Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Treize activites acquittés    Benhadid réhabilité    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    La JS Azazga en difficulté financière    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    Les perspectives d'évolution à court terme pour le marché pétrolier évoquées    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS exclut toutes négociations avec le pouvoir
SORTIE DE LA CRISE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 04 - 2019

Au FFS qui préconise sa propre feuille de route à même de dépasser la grave crise politique en cours dans le pays, on estime qu'«il n'y a plus de négociation avec les tenants du pouvoir» dont la rue réclame le départ depuis le 22 février dernier.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Le coordinateur de l'instance présidentielle du doyen des partis de l'opposition est convaincu qu'il «n'est plus question de négocier avec les tenants du pouvoir qui ont failli et trahi» à plusieurs reprises. Et à Ali Laskri, qui présentait, hier dimanche, la feuille de route du FFS à même, selon lui, de dépasser la grave crise politique que traverse la pays, de se fier dans sa certitude sur «le peuple qui a repris sa dignité et qui ne se laissera pas faire cette fois-ci». Un peuple qui a fait preuve de «beaucoup de sagesse», poursuivra Laskri pour qui «il y a des solutions qui peuvent dépasser l'article 102 de la Constitution contrairement à ce que l'on fait croire. Une disposition constitutionnelle sur laquelle est encore revenu, la veille, le chef d'état-major et vice-ministre de la Défense nationale, la présentant comme l'unique solution à la crise que vit le pays.
Le coordinateur de l'instance présidentielle du FFS affirme que derrière cet entêtement à «zoomer» sur cet article de la première loi du pays de la part du général-major Ahmed Gaïd Salah se «dissimule maladroitement le souci des divers segments du système à se donner du temps pour se consolider et se renforcer». «Il ne faut pas que le scénario de 1992 se reproduise», soutient Laskri qui s'est interrogé «à quel titre» Gaïd Salah s'exprimait.
Pour l'avènement de la 2e République
Et de dérouler la feuille de route du parti devant déboucher sur l'avènement de la deuxième République à laquelle il n'a cessé d'appeler. Une démarche qui commence par l'organisation d'une conférence nationale souveraine avec au préalable, le «départ» du système et de ses représentants qui constitue une condition sine qua non pour créer un climat de confiance dans la société en vue de l'amorce d'un processus politique pour une transition démocratique et l'ouverture d'un véritable dialogue mais également l'arrêt immédiat des harcèlements judiciaires et des menaces contre les militants des partis politiques, du mouvement associatif, des syndicalistes, des militants des droits de l'Homme, des journalistes et autres, la libération de tous les détenus d'opinion et l'arrêt immédiat du bradage des richesses nationales.
Cette conférence verra la participation de tous les acteurs politiques et sociaux autonomes, les syndicats autonomes, les personnalités indépendantes, les universitaires et les représentants du mouvement citoyen dans toutes ses composantes qui doivent s'engager «publiquement et sans ambiguïté autour d'un pacte politique comprenant la concrétisation des idéaux de Novembre et des résolutions du Congrès de la Soummam, qui définissent la construction démocratique de la Nation algérienne, l'instauration de la paix, de la démocratie, de la justice sociale et l'Etat de droit, l'autodétermination individuelle et collective des Algériennes et des Algériens, le respect des droits de l'Homme tels qu'ils sont énoncés par la Déclaration universelle et les conventions internationales, la non-utilisation de la religion à des fins politiques, le rejet de la violence comme moyen d'expression ou comme moyen de gestion, de règlement des conflits et d'accession au pouvoir, le droit d'association et de constitution de partis politiques, la séparation des pouvoirs, l'organisation d'élections libres, honnêtes et le respect de la volonté populaire.
Cette conférence nationale souveraine aura également à mettre sur pied les institutions de transition. Dont la convention nationale de suivi et de contrôle de la transition, l'instance de suppléance chargée de représenter l'Etat, de légiférer par ordonnance sur les questions d'intérêt national, d'orienter et de surveiller le gouvernement de transition avec approbation de la CNSCT qui devra en quelque sorte suppléer le Parlement dont les deux Chambres (APN et Sénat), parce que constituant les «deux béquilles du système, seront dissoutes au terme de la mandature présidentielle actuelle».
Et ces institutions de transition auront pour mission essentielle de réunir les conditions nécessaires à la tenue d'une double consultation électorale portant élection d'abord d'une Assemblée nationale constituante suivie de celle d'un nouveau président de la République. Pour Laskri, l'Assemblée constituante élue avant la fin de l'année 2019 est une «condition sine qua non pour restituer au peuple algérien son droit à l'autodétermination», estimant que l'institution militaire détentrice du pouvoir réel dans notre pays est plus que jamais interpellée à assumer son rôle et ses missions, à savoir l'unité du peuple, la sécurité nationale et l'intégrité territoriale ; elle ne peut être que la garante du respect de ce processus de transition. Dans cette optique, le coordinateur de l'instance présidentielle du FFS fait part de l'entame de contacts dès ce lundi avec l'ensemble des acteurs politiques, syndicaux, associatifs autonomes avec l'optique d'arriver à rapprocher les points de vue des uns et des autres pour une alternative partagée par le plus grand nombre.
Les frondeurs avertis
Evoquant la situation interne au parti avec notamment une fronde le visant, lui et son équipe, Laskri la met sur le compte de ceux qui veulent «neutraliser le FFS et le priver d'être la locomotive en ces moments historiques que traverse le pays». Ceci avant de brandir les statuts et le règlement intérieur du parti dont il dit ne jamais sortir. Des textes qu'il compte appliquer rigoureusement avec des «mesures qui seront prises à l'encontre des cadres et militants qui s'opposent au retour du FFS à sa ligne originelle».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.