Barça : Messi connait sa sanction !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines de milliers de manifestants réclament un changement radical du système
Béjaïa
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 04 - 2019

C'est, une nouvelle fois, une impressionnante marée humaine qui a déferlé, hier dans l'après-midi, dans les rues du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, pour le huitième vendredi consécutif, avec le même mot d'ordre majeur, le départ de tout le système en place depuis l'indépendance du pays.
Après les sept semaines d'immenses manifestations, la population de cette région de la Basse-Kabylie à l'instar des autres régions du pays a réinvesti massivement le terrain de la lutte pacifique pour réitérer l'exigence d'un changement radical du système. «On veut un changement radical du système et non un changement dans le système», l'un des mots d'ordre repris dans l'une des dizaines de banderoles et autres pancartes brandies lors de la marche constitue une réponse clairement affichée par la population béjaouie pour exprimer son rejet de Abdelkader Bensalah, du gouvernement Bedoui et de l'ensemble des symboles de ce système fortement décrié depuis le début de la révolte populaire.
Pour ce premier vendredi après la désignation du nouveau chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, après que le peuple eut poussé à la sortie Bouteflika et sa fratrie d'un pouvoir sans partage depuis vingt ans, il faut dire que la mobilisation citoyenne s'est davantage accentuée à travers la wilaya de Béjaïa avec la même ferme détermination de faire dégager toutes les figures incarnant le système et imposer une véritable transition démocratique pour que le peuple puisse enfin exercer sa totale souveraineté.
En effet, ils étaient encore une fois des centaines de milliers de personnes, venues de toutes les municipalités de la wilaya, à affluer vers la ville de Béjaïa dès le milieu de la journée pour faire entendre leurs voix et dire non au maintien d'un régime politique voyou, corrompu et corrupteur à travers ces mêmes dirigeants qui lui ont servi de béquilles depuis des dizaines d'années. Comme lors des précédentes marches, hommes, femmes de différentes tranches d'âges, des centaines de familles dont certaines avec des bébés drapés des couleurs nationales et de l'emblème amazigh, dans une ambiance de fête ont défilé en reprenant en chœur des chants fustigeant le système durant plusieurs heures à travers les principales artères de Béjaïa.
«Système dégage !», «Bensalah, Bedoui, Belaïz berra !», «Gaïd Salah dégage !», «Pouvoir assassin !», «ulac smah ulac !», «Barakat , barakat, la lilhoukm el aissabat (non au pouvoir de la maffia), «Djazaïr houra dimocratia !», «la Salah, la Bensalah, système rayah rayah !» ont été autant de slogans scandés par l'impressionnante marée humaine sous des youyous stridents des femmes présentes en force. «Primauté du civil sur le militaire !», «Pour une véritable transition démocratique avec de nouvelles figures !», «FLN, RND, MPA, TAJ berra !», «L'armée dans les casernes pour protéger le peuple !», «Pour une république laïque et démocratique !», «Une réponse policière a des revendications politiques !», «Ni recyclage, ni bricolage, ni cafouillage, système des clans dégage !», ont été également entre autres quelques mots d'ordre portés sur des banderoles et autres pancartes brandies lors de cette grandiose marche.
Il convient de signaler que Saïd Sadi, l'ancien président du RCD et le défenseur des droits de l'Homme Mokrane Aït Larbi étaient également présents à la marche de ce vendredi à Béjaïa.
Le Dr Saïd Sadi qui a été quelque peu chahuté par un groupuscule d'individus manipulé à Béjaïa et Mokrane Aït Larbi à Alger la semaine passée ont été fortement salués Béjaïa.
Des posters de l'ancien leader politique du Rassemblement ont été brandis par des manifestants lors de la marche. «Lutte démocratique pour la liberté d'expression pour les droits de l'Homme, pour l'identité amazighe et la laïcité», l'on pouvait lire sur une large banderole avec son poster brandie par des manifestants en signe de reconnaissance au combat mené par Sadi depuis plusieurs dizaines d'années.
«Même si on peut avoir des divergences avec ces deux figures politiques, on n'acceptera jamais que des individus manipulés par les services que Saïd Sadi soit attaqué sur cette terre, bastion de la démocratie pour laquelle il a toujours combattu», a martelé un manifestant lors de la marche sous les applaudissement de la foule.
A. Kersani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.