Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    Quel sort pour le projet ?    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Medouar est devenu "encombrant" pour la FAF    La saga des victoires    «On peut faire encore plus mal»    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    En réaction à l'appel du report des élections    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Eliminatoires CHAN-2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    Amical, Algérie - Colombie 3-0 : Les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La harga en famille revient
ANNABA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 09 - 2019

Ralentie pendant plusieurs semaines durant le mouvement populaire de protestation, la harga a repris de plus belle ces derniers temps.
En effet, une tentative d'émigration clandestine de trente jeunes dont 4 femmes accompagnées de 3 enfants a été mise en échec par les gardes-côtes de Annaba.
Les candidats à la harga, âgés de 4 à 36 ans, avaient embarqué de la plage de Oued Bagrat, commune de Seraïdi, dans la nuit de mardi à mercredi. Ils étaient entassés par les passeurs dans deux embarcations de fortune. Leur destination prévue était l'île de la Sardaigne (Italie). Mais après avoir traversé moins d'une dizaine de miles (quelque dix-sept kilomètres), leurs embarcations ont été repérées par les gardes-côtes au large de Ras El Hamra sur la corniche de Annaba.
Une fois ramenés sans résistance vers la base marine des gardes-côtes de Annaba, ils ont subi les examens médicaux traditionnels dans ces cas par le médecin de la Protection civile avant d'être présentés au procureur de la République près le tribunal de Annaba qui statuera sur leur cas.
Selon des harragas candidats arrivés sur place mais arrêtés par les carabiniers et qui ont été refoulés, le trajet entre les côtes algériennes (Annaba) et italiennes (Sardaigne) est d'une durée de 8 à 10 heures par mer calme.
La présence de femmes et d'enfants dans les barques des harragas semble, au vu de ces deux tentatives, reprendre ces derniers temps. Pour les jeunes femmes accompagnées de leurs enfants qui tentaient cette aventure à gros risques, une vie meilleure pour elles et leur progéniture devaient les attendre une fois arrivées sur la rive nord de la Méditerranée. Sauf que son prix est souvent la disparition en mer ou au mieux le refoulement si elles arrivent à atteindre les côtes sardes.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.