"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milliers de manifestants dans la rue à Béjaïa
Marche anti-système
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2019

La mobilisation populaire contre le système actuel ne décolère pas à Béjaïa où des milliers de manifestants ont investi la rue hier encore, pour exiger le départ immédiat du président Bouteflika et de son clan au pouvoir. Des travailleurs de tous les secteurs ont répondu à l'appel lancé quelques jours auparavant via les réseaux sociaux, pour participer à cette grandiose marche de protestation.
Blouses blanches, éléments de la Protection civile, salariés d'Alcost, postiers, travailleurs de l'éducation, de la régie municipale, de la daïra, du siège de la Wilaya, des travailleurs du privé et des étudiants, tout ce beau monde a vibré comme un seul homme pour dire «nous ne sommes pas vos otages» et «dégagez maintenant», comme principal slogan et réponse précise à la dernière sortie du clan présidentiel, à l'occasion de la fête de la victoire où le président de la république semblait ignorer les réactions quotidiennes de la protesta contre ses propositions.
La manifestation d'hier a non seulement drainé beaucoup de monde dans les ruelles de la capitale des Hammadites mais avait pour objectif, selon les organisateurs, de donner plus d'élan dans la lutte pour «libérer le peuple algérien de la dictature dans les tout prochains jours».
Des slogans comme «système dégage» «Djeïch chaâb khawa khawa», «klitou lebled ya sarrakine» (vous avez dilapidé le pays, voleurs), ont été scandés à tue-tête, lors de ce déferlement citoyen.
Arrivés devant le siège de la mairie de Béjaïa, une fois n'est pas coutume, les manifestants ont scandé «FFS dégage», «FLN dégage» avant de poursuivre leur ascension vers la haute-ville défilant, drapeaux algérien et amazigh à la main, dans une atmosphère festive et joyeuse.
«Ça me donne des frissons parfois des larmes de voir toutes ces énergies patriotiques, toute cette jeunesse unie dans la joie pour défendre leurs droits pour une vie libre et démocratique. Franchement, l'Algérie mérite une autre image que les occidentaux avaient de nous à cause du système prôné par les Bouteflika et compagnie qui ont tout fait pour faire sombrer le pays dans le chaos et l'anarchie», nous dira un enseignant de l'université Abderrahmane-Mira de Béjaïa, lors de cette marche.
«L'université est résolue à poursuivre la lutte», «l'expression est notre culture, sa liberté notre devoir, son entretien notre objectif» et le «peuple exige votre départ», les pancartes se comptaient par centaines que les étudiants ont brandies et le tout dans une ambiance particulièrement festive.
Pour Khaled Tazaghart, le député démissionnaire, qui a participé à la manifestation aux côtés des enseignants de l'éducation «la lutte pour retrouver notre dignité doit continuer jusqu'au bout, nous n'avons pas le droit de baisser les bras maintenant que le système est mort, nous devons l'enterrer. J'ai tout le temps été aux côtés du peuple et je continuerai à l'être».
Par ailleurs, la ville de Sidi Aïch a été le théâtre d'une marche similaire contre le pouvoir en place où des centaines de manifestants dont de nombreux communaux, ont scandé les mêmes slogans de l'actuel mouvement populaire.
Kamel Gaci


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.