Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles marches grandioses: Un changement radical exigé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 03 - 2019

«Trouhou gaae, vous partez tous», tel est le mot d'ordre de ce quatrième vendredi de manifestation populaire contre le régime. La journée d'hier restera mémorable puisqu'elle a rassemblé pour la quatrième fois des millions de protestataires à travers le pays pour exiger du système de plier bagage et laisser la place à de nouvelles compétences élues par le peuple.
Les rues d'Alger à l'instar de toutes les villes du pays étaient noires de monde. Des Algériennes et des Algériens de tous les âges étaient présents à cette grande fête avec des slogans contre le prolongement du mandat du président Bouteflika et son entourage, et en rejetant l'offre de « Noureddine Bedoui, Ramtane Lamamra et Lakhdar Brahimi ». Sur une pancarte l'on pouvait lire « Le peuple algérien n'a pas besoin de tuteur ».
Des familles entières, grands et petits, sont sorties dans les rues de la capitale. Les rassemblements au niveau de la place de la Grande Poste, celle du Premier Mai et de la place Audin ont débuté dès le matin, plusieurs heures avant la marche. Les rues du centre d'Alger ont été submergées de monde hier.
Portant les drapeaux algérien, amazigh et même le drapeau palestinien, ils ont tous plaidé pour une deuxième République et pour un Etat de droit garantissant la justice, l'égalité des chances à tous les citoyens algériens sans exception. Sur une pancarte on pouvait lire « Le Sud algérien appartient à tous les Algériens et non pas à vos enfants et aux étrangers ». Les Algériens se disent pour une Algérie algérienne avec toute sa diversité culturelle et sa dimension sociale.
A 15h30 comme convenu, les manifestants entonnaient tous ensemble l'hymne national pour exprimer leur attachement à leur patrie et en rendant hommage à nos martyrs. En dépit du nombre impressionnant de manifestants, aucun incident n'a été enregistré jusqu'à 17 heures à Alger. Les policiers à l'écart supervisaient de loin la manifestation. Il faut le dire, les policiers en civil étaient présents en force parmi la foule pour éviter une éventuelle infiltration de « baltaguia » au sein du mouvement.
A Oran, la mobilisation pour le « changement de régime » a franchi un nouveau seuil, avec un nombre record de participants à la marche. Un nombre difficile à déterminer avec précision. Certains parlent du million dépassé, alors que les plus prudents avancent un chiffre qui tournerait autour de dizaines de milliers de manifestants. Des hommes, des femmes et des enfants. Des personnes âgées, des jeunes et des moins jeunes ont choisi ainsi de s'approprier la rue le temps d'un après-midi pour exprimer leur position par rapport à cette étape cruciale de l'Histoire du pays. « On a été contre le 5ème mandat. On est aussi contre le prolongement du 4ème mandat. On est pour un changement radical du régime », pouvait-on lire sur les pancartes et autres banderoles hissées par les manifestants. Quant aux chants scandés par la foule, ils étaient beaucoup plus explicites : « Ya serrakine, klitou lebled » (Bande de voleurs, vous avez mangé le pays ».
Pourtant, rien n'indiquait en cette matinée de vendredi une participation aussi massive à la marche. Bien au contraire, une ambiance plutôt tendue, dominée par la prudence, régnait tout au long de la semaine écoulée. Mais dès la fin de la prière du vendredi, des foules nombreuses ont commencé à envahir le centre-ville. Dès 15 heures, les principales artères et places du centre-ville étaient noires de monde. La rue Larbi Ben M'hidi, sur près d'un kilomètre, était complètement occupée par les manifestants. Vers 16 heures, la marche s'est étendue au Boulevard de l'ALN (Front de mer) formant ainsi une gigantesque marée humaine de plusieurs dizaines de milliers de manifestants.
A Tiaret, le premier cortège des manifestants s'est ébranlé du parc omnisports « Kaïd Ahmed » pour se diriger vers le centre-ville où d'autres citoyens, très nombreux, se trouvaient déjà sur place. Sous l'œil vigilant des forces anti-émeute, d'autres manifestants, agglutinés sur la place des Martyrs, ont convergé vers le centre-ville pour se mêler au reste des marcheurs. Des banderoles et autres drapeaux dans les mains, les manifestants ont encore brandi des slogans hostiles au pouvoir, exprimant leur refus d'une prolongation du mandat de Bouteflika et le report de l'élection présidentielle. Vers 15h30, la foule s'est dirigée vers le siège de la wilaya, protégée par un cordon de sécurité. Dans la partie méridionale de la ville, des citoyens se sont spontanément réunis près de la « cité Volani », brandissant des banderoles et autres emblèmes avant de remonter le boulevard vers le centre-ville. Aucun incident n'est à déplorer à l'heure où nous écrivons ces lignes.
A Constantine, des dizaines de milliers de personnes ont renouvelé, hier, pour le quatrième vendredi consécutifs, leur « niet » catégorique à la reconduction du système avec de vieux habits. Le centre-ville de Constantine a été submergé par une foule immense, après la prière du vendredi, avec l'emblème national dominant des banderoles avec des écrits qui rejettent le report de l'élection présidentielle. « On a demandé des élections Bouteflika, on nous donne Bouteflika sans élections », « pas une minute de plus Bouteflika », pouvait-on lire sur de larges banderoles portées par des jeunes manifestants.
Des dizaines de milliers d'autres personnes, des familles entières, avec femmes et enfants, des jeunes et des moins jeunes, des personnes âgées, des handicapés moteurs sur leurs motocycles, ont afflué de tous les coins de la wilaya vers le centre-ville pour participer à cette 4e marche. « Watani watani ghali thamani » (patrie patrie, chère patrie), « vive l'Algérie des chouhada », « ni report ni prolongation, le peuple veut le changement », scandait la foule pleine d'allégresse.
Et, comme les précédentes manifestations, des chants patriotiques ont été longuement repris par les manifestants, entrecoupés par des slogans « Djazaïr horra democratia » (Algérie libre et démocratique), « système dégage », « dites à Bedoui que c'est fini », « FLN dégage », « klitou labled ya sarakine » (vous avez dévoré le pays, voleurs) et autres slogans hostiles au pouvoir en général et toujours très conciliant avec les services de sécurité tous corps confondus, répétant en communion des refrains du genre « Djeich-chaab khawa-khawa » (armée-peuple frères-frères). Au fil des minutes, le centre-ville s'est avéré trop exiguë pour contenir cette foule qui n'arrivait plus à continuer sa marche, puisque le dernier carré reste collé au premier. Au moment où nous mettons sous presse, la foule qui ne cessait de grossir continuait encore à battre le pavé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.