Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BEJAÏA
Barakat réussit son rassemblement
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 04 - 2014

La manifestation de rue à laquelle a appelé le mouvement Barakat contre le quatrième mandat de Bouteflika et pour exiger le départ du système politique en place a connu un franc succès, hier, à Béjaïa.
Appuyé également par le mouvement pour le changement, le rassemblement observé devant le siège de la wilaya vers les coups de onze heures sous les mots d'ordre appelant au rejet des élections présidentielles du 17 avril et en faveur d'une période de transition démocratique, a drainé une foule nombreuse de manifestants.
Plusieurs centaines de personnes se sont amassées devant le siège de l'administration de la wilaya brandissant des banderoles et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «système 62-2014 : dégage !», «FLN au musée !», «Barakat à la mascarade électorale !», «Peuple , source de pouvoir !», «Liberté d'expression !», «Barakat au système, ses hommes et ses méthodes !»…
Durant ce regroupement de presque trois quarts d'heure, les manifestants n'ont pas cessé de reprendre à gorges déployées des slogans réclamant la chute du régime.
«Système dégage, la jeunesse s'engage», «DRS, berra», «Ya Saïd, ya Sellal, Système à la poubelle !» , «Ulac l'vote ulac !», «Y en a marre de ce système !», «Ouyahia ouala, Dzaïr Thekhla ! (Ouyahia de retour, l'Algérie en ruine)», ont été autant de mots d'ordre scandés à tue-tête par les manifestants. Intervenant lors d'une prise de parole, certains animateurs du mouvement Barakat et du mouvement pour le changement, des militants des droits de l'Homme et des syndicalistes ont exhorté la population à «disqualifier le scrutin du 17 avril, qui constitue un grave danger pour la stabilité du pays», a-t-on martelé.
Au terme du meeting, une marche a été improvisée vers la maison de la culture. Tout au long du parcours de la marche, les manifestants ont éructé leur colère contre le régime en place.
«La Oudjda, la DRS, djazaïr hiya El Assas !», «Pouvoir assassin !», «Saraqine El malayir !», «Saraqine, debbahine, iqoulou wataniyine !», «Tab djnanek yasisteme !», «Djazaïr hourra, dimocratia», «Ulac smah ulac» n'ont pas cessé de crier les centaines de marcheurs avant de se disperser dans le calme au niveau de la maison de la culture.
«Les tenants du système qui ont tout le temps berné le peuple, se sont attelés à décomposer systématiquement toutes les émergences des forces démocratiques organisées, afin d'assurer la pérennité du système érigé en dogme derrière une démocratie de façade», note dans son communiqué n°1 distribué lors de la manifestation de rue, le mouvement pour le changement. Et d'ajouter : «Les différents mouvements de protestation à l'échelle nationale ne sont que l'expression d'une résistance face à une hégémonie d'un système qui n'apporte aucune réponse concrète aux aspirations du peuple. La stabilité mise en avant par les tenants du système dans un contexte régional et mondial n'est qu'un prétexte pour la continuité du pouvoir en place, qui, en réalité, ne peut se concrétiser que par la véritable démocratie qui met au centre le peuple, comme source de légitimité et garant de la stabilité», lit-on encore dans le même document.
Plus loin, ses rédacteurs estiment que «dans ce contexte qui dénie toute forme d'expression démocratique, et la confiscation de la souveraineté populaire, les élections présidentielles ne pourront être qu'une étape d'un processus de dislocation de la nation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.