Tipasa : interdiction de la circulation automobile de et vers la wilaya sauf les véhicules de transport de marchandises    Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La preuve de la «généralisation de la corruption»
LE RCD SE PRONONCE SUR LES AUDITIONS ET EMPRISONNEMENTS DE MEMBRES DE LA «BANDE»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 06 - 2019

Le RCD estime que «l'indépendance effective de la justice constitue le cœur et le moteur du nouvel édifice institutionnel».
Pour le RCD, la «voie qui mène vers une république exemplaire peut prendre des chemins tortueux mais elle ne peut se suffire d'une justice sélective». D'où sa conviction que « dans le nouveau contrat social que notre peuple finira par imposer, dans la paix, avec ses partis et ses organisations, l'indépendance effective de la justice constitue le cœur et le moteur du nouvel édifice institutionnel».
Dans un communiqué sanctionnant une réunion ordinaire de son secrétariat national, le parti dit relever une «exacerbation des règlements de compte dans le sérail algérien qui est avant tout le corollaire de l'absence de la promotion d'une solution politique démocratique». Ceci dit, ajoute-t-il, «les segments patriotiques de la société qui ont nourri dans l'exclusion et la répression, des années durant, l'éclosion du 22 février 2019 par leur refus de la fatalité ont alerté sur le délitement gravissime des liens sociaux en raison de la généralisation de la corruption. De surcroît, devant un appareil judiciaire totalement privatisé par Bouteflika pour broyer ses adversaires et protéger jusqu'aux désirs excentriques, de sa cour et de ses affidés».
A ce sujet, fait remarquer le RCD, les auditions par la justice des membres des exécutifs successifs qui ont sévi sous le règne du chef de l'Etat déchu et les charges graves qui pèsent sur la plupart d'entre eux «démontrent que le pays a été longtemps livré à une faune de prédateurs apatrides sans foi ni loi». Et de considérer que «l'Etat de droit auquel aspire notre peuple et qu'anime la mobilisation continue de tous les segments sociaux, à commencer par la jeunesse et les femmes, ne peut être érigé sur l'impunité ou l'amnésie».
Traitant du dialogue auquel le pouvoir réel appelle, le parti que préside Mohcine Belabbas affirme que « ceux qui découvrent le dialogue inclusif et le compromis comme moyens idoines de résoudre les crises doivent savoir que les compromis ne s'opèrent pas sur l'objectif: l'édification pérenne d'un Etat de droit». Pour lui, «les compromis sur les mécanismes et les délais ne sont pas possibles tant que les libertés publiques sont tributaires des calculs du pouvoir de fait». Et considérer à juste titre que «la libération des détenus d'opinion, la restriction de la détention préventive à la seule nécessité de la manifestation de la vérité, la cessation des interpellations de citoyens anonymes pour le seul fait qu'ils sont soupçonnés de participer à une marche, la levée de l'encerclement de la capitale participent de mesures d'apaisement incontournables». Et à l'occasion du 18e anniversaire de l'historique marche des aârchs de Kabylie sur Alger, le RCD dit «s'incliner devant la mémoire des 126 jeunes assassinés par les gendarmes en 2001 dans la région de Kabylie». Pour lui, «la répression et le traitement de la marche programmée dans la capitale ce jour-là, constituent l'une des plus grandes tentatives du régime pour attenter à l'unité du pays», estimant dans la foulée, qu'«une justice indépendante, forcement soucieuse de restituer sa mémoire au peuple algérien, se doit, en son temps, de convoquer tous les acteurs et les témoins encore vivants de cet épisode douloureux».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.