Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens à la recherche d'une double rupture
19 Mars 1962-19 Mars 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Les Algériens l'ont compris : ce 19 Mars revêt un caractère hautement symbolique, celui d'une double rupture avec l'ancien colonisateur aujourd'hui accusé de soutenir un système qu'ils appellent à partir.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La fête de la Victoire proclamée au lendemain des accords d'Evian prend donc une charge toute particulière dans le calendrier de la contestation qui s'exprime de plus en plus fort dans le pays et il n'est pas étrange que des appels à de nouveaux rassemblements aient été lancés pour cette journée.
La semaine qui s'est écoulée était déjà riche en expressions de rejet de l'ingérence française dans les affaires algériennes. Hommes politiques, étudiants ou simples citoyens ont commencé par réagir via le net aux commentaires du chef d'Etat français et de son Premier ministre lesquels se sont précipités à déclarer leur soutien aux réformes proposées par Abdelaziz Bouteflika en réponse aux manifestations qui secouent le territoire national.
A l'algérienne, les manifestants ont répondu à Emmanuel Macron en masse ce vendredi à travers des slogans très révélateurs du sentiment populaire mais aussi des affiches comportant des messages à jamais gravés dans l'histoire des relations franco-algériennes. On a vu aussi d'anciennes moudjahidate défiler, mégaphone en main, pour rappeler aux plus jeunes le rôle joué par la France pour le maintien de la «médiocrité au pouvoir».
L'Elysée enregistrera aussi dans ces mémoires cet épisode court, mais combien chargé de symbolique, durant lequel son standard a été saturé d'appels en provenance d'Algérie et contestant le contenu de ses déclarations au lendemain de l'annonce du plan de sortie de crise proposé par le chef d'Etat algérien.
Hier, des représentants de la communauté franco-algérienne membres de la société civile française (une centaine, selon les informations rapportées par des médias français) ont pris le relais en adressant un communiqué à l'Elysée dans lequel ils contestent cette fois la «prudence» avec laquelle Macron a agi dans cette situation délicate que traverse l'Algérie. «Le choix de la France de saluer cette décision (sans faire cas de l'environnement juridique algérien) est considéré par la majorité des Algériens comme un soutien de la France au coup de force du pouvoir en place.»
Conscient de la maladresse commise par son Premier ministre qui affichait son soutien à la transition annoncée par Bouteflika alors que la rue réclame son départ, le Président français a tenté de rattraper le coup en se prononçant pour une «période de transition raisonnable» puis en «informant» la population algérienne à la recherche de la démocratie que la France «allait les accompagner dans ce processus». Tels que formulés, les mots ne sont pas passés.
Les slogans des manifestants ont prouvé que la recherche de la démocratie passe aussi inéluctablement par celle d'une nouvelle indépendance vis-à-vis de ce pays accusé d'entretenir une trop grande proximité avec les pouvoirs successifs algériens.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.