Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19 : confinement partiel dans dix communes de Tipasa à partir de vendredi    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    9 juillet 1962    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NABNI lance ses «chantiers de la refondation»
REFLEXION SUR LA TRANSITION POLITIQUE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 04 - 2019

C'est dans un amphithéâtre plein que le think tank Nabni collectif citoyen a convié, ce samedi 27 avril, à l'Ecole polytechnique d'El-Harrach (Alger), les étudiants à débattre de ses «chantiers de la refondation» et notamment du processus de transition politique à la lumière des expériences dans le monde, en Amérique latine et l'Europe en particulier. Il faut dire que si « l'Algérie rêvée » est au cœur des activités de Nabni depuis sa création, les chantiers ou domaine de recherche et de réflexion sont aussi divers que d'une grande sensibilité.
Aujourd'hui sans doute encore plus dans le contexte de la « révolution du sourire » et des chambardements induits par le Hirak dans la sphère du pouvoir, d'une part, et la rupture quant à la perception de la chose politique et ceux qui en portent la responsabilité (yetnahaou ga3).
C'est donc là que sont les défis majeurs de la transition quant à savoir comment et par qui elle doit être menée, pour quel projet de société en conformité avec les revendications populaires exprimées et dans le cas qui nous intéresse, depuis le 22 février. Sadek Fenardji, consultant de Nabni, a développé une analyse comparative des expériences de transition démocratique, exercice intéressant certes mais qui ne pouvait embrasser de façon exhaustive le sujet qui tient en haleine les marcheurs du vendredi.
Pour de multiples raisons relevant des spécificités propres à chaque pays mais dont l'intérêt est sans doute dans les enseignements que l'on peut tirer des processus de changements ou de transition démocratique. Une chose paraît évidente est qu'il s'agit de rompre par rapport à un système autoritaire mais pour cela il n'y a pas de schéma préétabli ou recette à usage général. Du Chili au Brésil, au Mexique, Indonésie, Philippines, l'Espagne post-Franco, la Pologne de Lech Valesa (Solidarnosc) à la Tunisie de l'après-Ben Ali, le transfert du pouvoir s'est fait dans un cas par le haut et dans un autre sur la base de la volonté populaire. (Articles 7 et 8 de la Constitution en Algérie).
L'on retiendra des débats à l'Ecole polytechnique que les animateurs de Nabni se gardent bien de prétendre faire des recommandations de cet atelier de la transition politique mais d'évoquer les mécanismes susceptibles d'aider à un « passage réussi » d'un régime à un autre comme les élections libres et transparentes sous contrôle populaire direct, se passer du fichier électoral en lui substituant le vote par la pièce d'identité tout simplement.
Une telle mesure fait partie, entre autres moyens, de préparer la transition démocratique qui ne peut se faire dans le court terme mais s'inscrit dans la durée afin qu'elle soit réussie et qu'elle ne soit pas bâclée au grand bonheur du système qui, ainsi, peut se régénérer. Comment alors transférer le pouvoir des militaires aux civils ? Cela peut être à la charge d'une commission élue pour un mandat unique comme cela s'est déjà fait. Mais la question est ardue et surtout d'une grande sensibilité quant aux enjeux internes.
En Algérie, l'appareil exécutif (gouvernement) est le premier à en faire les frais parce qu'il faut des têtes pour calmer un tant soit peu la grogne populaire. Les acteurs économiques font aussi partie de ceux qu'il faut jeter en pâture dans la mesure où leur champ d'intervention est la base même du pouvoir.
Les débats ont ce mérite de rappeler que toute précipitation dans la transition politique peut mener à l'échec. Exemple, la Constitution : en faut-il une nouvelle dès le départ, c'est-à-dire une Constituante ou amender celle en cours tout en travaillant pour amender les dispositions litigieuses ? C'est l'avis du conférencier qui cite le cas de la transition réussie en Tunisie et sa nouvelle Constitution, désormais un exemple dans le monde d'après lui.
Par ailleurs, l'on doit retenir par les chantiers de la transition de Nabni et tous ses efforts de réflexion qu'il n'y a de place que pour un changement démocratique sans quoi la transition est un leurre. L'institution militaire est partie prenante stratégique de cette transition (nombre de partis politiques adoptent au demeurant cette position). Si en Tunisie l'armée fait office de figurant dans le jeu politique, c'est loin d'être le cas dans de nombreux autres pays en Amérique latine (Chili avec le général Pinochet et en Asie (Indonésie et Philippines). En gros, l'armée en plus a son mot à dire dans les pays du Tiers-Monde. Cela est une donnée permanente. D'autre part, le contexte international et par les interactions supposées ou réelles, milieux mafieux, trafics d'armes et de drogues, corruption font du changement démocratique dans ces pays-là une équation à plusieurs inconnues et bien souvent sous couvert de démocratie, un ravalement de façade.
Les influences extraterritoriales de puissances étrangères peuvent être décisives quant au changement revendiqué et le résultat auquel est confrontée la vox populi. Comment alors doit-on interpréter les accusations (contre la France ?) du général Gaïd Salah? Le caractère dictatorial du nouveau régime (sous des apparences de changement) s'exprimera dans la sphère économique (chômage, et chute du pouvoir d'achat) tout en donnant l'illusion de plein exercice des libertés.
Enfin, il en sortira des débats des chantiers de la transition, que le changement espéré est jonché d'obstacles, le premier est celui inhérent à l'élection présidentielle du 4 juillet prochain qui ne peut, selon les conférenciers et compte tenu de tout ce qui précède, avoir lieu. Car, c'est courir vers un désastre dont on peut à peine mesurer les dégâts.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.