la famille universitaire s'est fortement manifestée, pour exprimer à nouveau son opposition à la continuité. La contestation ne faiblit donc pas, en attendant les grandes manifestations de vendredi. A Alger, les étudiants ont défilé par milliers dans les rues d'Alger-centre.
De 10h du matin jusqu'à 17h, les étudiants n'ont pas cessé de crier leur colère contre le projet du cinquième mandat. Les universitaires de toutes les facultés ont convergé vers la Grande poste, où ils ont observé un grand rassemblement pacifique. Un autre grand rassemblement a été observé à la place Audin. Un dispositif sécuritaire impressionnant a été déployé autour de ses deux points. La rue Didouche Mourad a été complètement obstruée par des camions de la police, pour empêcher les manifestants de l'emprunter. La place de la Grande poste a été quadrillée, et toutes les «montées» vers le Palais du gouvernement bouclées, de crainte de voir les étudiants se diriger vers ce lieu. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant, les forces de l'ordre étant instruites de ne pas utiliser la force pour empêcher les manifestations.
Cependant, aux environs de 17h, quelques escarmouches entre manifestants, qui semblent ne pas être des étudiants, et les agents de l'ordre, ont été signalées. Les policiers ont usé du gaz lacrymogène pour les disperser, et plusieurs d'entre eux ont été interpellés. C'est à 10h que les premiers groupes d'étudiants commençaient à envahir la Place Audin et la Grande poste. La foule grandissait au fil des minutes, jusqu'à atteindre plusieurs milliers, qui ont marchés entre les deux places, parfois en empruntant le tunnel des facultés. Le haut sens de civisme et de responsabilité des manifestants a fait que les dizaines de véhicules stationnés à la place Audin n'ont subi aucune égratignure, malgré l'importance de la foule. Quelques commerces ont également gardé ouvert leur rideau.
Ce qui est à déplorer est la fermeture du métro, malgré le caractère pacifique de la contestation. Munis de l'emblème national et brandissant des pancartes hostiles au cinquième mandat, les étudiants ont crié à gorges déployées leur colère, quant à l'entêtement des partisans de Bouteflika, à vouloir imposer cette option contre laquelle toute l'Algérie est mobilisée. «Y aura pas de cinquième mandat, Bouteflika, même si vous déployez vos forces de l'ordre», scandaient les manifestants. Ils ont également répondu au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a miroité la Syrie pour faire peur aux citoyens. Les manifestants ont affirmé, à travers leurs slogans, que l'Algérie n'est pas la Syrie. «Djeich chaab, khawa khawa» (armée et peuple, nous sommes des frères), ont-ils scandé tout au long de la journée.
Sans oublier le slogan phare lancé partout depuis le début de la contestation pacifique du cinquième mandat, à savoir «L'Algérie est une République et non une monarchie». Les youyous n'ont pas manqué de fuser, alors qu'un hélicoptère de la police survolait la ville. Sur les pancartes brandies par les étudiants, certains écrits attirent l'attention. «Maintenant que nous sommes réveillés, nous ne laisserons rien passer», «En Syrie, ça a commencé avec des roses. Ce n'est pas pareil chez nous. Ça a commencé avec du cachir», ou encore, «changement radical», sont parmi ces nombreux slogans inscrits sur les pancartes. Vers 17h, les étudiants se sont dispersés dans le calme. Quelques jeunes n'ont pas manqué de mener une opération nettoyage des lieux. Quant au dispositif sécuritaire, il est toujours maintenu, au moment où nous mettons sous presse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.