Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    L'ambassade de France s'explique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    "Les élections ne sont pas une priorité"    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Papicha retourne au bled
Cinéma
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 09 - 2019

Paraphrasant un bon vieux slogan publicitaire, on peut dire «elle est née chez nous, on peut lui faire confiance». Les cinéphiles algériens auront bientôt l'occasion de voir Papicha en salles.
Le film de Mounia Meddour sortira en salles à Alger à partir du 22 septembre 2019, indique un communiqué du Centre algérien de développement du cinéma. C'est auréolée de prix que Papicha viendra à Alger. Lyna Khoudri, ainsi, a reçu le Valois de la meilleure actrice à la 12e édition du Festival du film francophone d'Angoulême en France où Mounia Meddour a également remporté le Valois du meilleur scénario. Au cours du même festival, le film Papicha avait eu le Valois du public et a été sélectionné à la section «Un certain regard» de la 72e édition du Festival de Cannes.
Le film expose le quotidien de jeunes femmes en Algérie dans les années 1990, à travers Nedjma, une étudiante habitant une cité universitaire qui rêve de devenir styliste et se bat pour sa liberté, en pleine «décennie noire» du terrorisme. La nuit tombée, elle «s'évade» de la cité universitaire avec ses amies pour rejoindre une boîte de nuit où elle vend ses créations aux «papichette» (pluriel de papicha), les jeunes et jolies filles fréquentant les lieux. La situation du pays se dégrade considérablement. Mais refusant la fatalité, Nedjma décide d'organiser un défilé de mode bravant ainsi tous les interdits.
«Papicha est un film inspiré de mon vécu en Algérie dans les années 1990. À l'époque, j'étais étudiante en journalisme et j'habitais dans une cité universitaire, très proche de celle du film. Cette cité était une sorte de microcosme de la société algérienne avec ses obstacles, ses désillusions et paradoxalement, sa douceur de vivre. Je porte ce sujet en moi depuis longtemps mais j'avais besoin de recul et peut-être même de faire le deuil de cette période avant de pouvoir m'y consacrer entièrement. Une fois que je me suis lancée, l'écriture du film a été instinctive. J'ai bâti le scénario autour du personnage de Nedjma. J'avais envie de raconter l'histoire de cette jeune femme qui, à travers sa résistance, nous embarque dans un grand voyage semé d'embûches tout en nous faisant découvrir plusieurs facettes de la société algérienne», a expliqué Mounia Meddour, en mai dernier.
Née en 1978 à Moscou en Russie, Mounia Meddour est la fille de Azzedine Meddour , le réalisateur de La Montagne de Baya (1997), un des premiers films algériens en langue tamazight.
Après des études supérieures à l' école de journalisme à Alger, elle se forme au cinéma et à l'audiovisuel en France où elle obtient un diplôme au Centre européen de formation à la production de films (CEFPF), en réalisation de fiction en 2002 puis en réalisation documentaire en 2004, et à l'université d'été de la Fémis en 2004. Elle réalise ensuite plusieurs documentaires, tels que Particules élémentaires en 2007, La Cuisine en héritage (2009) ou Cinéma algérien, un nouveau souffle (2011) un documentaire sur la nouvelle génération de réalisateurs algériens qui émerge, malgré l'absence de financement.
En 2011 toujours, elle réalise son premier court-métrage de fiction, Edwige, qui reçoit une mention spéciale aux Journées cinématographiques d'Alger.
Dans son prochain film Houria, Mounia Meddour raconte la métamorphose éblouissante d'une jeune femme muette et frondeuse qui parvient à s'émanciper grâce à la danse.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.