En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude
Top départ hier des épreuves du bac
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 06 - 2019

Premier jour hier des épreuves du baccalauréat. 674 831 candidats, répartis sur six spécialités, vont composer durant cinq jours sur onze matières. En plus des mesures de surveillance draconiennes, le ministère de l'Education nationale a eu recours, une nouvelle fois, au blocage de l'ensemble des réseaux sociaux tout au long de la durée des épreuves pour limiter les tentatives de fraude.
Salima Akkouche – Alger (Le Soir) – Top départ hier des épreuves du baccalauréat qui concernent plus d'un demi-million de candidats. Les candidats des six spécialités ont entamé cette première journée des épreuves par le sujet de l'arabe. Une épreuve jugée «abordable» par des candidats. C'est le cas de Mohamed et Lyna, rencontrés devant un centre d'examen aux environs de 11h30. Issus de la branche scientifique, les deux camarades ont reconnu, avec le sourire, que le premier sujet de la matinée était «facile».
Y a-t-il eu des rumeurs sur la disponibilité des sujets d'examens sur les réseaux sociaux ? Les deux candidats qui se projettent déjà dans l'épreuve de sciences islamiques prévue à 15h, ont expliqué qu'ils ne sont pas au courant. Les téléphones portables, explique Mohamed, ont été confisqués aux candidats et ne pourront être récupérés qu'à la fin de l'épreuve de l'après-midi à 17h30. Cependant, même si les candidats avaient leurs téléphones portables, l'accès aux réseaux sociaux ne leur serait pas possible. Comme cela a été prévu, aucun accès n'a été possible, en ce premier jour des épreuves du bac. L'accès aux réseaux sociaux Facebook, Twiter, Whatsapp, Instagram, Messenger et Viber, n'était possible ni via la connexion internet ADSL, ni via la 3G, ni moins à travers la 4G ou le réseau VPN, et ce, tout au long des épreuves de la matinée et de l'après-midi. Une solution radicale pour laquelle le ministère de l'Education et ses partenaires ont, une fois encore, opté pour contrer le phénomène de la fuite des sujets sur les réseaux sociaux. Ce black out imposé aux Algériens a néanmoins eu les résultats escomptés, puisque la première journée des épreuves n'a pas enregistré d'incident. En effet, une première depuis quatre ans. Il n'y a eu aucune fuite ni diffusion du sujet de l'arabe sur les réseaux sociaux, alors que ce phénomène était devenu courant depuis 2015. «La coupure des réseaux sociaux n'est pas une solution» estime Boualem Amoura porte-parole du Saref. Selon lui, il faut chercher la cause de ce phénomène pour la combattre. «Les élèves cherchent à frauder parce qu'ils subissent un grand stress pendant cinq jours d'examen, il faut revoir cet examen, car il y a trop de matières.
Il est temps de revoir le type de questions et supprimer le choix entre deux sujets qui fait perdre beaucoup de temps aux candidats» estime M. Amoura. Le ministre de l'Education, Abdelhakim Belabed, a également déclaré que la seule manière de contrer la fraude et d'éviter que les candidats cherchent des réponses ailleurs, c'est de changer la nature des questions de telle sorte à ce que les questions ne soient plus basées sur la mémorisation mais sur la compréhension. La session 2019 du bac a commencé dans de bonnes conditions, mais c'est la suite des épreuves qui va démontrer si elle ne sera pas entachée par la fraude.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.