Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hamrouche n'est pas candidat
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 02 - 2014

Mouloud Hamrouche a annoncé, jeudi, qu'il ne participera pas à la présidentielle. Il a éclairé les Algériens lors d'une conférence de presse donnée à l'hôtel Safir. Hamrouche, après un bref suspense, dément les intentions politiques que la presse nationale lui prêtait.
Il ne faudra pas compter sur sa présence lors du prochain scrutin. Pour lui, «ces élections n'ont aucun sens». Cet ancien chef du gouvernement des réformateurs algériens entre 1989 et 1991, qui a participé à l'ouverture au pluralisme politique, représentait un candidat intéressant pour ce scrutin. Finalement, il refuse d'être associé à ce rendez-vous électoral. Mouloud Hamrouche a été une seule fois candidat à la présidentielle, en 1999, mais depuis il n'en a jamais montré d'intérêt. Intervenant lors d'une conférence de presse, Hamrouche, qui a animé, à l'hôtel Safir, sa première conférence de presse depuis l'élection présidentielle de 1999, a développé sa vision de l'actualité nationale et internationale. Il a déclaré que «je n'ai pas voulu polémiquer sur la question des candidatures et encore moins sur le renouvellement ou pas du mandat du président» à propos de sa déclaration rendue publique le 17 février dernier. «Je m'excuse auprès de tous ceux et toutes celles qui ont cru comprendre que ma précédente déclaration était un acte de candidature», a-t-il dit après avoir annoncé sa décision de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle. «C'est vrai que j'ai du respect envers l'institution militaire, parce que je suis un ex-officier de l'Armée nationale populaire, la plupart des militaires sont mes amis et des ex-collègues. «L'armée a une mission noble, c'est de défendre ce pays.» Selon lui, il y a une «crise au sein du régime algérien» et les «facteurs de l'impasse» se maintiennent. Pour sortir le pays de «l'impasse», il préconise «une solution de compromis» dont la réussite nécessite une «contribution» de l'armée. «Maintenant que toutes les institution sont paralysées, il faut que l'armée tranche.» L'ANP est «capable de procéder au changement». Dans ce sens, il a indiqué que l'armée est incontournable dans l'instauration d'un système démocratique en Algérie. «Il n'y a aucune chance d'instaurer un système démocratique sans l'aval et le soutien actif de l'armée.» Mouloud Hamrouche insiste sur le rôle que doit jouer l'institution militaire dans l'élaboration d'un consensus. «Nous avons besoin de consensus et l'institution (militaire) participe dans l'élaboration des mécanismes nécessaires. Seule l'institution de l'armée peut jouer un rôle après qu'on ait paralysé toutes les (autres) institutions», insiste-t-il. «L'édification d'un régime démocratique et l'instauration d'un Etat de droit sont des approches raisonnables qui mettront à l'abri la cohésion, la discipline et l'adhésion de tous les constituants de notre société.» En conclusion, Hamrouche a appelé «à tourner la page du passé», encourageant et accueillant «favorablement toute plate-forme consensuelle et l'ouverture d'un véritable débat sur la situation du pays avec toutes les composantes de la société algérienne».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.