APN : Loukal met en avant l'importance de l'amendement de la loi organique relative aux lois de Finances    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Man City : Mahrez toujours remonté contre Leicester    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    Asphyxie au monoxyde de carbone à Constantine: hausse du nombre d'interventions des secours    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    CNAC de Sétif: financement depuis janvier dernier de 122 projets    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Quelques conseils pour garder longtemps vos ongles de reine    Trois Palestiniens tués et 470 blessés en octobre    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Une année de réclusion avec 6 mois de sursis à l'encontre de 21 détenus pour atteinte à l'unité nationale    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Mascara: Deux frères tués dans un accident de la route    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    Contrôle des changes: La note de la Banque d'Algérie fait toujours jaser    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Les équilibres généraux et l'organisation de l'économie Des contraintes et des exigences pour la prochaine étape de développement    Le directeur général d'"Al Salam Bank " affirme : " Des prêts bancaires " Halal " seront accordés aux souscripteurs du programme LPA "    Plusieurs axes routiers fermés à la circulation    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Six mois de prison requis contre "Spécifique"    Création d'un fichier national des hooligans    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des slogans affinés pour dire «non» aux dernières décisions
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 03 - 2019

Pour le quatrième vendredi consécutif, les Algériens sont sortis par milliers à travers l'ensemble du territoire national pour dire non aux dernières propositions du pouvoir. Mais il n'y a pas que le caractère pacifique des manifestations qui force l'admiration du monde, les slogans sont attendus, décortiqués, expression profonde d'un mouvement pas comme les autres.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les mots ont un sens, et les Algériens mobilisés depuis près d'un mois pour réclamer une rupture avec le système en place depuis l'indépendance du pays l'ont bien compris. Loin des partis politiques, des organisations de masse censées encadrer ces formes de contestation, les citoyens expriment, depuis des semaines, leur opinion en puisant dans la terminologie populaire des expressions traduisant des positions hautement politiques. Et elles traduisent aussi et surtout la manière avec laquelle la société suit les développements en cours. Le niveau de conscience, l'intérêt étaient, une fois de plus, très perceptibles hier lors des manifestations qui ont drainé de grandes foules à travers l'ensemble du territoire national. Les citoyens sont sortis pour dire non aux dernières décisions de Abdelaziz Bouteflika, celles consistant à construire une deuxième république en passant par l'organisation d'une conférence nationale devant elle-même déboucher sur une nouvelle Constitution puis être suivie d'un référendum populaire. Ce à quoi les manifestants ont répondu ce vendredi en brandissant des pancartes réclamant le départ de «Bedoui et Lamamra», respectivement Premier ministre et vice-Premier ministre mis en place pour gérer la situation d'urgence dans laquelle se trouve le pays.
Mais ni l'un ni l'autre ne semblent avoir convaincu. Mégaphone en main, des manifestants scandaient leur nom repris par la foule qui scandait «dégage». «Pas de réformes», «La Constitution n'est pas un cahier d'essai», «Pas de référendum, le peuple a parlé», pouvait-on également lire sur plusieurs affiches.
Les réponses sont claires, sans appel. A Didouche-Mourad comme à la place Audin, des groupes de jeunes veillent à ce que l'expression écrite soit très présente dans ces manifestations. Pour ce faire, ils ont amené avec eux des rames de papier et des feutres qu'ils proposent gratuitement à ceux qui auraient de nouvelles idées. Beaucoup en profitent pour inscrire à la hâte les nouvelles idées qui viennent de germer. Assise sur des marches d'escalier, une jeune fille écrit : «Système out. Notre réponse : dégagez».
Les slogans sont rédigés en fonction de l'évolution de l'actualité nationale et internationale. Les refus d'ingérence sont multiples et traduits de manière affinée. Vendredi dernier, les réactions aux propos des Américains («nous suivons de très près la situation en Algérie et nous continuerons à le faire», départements d'Etat) ont donné naissance à des slogans écrits en anglais pour dire globalement «occupez-vous de vos affaires nous avons vu ce que vous avez fait dans le monde».
Hier, les manifestants ont réagi avec force aux commentaires maladroits d'Emmanuel Macron (voir encadré). Les slogans hostiles au cinquième mandat ne sont plus d'actualité. Pas plus que ceux en rapport avec les élections. L'heure était à la réponse aux réformes proposées, mais aussi à la détermination à poursuivre le mouvement de contestation. Des mots simples pour tout dire : «Si vous ne partez pas, nous ne bougerons pas aussi», parfois aussi des images, celles de martyrs de la Révolution pour rappeler que beaucoup de sang a coulé afin que l'Algérie connaisse un sort meilleur. Dans le lot, certains jeunes ont leur manière de traduire leur opinion, «Impossible de construire un nouveau navire avec du vieux bois». Au centre de l'affiche, les photos de Bedoui, Lamamra et Lakhdar Brahimi sont en médaillon.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.