Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement Bedoui interdit de sortie
Après ses collègues à BEchar, le ministre de l'énergie indésirable à Tébessa
Publié dans Liberté le 15 - 04 - 2019

Il ne fait pas bon sortir pour les ministres du gouvernement Bedoui. Nommés pour gérer les affaires courantes, il semblerait qu'ils ne sont même pas en mesure de s'acquitter de cette tâche. Hier, le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, en visite de travail dans la wilaya de Tébessa, a été empêché de sortir de l'aéroport Cheikh-Larbi-Tébessi. Le ministre, ainsi que la délégation qui l'accompagnait ont été encerclés dès leur arrivée. Ce qui a obligé le ministre à annuler sa visite dans cette wilaya. Le ministre de l'Energie n'est pas le seul à avoir subi la foudre des citoyens.
Toujours hier, la délégation ministérielle conduite par le ministre de l'Intérieur, Salah-Eddine Dahmoune, et qui comprenait le ministre des Ressources en eau, Ali Hamam, et celui de l'habitat, Kamal Beldjoud, a été contrainte d'écourter sa visite dans la wilaya de Béchar entamée depuis samedi matin et qui devait se poursuivre hier, dimanche. L'important dispositif sécuritaire déployé depuis samedi matin et les chargés des forces anti-émeutes, qui ont utilisé les canons à eau, n'ont pas eu raison de la forte mobilisation des citoyens de Béchar. La délégation ministérielle a été littéralement chassée par les manifestants qui ont coupé la route. Les populations rejettent complètement les ministres du gouvernement Bédoui, contesté par le peuple depuis sa nomination, le 11 mars dernier, par le président démissionnaire, Abdelaziz Bouteflika.
Le premier des ministres du gouvernement Bedoui à avoir fait les frais de la contestation populaire a été celui des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, qui a dû annuler sa visite d'inspection au chantier de creusement d'un tunnel reliant les stations d'Aïn Naâdja à Baraki (Alger) pour cause de rassemblement de dizaines de manifestants devant le chantier, afin d'exprimer leur rejet du gouvernement actuel. De son côté, le nouveau ministre de l'Education nationale, Abdelhakim Belabed, vient d'être boycotté par les syndicats du secteur qui étaient invités pour préparer l'épreuve du baccalauréat. Ces revers cuisants subis par les ministres du gouvernement Bedoui montrent bien qu'il sera quasi impossible pour ces ministres de continuer à gérer même les affaires courantes. Alors qu'habituellement, les représentants du gouvernement étaient toujours bien accueillis par les populations, faisant ainsi de ces sorties leur principale activité, les ministres du gouvernement Bedoui constatent à leur grand dam que, cette fois, la donne a changé. Ces derniers se retrouvent privés de leur outil majeur de marketing politique. L'échec du gouvernement Bedoui et de ses ministres est, pour ainsi dire, acté. Il devient de plus en plus évident qu'aucun ministre ne pourra aller à la rencontre de la population sans créer l'émeute. Cette équipe gouvernementale, à laquelle est confiée la promotion de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, s'engage dans une aventure à la fois hasardeuse et périlleuse. Le maintien de Bedoui et de ses ministres ainsi que celui d'Abdelkader Bensalah comme chef de l'Etat par intérim, sont synonymes d'impasse pour la transition.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.