Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bedoui dépasse les «affaires courantes»
EN S'ATTAQUANT AUX DOSSIERS DES RETRAITES ET DE L'INDUSTRIE AUTOMOBILE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 05 - 2019

L'ultime acte du Président Bouteflika, deux jours avant qu'il présente sa démission, le 2 avril dernier, aura donc été la nomination du gouvernement Bedoui. Une équipe forte de 27 membres parmi lesquels figurent 6 de la toute dernière troupe menée par Ouyahia, donnant ainsi la nette impression à tout le monde que c'était un peu du «on prend les mêmes et on recommence» alors que l'heure était au dégagisme de tout ce qui incarne le système.
Une équipe gouvernementale née à la Pyrrhus, tant Noureddine Bedoui éprouvait toutes les difficultés, pendant plus de trois semaines, pour trouver les hommes et les femmes qui convenaient et, surtout, qui étaient prêts à s'accommoder à la situation peu habituelle dans laquelle s'est retrouvé fourré le pouvoir face au peuple.
Au final, et malgré toutes les fins de non-recevoir qu'il a essuyées de la part de ces ardemment souhaitées compétences nationales, l'ex-ministre de l'Intérieur promu chef de l'exécutif a pu constituer une équipe qui, comme attendu, n'a pas reçu l'agrément des Algériens qui, eux, exigeaient et exigent toujours le départ de tous ceux qui incarnent ou ont un lien avec le système.
Un gouvernement rejeté à commencer par son éminence grise, Noureddine Bedoui n'ayant pas bonne presse chez les Algériens depuis bien avant que ces derniers se mettent à sortir dans les rues partout à travers le pays, et puis des ministres, dont il serait inutile de citer les noms, que l'opinion publique ne porte pas dans son cœur depuis le temps qu'ils fréquentent l'exécutif. Une équipe, comme qui dirait, de fortune avec laquelle Noureddine Bedoui doit composer en principe jusqu'à la tenue de cette fameuse élection présidentielle à laquelle tiennent ceux qui restent comme éléments du système à l'origine de la crise, comme les qualifient les Algériens. Ceci, si le chef de l'Etat par intérim ne décide pas d'ici là de jeter l'éponge ou (qui sait ?) la survenance de tout nouvel élément à même de donner un tout autre cours aux événements.
Noureddine Bedoui et son gouvernement, en dehors de cette élection présidentielle dont l'organisation leur incombe, se devaient donc comme tous les Algériens l'avaient compris s'occuper exclusivement de la gestion et l'expédition des affaires courantes et pallier ainsi la vacance du pouvoir exécutif jusqu'à l'élection d'un nouveau président de la République.
Gérer les affaires courantes, finalement beaucoup plus facile à dire qu'à faire au regard de la tournure prise par les sorties ministérielles, désormais pas très évidentes, les membres du gouvernement Bedoui n'en finissant pas d'être considérés personae non gratae partout où ils s'aventurent. Un gouvernement «occasionnel» qui, de fait, ne peut engager l'Etat et ses institutions sur aucun dossier pouvant aller au-delà de la durée de l'intérim et du chef de l'Etat et, donc, de l'équipe gouvernementale dont il a hérité. Mais, deux faits majeurs de l'actualité, juste avant le début du week-end, sont venus contredire cette idée selon laquelle le gouvernement sera chargé de gérer les affaires courantes.
En effet, on peut les qualifier de tout ce que l'on veut, mais classer au rayon des affaires courantes l'engagement d'un débat sur un sujet aussi sensible que la révision du système de retraite, ou encore entamer la réflexion pour la réintroduction de la mesure autorisant l'importation des véhicules d'occasion de moins de trois ans, cela ne peut être considéré comme de banales affaires courantes.
Et puis lorsqu'il est souligné à travers un des porte-voix des pouvoirs publics comme l'est le quotidien El Moudjahid que le gouvernement est à « la quête de mettre hors d'état de nuire tous ceux et toutes celles qui entravent l'aboutissement du processus légal, passant nécessairement par la tenue d'une présidentielle », il y a de quoi s'interroger sur le sens que l'on donne à «gestion des affaires courantes» aussi bien chez Noureddine Bedoui, que chez les institutions et tout ce qui fait l'Etat.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.