Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La preuve de la «généralisation de la corruption»
LE RCD SE PRONONCE SUR LES AUDITIONS ET EMPRISONNEMENTS DE MEMBRES DE LA «BANDE»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 06 - 2019

Le RCD estime que «l'indépendance effective de la justice constitue le cœur et le moteur du nouvel édifice institutionnel».
Pour le RCD, la «voie qui mène vers une république exemplaire peut prendre des chemins tortueux mais elle ne peut se suffire d'une justice sélective». D'où sa conviction que « dans le nouveau contrat social que notre peuple finira par imposer, dans la paix, avec ses partis et ses organisations, l'indépendance effective de la justice constitue le cœur et le moteur du nouvel édifice institutionnel».
Dans un communiqué sanctionnant une réunion ordinaire de son secrétariat national, le parti dit relever une «exacerbation des règlements de compte dans le sérail algérien qui est avant tout le corollaire de l'absence de la promotion d'une solution politique démocratique». Ceci dit, ajoute-t-il, «les segments patriotiques de la société qui ont nourri dans l'exclusion et la répression, des années durant, l'éclosion du 22 février 2019 par leur refus de la fatalité ont alerté sur le délitement gravissime des liens sociaux en raison de la généralisation de la corruption. De surcroît, devant un appareil judiciaire totalement privatisé par Bouteflika pour broyer ses adversaires et protéger jusqu'aux désirs excentriques, de sa cour et de ses affidés».
A ce sujet, fait remarquer le RCD, les auditions par la justice des membres des exécutifs successifs qui ont sévi sous le règne du chef de l'Etat déchu et les charges graves qui pèsent sur la plupart d'entre eux «démontrent que le pays a été longtemps livré à une faune de prédateurs apatrides sans foi ni loi». Et de considérer que «l'Etat de droit auquel aspire notre peuple et qu'anime la mobilisation continue de tous les segments sociaux, à commencer par la jeunesse et les femmes, ne peut être érigé sur l'impunité ou l'amnésie».
Traitant du dialogue auquel le pouvoir réel appelle, le parti que préside Mohcine Belabbas affirme que « ceux qui découvrent le dialogue inclusif et le compromis comme moyens idoines de résoudre les crises doivent savoir que les compromis ne s'opèrent pas sur l'objectif: l'édification pérenne d'un Etat de droit». Pour lui, «les compromis sur les mécanismes et les délais ne sont pas possibles tant que les libertés publiques sont tributaires des calculs du pouvoir de fait». Et considérer à juste titre que «la libération des détenus d'opinion, la restriction de la détention préventive à la seule nécessité de la manifestation de la vérité, la cessation des interpellations de citoyens anonymes pour le seul fait qu'ils sont soupçonnés de participer à une marche, la levée de l'encerclement de la capitale participent de mesures d'apaisement incontournables». Et à l'occasion du 18e anniversaire de l'historique marche des aârchs de Kabylie sur Alger, le RCD dit «s'incliner devant la mémoire des 126 jeunes assassinés par les gendarmes en 2001 dans la région de Kabylie». Pour lui, «la répression et le traitement de la marche programmée dans la capitale ce jour-là, constituent l'une des plus grandes tentatives du régime pour attenter à l'unité du pays», estimant dans la foulée, qu'«une justice indépendante, forcement soucieuse de restituer sa mémoire au peuple algérien, se doit, en son temps, de convoquer tous les acteurs et les témoins encore vivants de cet épisode douloureux».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.