Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement Bedoui interdit de sortie
Après ses collègues à BEchar, le ministre de l'énergie indésirable à Tébessa
Publié dans Liberté le 15 - 04 - 2019

Il ne fait pas bon sortir pour les ministres du gouvernement Bedoui. Nommés pour gérer les affaires courantes, il semblerait qu'ils ne sont même pas en mesure de s'acquitter de cette tâche. Hier, le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, en visite de travail dans la wilaya de Tébessa, a été empêché de sortir de l'aéroport Cheikh-Larbi-Tébessi. Le ministre, ainsi que la délégation qui l'accompagnait ont été encerclés dès leur arrivée. Ce qui a obligé le ministre à annuler sa visite dans cette wilaya. Le ministre de l'Energie n'est pas le seul à avoir subi la foudre des citoyens.
Toujours hier, la délégation ministérielle conduite par le ministre de l'Intérieur, Salah-Eddine Dahmoune, et qui comprenait le ministre des Ressources en eau, Ali Hamam, et celui de l'habitat, Kamal Beldjoud, a été contrainte d'écourter sa visite dans la wilaya de Béchar entamée depuis samedi matin et qui devait se poursuivre hier, dimanche. L'important dispositif sécuritaire déployé depuis samedi matin et les chargés des forces anti-émeutes, qui ont utilisé les canons à eau, n'ont pas eu raison de la forte mobilisation des citoyens de Béchar. La délégation ministérielle a été littéralement chassée par les manifestants qui ont coupé la route. Les populations rejettent complètement les ministres du gouvernement Bédoui, contesté par le peuple depuis sa nomination, le 11 mars dernier, par le président démissionnaire, Abdelaziz Bouteflika.
Le premier des ministres du gouvernement Bedoui à avoir fait les frais de la contestation populaire a été celui des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, qui a dû annuler sa visite d'inspection au chantier de creusement d'un tunnel reliant les stations d'Aïn Naâdja à Baraki (Alger) pour cause de rassemblement de dizaines de manifestants devant le chantier, afin d'exprimer leur rejet du gouvernement actuel. De son côté, le nouveau ministre de l'Education nationale, Abdelhakim Belabed, vient d'être boycotté par les syndicats du secteur qui étaient invités pour préparer l'épreuve du baccalauréat. Ces revers cuisants subis par les ministres du gouvernement Bedoui montrent bien qu'il sera quasi impossible pour ces ministres de continuer à gérer même les affaires courantes. Alors qu'habituellement, les représentants du gouvernement étaient toujours bien accueillis par les populations, faisant ainsi de ces sorties leur principale activité, les ministres du gouvernement Bedoui constatent à leur grand dam que, cette fois, la donne a changé. Ces derniers se retrouvent privés de leur outil majeur de marketing politique. L'échec du gouvernement Bedoui et de ses ministres est, pour ainsi dire, acté. Il devient de plus en plus évident qu'aucun ministre ne pourra aller à la rencontre de la population sans créer l'émeute. Cette équipe gouvernementale, à laquelle est confiée la promotion de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, s'engage dans une aventure à la fois hasardeuse et périlleuse. Le maintien de Bedoui et de ses ministres ainsi que celui d'Abdelkader Bensalah comme chef de l'Etat par intérim, sont synonymes d'impasse pour la transition.

Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.