Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Le décret publié au Journal officiel    Belhimer souligne l'urgence de les réguler    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    Concert de Hasna El Becharia    Le Barça perd un joueur avant d'affronter Naples    Communiqué du Conseil des ministres    Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Andy Delort répond encore à Neymar !    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Gros risques sur les banques    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le Chabab, un leader bien fragile    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Des potentialités inexploitées    Le saviez-vous… ?    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles marches grandioses: Un changement radical exigé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 03 - 2019

«Trouhou gaae, vous partez tous», tel est le mot d'ordre de ce quatrième vendredi de manifestation populaire contre le régime. La journée d'hier restera mémorable puisqu'elle a rassemblé pour la quatrième fois des millions de protestataires à travers le pays pour exiger du système de plier bagage et laisser la place à de nouvelles compétences élues par le peuple.
Les rues d'Alger à l'instar de toutes les villes du pays étaient noires de monde. Des Algériennes et des Algériens de tous les âges étaient présents à cette grande fête avec des slogans contre le prolongement du mandat du président Bouteflika et son entourage, et en rejetant l'offre de « Noureddine Bedoui, Ramtane Lamamra et Lakhdar Brahimi ». Sur une pancarte l'on pouvait lire « Le peuple algérien n'a pas besoin de tuteur ».
Des familles entières, grands et petits, sont sorties dans les rues de la capitale. Les rassemblements au niveau de la place de la Grande Poste, celle du Premier Mai et de la place Audin ont débuté dès le matin, plusieurs heures avant la marche. Les rues du centre d'Alger ont été submergées de monde hier.
Portant les drapeaux algérien, amazigh et même le drapeau palestinien, ils ont tous plaidé pour une deuxième République et pour un Etat de droit garantissant la justice, l'égalité des chances à tous les citoyens algériens sans exception. Sur une pancarte on pouvait lire « Le Sud algérien appartient à tous les Algériens et non pas à vos enfants et aux étrangers ». Les Algériens se disent pour une Algérie algérienne avec toute sa diversité culturelle et sa dimension sociale.
A 15h30 comme convenu, les manifestants entonnaient tous ensemble l'hymne national pour exprimer leur attachement à leur patrie et en rendant hommage à nos martyrs. En dépit du nombre impressionnant de manifestants, aucun incident n'a été enregistré jusqu'à 17 heures à Alger. Les policiers à l'écart supervisaient de loin la manifestation. Il faut le dire, les policiers en civil étaient présents en force parmi la foule pour éviter une éventuelle infiltration de « baltaguia » au sein du mouvement.
A Oran, la mobilisation pour le « changement de régime » a franchi un nouveau seuil, avec un nombre record de participants à la marche. Un nombre difficile à déterminer avec précision. Certains parlent du million dépassé, alors que les plus prudents avancent un chiffre qui tournerait autour de dizaines de milliers de manifestants. Des hommes, des femmes et des enfants. Des personnes âgées, des jeunes et des moins jeunes ont choisi ainsi de s'approprier la rue le temps d'un après-midi pour exprimer leur position par rapport à cette étape cruciale de l'Histoire du pays. « On a été contre le 5ème mandat. On est aussi contre le prolongement du 4ème mandat. On est pour un changement radical du régime », pouvait-on lire sur les pancartes et autres banderoles hissées par les manifestants. Quant aux chants scandés par la foule, ils étaient beaucoup plus explicites : « Ya serrakine, klitou lebled » (Bande de voleurs, vous avez mangé le pays ».
Pourtant, rien n'indiquait en cette matinée de vendredi une participation aussi massive à la marche. Bien au contraire, une ambiance plutôt tendue, dominée par la prudence, régnait tout au long de la semaine écoulée. Mais dès la fin de la prière du vendredi, des foules nombreuses ont commencé à envahir le centre-ville. Dès 15 heures, les principales artères et places du centre-ville étaient noires de monde. La rue Larbi Ben M'hidi, sur près d'un kilomètre, était complètement occupée par les manifestants. Vers 16 heures, la marche s'est étendue au Boulevard de l'ALN (Front de mer) formant ainsi une gigantesque marée humaine de plusieurs dizaines de milliers de manifestants.
A Tiaret, le premier cortège des manifestants s'est ébranlé du parc omnisports « Kaïd Ahmed » pour se diriger vers le centre-ville où d'autres citoyens, très nombreux, se trouvaient déjà sur place. Sous l'œil vigilant des forces anti-émeute, d'autres manifestants, agglutinés sur la place des Martyrs, ont convergé vers le centre-ville pour se mêler au reste des marcheurs. Des banderoles et autres drapeaux dans les mains, les manifestants ont encore brandi des slogans hostiles au pouvoir, exprimant leur refus d'une prolongation du mandat de Bouteflika et le report de l'élection présidentielle. Vers 15h30, la foule s'est dirigée vers le siège de la wilaya, protégée par un cordon de sécurité. Dans la partie méridionale de la ville, des citoyens se sont spontanément réunis près de la « cité Volani », brandissant des banderoles et autres emblèmes avant de remonter le boulevard vers le centre-ville. Aucun incident n'est à déplorer à l'heure où nous écrivons ces lignes.
A Constantine, des dizaines de milliers de personnes ont renouvelé, hier, pour le quatrième vendredi consécutifs, leur « niet » catégorique à la reconduction du système avec de vieux habits. Le centre-ville de Constantine a été submergé par une foule immense, après la prière du vendredi, avec l'emblème national dominant des banderoles avec des écrits qui rejettent le report de l'élection présidentielle. « On a demandé des élections Bouteflika, on nous donne Bouteflika sans élections », « pas une minute de plus Bouteflika », pouvait-on lire sur de larges banderoles portées par des jeunes manifestants.
Des dizaines de milliers d'autres personnes, des familles entières, avec femmes et enfants, des jeunes et des moins jeunes, des personnes âgées, des handicapés moteurs sur leurs motocycles, ont afflué de tous les coins de la wilaya vers le centre-ville pour participer à cette 4e marche. « Watani watani ghali thamani » (patrie patrie, chère patrie), « vive l'Algérie des chouhada », « ni report ni prolongation, le peuple veut le changement », scandait la foule pleine d'allégresse.
Et, comme les précédentes manifestations, des chants patriotiques ont été longuement repris par les manifestants, entrecoupés par des slogans « Djazaïr horra democratia » (Algérie libre et démocratique), « système dégage », « dites à Bedoui que c'est fini », « FLN dégage », « klitou labled ya sarakine » (vous avez dévoré le pays, voleurs) et autres slogans hostiles au pouvoir en général et toujours très conciliant avec les services de sécurité tous corps confondus, répétant en communion des refrains du genre « Djeich-chaab khawa-khawa » (armée-peuple frères-frères). Au fil des minutes, le centre-ville s'est avéré trop exiguë pour contenir cette foule qui n'arrivait plus à continuer sa marche, puisque le dernier carré reste collé au premier. Au moment où nous mettons sous presse, la foule qui ne cessait de grossir continuait encore à battre le pavé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.