Commerce: Rezig rencontre les producteurs et importateurs de fournitures scolaires    Révision de la Constitution, un pas important vers l'édification d'une Algérie forte    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Le parquet général ouvre une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestations contre le cinquième mandat se poursuivent.. Démonstration de force des étudiants à Alger
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 03 - 2019

Les universitaires de toutes les facultés ont convergé vers la Grande poste, où ils ont observé un grand rassemblement pacifique.
L'université algérienne a vécu, hier, une autre journée de mobilisation contre le cinquième mandat. De Tlemcen à Annaba, Bejaïa, Constantine, Bouira, Tizi-Ouzou, Mostaganem, Oran, Oum El Bouaghi… la famille universitaire s'est fortement manifestée, pour exprimer à nouveau son opposition à la continuité. La contestation ne faiblit donc pas, en attendant les grandes manifestations de vendredi. A Alger, les étudiants ont défilé par milliers dans les rues d'Alger-centre.
De 10h du matin jusqu'à 17h, les étudiants n'ont pas cessé de crier leur colère contre le projet du cinquième mandat. Les universitaires de toutes les facultés ont convergé vers la Grande poste, où ils ont observé un grand rassemblement pacifique. Un autre grand rassemblement a été observé à la place Audin. Un dispositif sécuritaire impressionnant a été déployé autour de ses deux points. La rue Didouche Mourad a été complètement obstruée par des camions de la police, pour empêcher les manifestants de l'emprunter. La place de la Grande poste a été quadrillée, et toutes les «montées» vers le Palais du gouvernement bouclées, de crainte de voir les étudiants se diriger vers ce lieu. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant, les forces de l'ordre étant instruites de ne pas utiliser la force pour empêcher les manifestations.
Cependant, aux environs de 17h, quelques escarmouches entre manifestants, qui semblent ne pas être des étudiants, et les agents de l'ordre, ont été signalées. Les policiers ont usé du gaz lacrymogène pour les disperser, et plusieurs d'entre eux ont été interpellés. C'est à 10h que les premiers groupes d'étudiants commençaient à envahir la Place Audin et la Grande poste. La foule grandissait au fil des minutes, jusqu'à atteindre plusieurs milliers, qui ont marchés entre les deux places, parfois en empruntant le tunnel des facultés. Le haut sens de civisme et de responsabilité des manifestants a fait que les dizaines de véhicules stationnés à la place Audin n'ont subi aucune égratignure, malgré l'importance de la foule. Quelques commerces ont également gardé ouvert leur rideau.
Ce qui est à déplorer est la fermeture du métro, malgré le caractère pacifique de la contestation. Munis de l'emblème national et brandissant des pancartes hostiles au cinquième mandat, les étudiants ont crié à gorges déployées leur colère, quant à l'entêtement des partisans de Bouteflika, à vouloir imposer cette option contre laquelle toute l'Algérie est mobilisée. «Y aura pas de cinquième mandat, Bouteflika, même si vous déployez vos forces de l'ordre», scandaient les manifestants. Ils ont également répondu au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a miroité la Syrie pour faire peur aux citoyens. Les manifestants ont affirmé, à travers leurs slogans, que l'Algérie n'est pas la Syrie. «Djeich chaab, khawa khawa» (armée et peuple, nous sommes des frères), ont-ils scandé tout au long de la journée.
Sans oublier le slogan phare lancé partout depuis le début de la contestation pacifique du cinquième mandat, à savoir «L'Algérie est une République et non une monarchie». Les youyous n'ont pas manqué de fuser, alors qu'un hélicoptère de la police survolait la ville. Sur les pancartes brandies par les étudiants, certains écrits attirent l'attention. «Maintenant que nous sommes réveillés, nous ne laisserons rien passer», «En Syrie, ça a commencé avec des roses. Ce n'est pas pareil chez nous. Ça a commencé avec du cachir», ou encore, «changement radical», sont parmi ces nombreux slogans inscrits sur les pancartes. Vers 17h, les étudiants se sont dispersés dans le calme. Quelques jeunes n'ont pas manqué de mener une opération nettoyage des lieux. Quant au dispositif sécuritaire, il est toujours maintenu, au moment où nous mettons sous presse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.