Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce que Mouloud Hamrouche demande à l'armée
Il s'exprime sur le mouvement populaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 04 - 2019

Après huit semaines de mobilisation historique des Algériens contre le système politique, l'ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, rompt le silence. Il décrit un système corrompu et brutal, salue une révolte pacifique fascinante, critique la classe politique, appelle l'armée à contribuer au parachèvement de l'édification de l'Etat national.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Il a entamé sa contribution, publiée hier par deux quotidiens nationaux (El Watan et El Khabar) par le constat relatif à l'exercice du pouvoir par le système rejeté, du reste connu de tous.
«Par le Hirak, les Algériens ont exprimé un refus sans ambiguïté de ce système de cooptation, de non-droit, de corruption et de brutalité», a-t-il affirmé.
Mouloud Hamrouche explique que le mouvement du peuple attend de l'armée et des partis politiques « des perspectives prometteuses avant qu'il ne s'estompe ou sombre dans des violences primaires», prévoyant que les semaines prochaines seront «critiques et décisives». Selon lui, la démission de Bouteflika et la désignation de Bensalah pour organiser la présidentielle est loin d'être une solution.
Le mouvement du 22 février a disqualifié «les fausses réalités d'un pluralisme fictif et fait découvrir d'incroyables handicaps et de grands vides politiques», et a provoqué «de vraies opportunités et de réelles chances pour l'Algérie», précise l'ancien chef de gouvernement qui a critiqué les propositions de sortie de crise faites par différentes parties. Il explique que les contributions et suggestions avancées et proposées par nos politiques, penseurs, experts et exégètes sont dignes d'intérêt mais restent «sans effet».
«Elles calent toutes, par-delà les avantages et les limites intrinsèques de chacune, par l'absence cruelle de cette puissante mécanique qui gouvernerait l'élaboration d'une solution, sa mise en œuvre et le contrôle de son exécution jusqu'à son aboutissement final.
Elles calent aussi par l'absence de détermination au préalable d'un schéma final. C'est le schéma final qui indique le modèle, détermine les processus et définit les champs et les temps », a-t-il soutenu.
Quel rôle pour l'armée ?
Saluant la position de l'armée par rapport au mouvement populaire, Mouloud Hamrouche estime qu'il reste à l'institution que dirige Gaïd Salah «à contribuer au parachèvement de l'édification de l'Etat national par la mise en place d'une Constitution et d'institutions de vrais pouvoirs d'autorisation, de régulation, d'habilitation et de contrôle». «Cela mettra l'armée définitivement à l'abri des conflits politiques partisans, permettra de servir de base politique au gouvernement ou d'être un outil entre les mains d'un omnipotent», a-t-il expliqué.
Pour l'ancien chef de gouvernement, le mouvement du 22 février a empêché une confrontation sanglante entre clans par l'intermédiaire des réseaux d'allégeance et d'obédience.
« Par son ampleur unitaire, le mouvement a évité à l'armée d'intervenir et de garder sa cohésion intacte. Ensuite, avec l'évolution de la situation au sein du sérail, l'armée a pris naturellement et formellement position avec le peuple. Ce qui lui permet de ne pas être en contradiction avec son statut d'armée nationale et de ne pas être une cible fragile à détruire par d'autres puissances étatiques étrangères, particulièrement méditerranéennes ou de l'Otan», a-t-il affirmé.
En évoquant l'armée, Hamrouche a expliqué que l'ordre mondial et ses puissances étatiques ne s'accommodent jamais de la présence d'une armée puissante qui échappe à des contrôles constitutionnels, institutionnels et des lois d'un contrôle rigoureux en termes de fonctionnement, d'emploi et d'utilisation.
«Seules des armées nationales soumises à un contrôle institutionnel et constitutionnel et assujetties à l'obligation de l'Etat et à son contrôle ont un droit d'exister et d'établir des relations internationales et être intégrées dans le système mondial de paix, de maintien de l'ordre et de stabilisation régionale», a-t-il justifié.
Quelle issue pour la crise ?
Dans sa longue contribution, Mouloud Hamrouche ne présente pas un plan de sortie de crise. Il se pose plutôt des questions et appelle à les résoudre.
Pour lui, il est urgent de commencer par identifier les rôles et les missions de l'Etat qui ne feront pas l'objet de disputes ni de compétition à l'avenir.
«Il serait primordial d'obtenir des tenants du système, de l'armée et des partis un accord sur le schéma final de l'organisation de l'Etat et ses pouvoirs régaliens, la place de l'armée comme structure étatique de défense et de sécurité, la forme démocratique de gouvernement, de contrôle politique et institutionnel qui seront en œuvre à l'avenir», a-t-il écrit.
En tout cas, Mouloud Hamrouche avertit que les semaines à venir seront critiques et décisives pour démontrer si les élites politiques seront capables d'aller de l'avant en mettant à l'abri l'Etat et l'armée par le développement de vrais instruments et mécanismes d'une démocratie gouvernante et d'un vrai contrôle par de vraies institutions et de vrais élus.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.