L'autoritarisme inquiétant de Gaïd Salah    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Cabale contre Issad Rebrab    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    L'UA accorde un sursis de 3 mois à l'armée    Au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Washington menace ses alliés    Mellal, en "président" populaire du MCO    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    Mahrez veut partir,Guardiola dit non !    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Indécis et décisif    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des slogans affinés pour dire «non» aux dernières décisions
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 03 - 2019

Pour le quatrième vendredi consécutif, les Algériens sont sortis par milliers à travers l'ensemble du territoire national pour dire non aux dernières propositions du pouvoir. Mais il n'y a pas que le caractère pacifique des manifestations qui force l'admiration du monde, les slogans sont attendus, décortiqués, expression profonde d'un mouvement pas comme les autres.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les mots ont un sens, et les Algériens mobilisés depuis près d'un mois pour réclamer une rupture avec le système en place depuis l'indépendance du pays l'ont bien compris. Loin des partis politiques, des organisations de masse censées encadrer ces formes de contestation, les citoyens expriment, depuis des semaines, leur opinion en puisant dans la terminologie populaire des expressions traduisant des positions hautement politiques. Et elles traduisent aussi et surtout la manière avec laquelle la société suit les développements en cours. Le niveau de conscience, l'intérêt étaient, une fois de plus, très perceptibles hier lors des manifestations qui ont drainé de grandes foules à travers l'ensemble du territoire national. Les citoyens sont sortis pour dire non aux dernières décisions de Abdelaziz Bouteflika, celles consistant à construire une deuxième république en passant par l'organisation d'une conférence nationale devant elle-même déboucher sur une nouvelle Constitution puis être suivie d'un référendum populaire. Ce à quoi les manifestants ont répondu ce vendredi en brandissant des pancartes réclamant le départ de «Bedoui et Lamamra», respectivement Premier ministre et vice-Premier ministre mis en place pour gérer la situation d'urgence dans laquelle se trouve le pays.
Mais ni l'un ni l'autre ne semblent avoir convaincu. Mégaphone en main, des manifestants scandaient leur nom repris par la foule qui scandait «dégage». «Pas de réformes», «La Constitution n'est pas un cahier d'essai», «Pas de référendum, le peuple a parlé», pouvait-on également lire sur plusieurs affiches.
Les réponses sont claires, sans appel. A Didouche-Mourad comme à la place Audin, des groupes de jeunes veillent à ce que l'expression écrite soit très présente dans ces manifestations. Pour ce faire, ils ont amené avec eux des rames de papier et des feutres qu'ils proposent gratuitement à ceux qui auraient de nouvelles idées. Beaucoup en profitent pour inscrire à la hâte les nouvelles idées qui viennent de germer. Assise sur des marches d'escalier, une jeune fille écrit : «Système out. Notre réponse : dégagez».
Les slogans sont rédigés en fonction de l'évolution de l'actualité nationale et internationale. Les refus d'ingérence sont multiples et traduits de manière affinée. Vendredi dernier, les réactions aux propos des Américains («nous suivons de très près la situation en Algérie et nous continuerons à le faire», départements d'Etat) ont donné naissance à des slogans écrits en anglais pour dire globalement «occupez-vous de vos affaires nous avons vu ce que vous avez fait dans le monde».
Hier, les manifestants ont réagi avec force aux commentaires maladroits d'Emmanuel Macron (voir encadré). Les slogans hostiles au cinquième mandat ne sont plus d'actualité. Pas plus que ceux en rapport avec les élections. L'heure était à la réponse aux réformes proposées, mais aussi à la détermination à poursuivre le mouvement de contestation. Des mots simples pour tout dire : «Si vous ne partez pas, nous ne bougerons pas aussi», parfois aussi des images, celles de martyrs de la Révolution pour rappeler que beaucoup de sang a coulé afin que l'Algérie connaisse un sort meilleur. Dans le lot, certains jeunes ont leur manière de traduire leur opinion, «Impossible de construire un nouveau navire avec du vieux bois». Au centre de l'affiche, les photos de Bedoui, Lamamra et Lakhdar Brahimi sont en médaillon.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.