Dans le respect de la Constitution et des lois républicaines : L'ANP fera face aux plans de la discorde    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    "L'aide de l'armée est capitale"    Le Hirak doit désigner une élite qui le représente    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Chakib Khelil devant la Cour suprême    l'ambassade de France dément officiellement    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache    Pétrole : L'amélioration des fondamentaux du marché derrière l'ascension des cours    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    Coupe d'Algérie (demi-finales/retour), aujourd'hui, JSMB-ESS : Avantage pour Béjaia mais…    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Les examens sont du ressort des universités    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Ain Lahdjer (Bouira).. Le non bénéficiaires de logement reviennent à la charge    Il sera poursuivi pour infraction à la législation.. Chakib Khelil devant la Cour suprême    Nouveau PDG de Sonatrach.. Rachid Hachichi prend ses fonctions    Après avoir critiqué l'opposition, il se dit ouvert à toute proposition constructive et initiative.. Le discours apaisant de Gaïd Salah    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    Coupe d'Algérie (1/2 finale retour) CRB 2 : CSC 0.. Le Chabab s'offre sa onzième finale    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens à la recherche d'une double rupture
19 Mars 1962-19 Mars 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Les Algériens l'ont compris : ce 19 Mars revêt un caractère hautement symbolique, celui d'une double rupture avec l'ancien colonisateur aujourd'hui accusé de soutenir un système qu'ils appellent à partir.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La fête de la Victoire proclamée au lendemain des accords d'Evian prend donc une charge toute particulière dans le calendrier de la contestation qui s'exprime de plus en plus fort dans le pays et il n'est pas étrange que des appels à de nouveaux rassemblements aient été lancés pour cette journée.
La semaine qui s'est écoulée était déjà riche en expressions de rejet de l'ingérence française dans les affaires algériennes. Hommes politiques, étudiants ou simples citoyens ont commencé par réagir via le net aux commentaires du chef d'Etat français et de son Premier ministre lesquels se sont précipités à déclarer leur soutien aux réformes proposées par Abdelaziz Bouteflika en réponse aux manifestations qui secouent le territoire national.
A l'algérienne, les manifestants ont répondu à Emmanuel Macron en masse ce vendredi à travers des slogans très révélateurs du sentiment populaire mais aussi des affiches comportant des messages à jamais gravés dans l'histoire des relations franco-algériennes. On a vu aussi d'anciennes moudjahidate défiler, mégaphone en main, pour rappeler aux plus jeunes le rôle joué par la France pour le maintien de la «médiocrité au pouvoir».
L'Elysée enregistrera aussi dans ces mémoires cet épisode court, mais combien chargé de symbolique, durant lequel son standard a été saturé d'appels en provenance d'Algérie et contestant le contenu de ses déclarations au lendemain de l'annonce du plan de sortie de crise proposé par le chef d'Etat algérien.
Hier, des représentants de la communauté franco-algérienne membres de la société civile française (une centaine, selon les informations rapportées par des médias français) ont pris le relais en adressant un communiqué à l'Elysée dans lequel ils contestent cette fois la «prudence» avec laquelle Macron a agi dans cette situation délicate que traverse l'Algérie. «Le choix de la France de saluer cette décision (sans faire cas de l'environnement juridique algérien) est considéré par la majorité des Algériens comme un soutien de la France au coup de force du pouvoir en place.»
Conscient de la maladresse commise par son Premier ministre qui affichait son soutien à la transition annoncée par Bouteflika alors que la rue réclame son départ, le Président français a tenté de rattraper le coup en se prononçant pour une «période de transition raisonnable» puis en «informant» la population algérienne à la recherche de la démocratie que la France «allait les accompagner dans ce processus». Tels que formulés, les mots ne sont pas passés.
Les slogans des manifestants ont prouvé que la recherche de la démocratie passe aussi inéluctablement par celle d'une nouvelle indépendance vis-à-vis de ce pays accusé d'entretenir une trop grande proximité avec les pouvoirs successifs algériens.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.