Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les flammes ravagent 910 ha de forêt
AIN DEFLA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 07 - 2019

La wilaya de Aïn Defla compte un patrimoine forestier estimé à 132 000 ha, réparti en 3 zones parallèles. Une zone nord, avec la chaîne du Dahra dont les monts du Zaccar, une zone sud, celle des piémonts de la chaîne de l'Ouarsenis, en plus d'une zone centrale, sur les rives du Chelif qui coule de l'est à l'ouest pour se jeter dans la Méditerranée, à Mostaganem.
La wilaya de Aïn Defla connaît aussi un climat continental, très chaud l'été, avec des vents brûlants qui remontent du sud, parfois chargés de sable fin qui assèchent principalement le tissu végétal; broussailles et arbustes qui poussent durant la saison pluvieuse.
Ces caractéristiques spécifiques font que la wilaya de Aïn Defla est victime, durant la saison estivale, d'incendies ravageurs parfois.
Si, durant l'année 2018-2019, il n'a été enregistré que 24 incendies qui ont ravagé 105 ha, tous types de végétation confondus, cette année, en revanche, le bilan est lourd.
En effet, du 1 er juin au 12 juillet, la Direction des forêts a enregistré 28 incendies dont 2 de grande ampleur, l'un sur les hauteurs de Sidi M'djahed, commune de Ben Allal, qui a ravagé quelque 300 ha du versant ouest du Zaccar, et le second qui s'est déclaré au sommet du Zaccar, à 1 400 m de hauteur, au lieudit Aïn N'sour, et touché cette fois le versant ouest et débordé sur le territoire de la commune de Aïn Torki et qui a ravagé, là aussi, plus de 300 ha, les 26 autres incendies n'ayant touché que de petites superficies.
Le bilan est néanmoins lourd puisque sont partis en fumée 35 ha de pins d'Alep, chênes verts et chênes liège, 239 ha de maquis, et 596 ha de broussaille, soit une superficie totale de 910 ha ravagée en 45 jours.
On indique qu'il a fallu 5 jours pour maîtriser les deux incendies car le feu s'est propagé très vite du sommet vers la vallée du mont Zaccar, zones difficilement accessibles et accidentées de forêt dense, qui, plus est, les feux sont alimentés par les vents.
Selon certaines sources, des 48 wilayas du pays, c'est la wilaya de Aïn Defla qui a été le plus touchée.
Quelles sont les origines de ces incendies ? Selon la Direction de la Conservation des forêts, quelque 50% des départs de feux ont eu pour cause les feux de récolte qui se sont propagés aux feux de forêt.
Il y a aussi lieu de citer, toujours selon la même source, l'absence de tournières qui n'ont pas été réalisées par les producteurs de céréales, le désherbage qui n'a pas été effectué et surtout cette année exceptionnellement, de fortes chaleurs ont sévi sur la région, chaleurs qu'on n'a pas connues depuis 1962, selon les statistiques.
Dans tous les cas d'incendies, des plaintes contre X ont été déposées au niveau de la Gendarmerie nationale et des enquêtes ont été ouvertes. Cependant, de fortes soupçons ont pesé sur certains cas d'incendies criminels qui restent à prouver.
Concernant les départs de feux de forêt, on a souvent pointé du doigt les charbonniers ce, qui ne s'avère pas toujours exact car ce sont des producteurs de charbon expérimentés, des riverains de la forêt qui connaissent les dangers et qui, très souvent, sont les premiers à donner l'alerte. Aussi, la Direction de la Conservation forestière mène une campagne de sensibilisation plus accrue pour les aider à mieux s'organiser et se structurer administrativement, et qu'ils n'aient plus à produire du charbon dans la clandestinité ni à dégarnir le patrimoine mais en utilisant uniquement le bois mort.
A cet effet, et pour déterminer les causes objectives des incendies, des cadres de la gendarmerie, de la Conservation forestière et de la Protection civile ont entamé un cycle de formation spécialisée, une formation financée par l'ambassade du Japon à Alger, encadrée par des experts français.
Ces cadres, une fois formés, assureront, à leur tour, des cycles de formation pour d'autres cadres et agents. « Connaître avec précision les causes des départs de feux permettra, sans aucun doute, de diminuer les risques mais aussi d'apporter les remèdes pour diminuer au maximum ces départs de feu», indique le directeur de la Conservation forestière, M. Djamel.
Dans le souci de mobiliser des forces de lutte contre les incendies de grande ampleur, le service des forêts fait appel à la colonne mobile du secteur implantée à Médéa, soit à quelque 90 km à l'est de Aïn Defla, ce qui rend la mobilité de cette colonne lente et difficilement mobilisable sur le front des incendies.
Lors de la visite récente du directeur général de la Conservation forestière à Aïn Defla, il a été annoncé un projet de création d'une colonne mobile à Aïn Defla même verra le jour l'année prochaine. Une colonne mobile qui viendra s'ajouter à celle de la Protection civile qui, elle, est déjà opérationnelle depuis quelques années.
Karim O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.