Gaïd Salah persiste et signe    Louisa Hanoune maintenue en prison    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    L'Opep dit non à Trump    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    PSG : Mbappé voulait aller au Real, Emery le confirme    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    130 comprimés psychotropes saisis par la police    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le barreau de Boumerdès défie le procureur général de Ghardaïa
INCULPATION DE L'AVOCAT ACTIVISTE DEBOUZ
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 04 - 2019

La journée du boycott national du prétoire lancé par la corporation des avocats en signe de solidarité avec le confrère maître Salah Debouz a été largement suivie particulièrement par les membres du barreau de Boumerdès.
Cette particularité découle du fait que maître Debouz fait partie du barreau de cette circonscription judiciaire (Boumerdès).
Par ailleurs, en réponse aux accusations lancées par le procureur général (PG) de la cour de Ghardaïa contre l'avocat, connu pour sa mobilisation pour défendre les militants d'opinion notamment ceux activant dans la vallée du M'Zab, et contre les soutiens de la victime de cette inédite cabale, le bâtonnier de Boumerdès, maître Ahmed Benantar, met en défi le procureur général de Ghardaïa d'agir contre lui ou contre ses confrères «l'histoire vous jugera pour vos menaces contre la défense. Nous verrons au final qui veut lancer des aventures contre la force de la loi qui n'est non seulement représentée par le juge mais également par les défenseurs, des hommes libres et intègres dans ce pays», écrit-il dans un long communiqué en réponse aux graves insinuations lancées par le procureur général de Ghardaïa.
Pour rappel, maître Debouz se voit accusé de pas moins de 5 chefs d'accusation à savoir constitution de «bande de malfaiteurs pour porter atteinte à la paix et l'unité nationale, distribution de tracts portant atteinte aux intérêts du pays, appel à des rassemblements armés, outrage aux autorités judiciaires, appel à l'intolérance et au racisme contre des personnes ou des groupes sociaux».
Des faits réprimés, selon le procureur général de Ghardaïa par moins de 13 articles du code pénal.
«La réalité, notre confrère a critiqué en toute transparence les procédés illégaux usités par le tribunal criminel de Ghardaïa qui a accusé son client de meurtre, puis quand le véritable meurtrier s'est fait connaître, ce même client a été par la suite, accusé de terrorisme pour écoper de 10 ans de prison gratuitement» affirme le bâtonnier de Boumerdès.
Maître Debouz est sous contrôle judiciaire et doit se rendre tous les dimanches et mercredis à Ghardaïa alors qu'il travaille et réside à Boumerdès. «Comme s'il est en prison» proteste maître Benantar.
Ce dernier fustige le procureur général pour ses méthodes illégales déployées contre cet avocat qui reste dans le viseur de certains cercles qui encaissent mal ses prises de positions courageuses pour défendre des activistes qui défiaient le pouvoir local et central.
Plus grave, ce magistrat se départit de son poste de responsable du parquet et qui ne cache pas son penchant idéologique, selon le communiqué qu'il a rendu public le 8 avril, des accusations d'ordre politique.
Il dit, en substance, que la «justice était libre maintenant elle ne l'est pas». Il fait allusion à la forte sortie des avocats pour soutenir la révolution du 22 février.
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.