Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut revoir quelques dispositifs de la Constitution»
Selon le Président du REAGE, Fateh Ouazani :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2019

Le rôle de la diaspora algérienne dans l'édification d'un Etat de droit, avec une économie prospère, a été expliqué hier lundi, par le président de l'importante organisation de notre communauté à l'étranger, le Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles de France, Reage, Fateh Ouazani qui souligne l'importance et la richesse de cette diaspora, tout en déplorant le peu d'intérêt manifesté vis-à-vis des cadres, chercheurs et chefs d'entreprises.
Uniquement en France, on recense 300 000 chefs d'entreprises d'origine algérienne, et la diaspora algérienne est forte de 5 millions de membres, dont 600 000 cadres universitaires. Une véritable capacité professionnelle et une capacité d'investissement et de décision susceptible d'être mise au service du pays. S'exprimant à l'émission «l'Invité de la rédaction» de la Chaîne 3, le président du Reage a estimé que la diaspora algérienne ne peut faire «ni plus, ni moins» que ce que font les autres communautés expatriées d'autres pays. Cependant, il relève l'absence de «leviers stratégiques de développement».
Lors de son intervention, M. Ouazani notera le peu d'investissements productifs des membres de cette communauté dans leur pays en raison de l'absence d'un cadre institutionnel en plus d'une «confiance qui s'est, peu à peu, érodée par suite des promesses politiques non tenues, en dépit de l'organisation de forums, ou encore d'universités d'été, lesquels n'ont jamais été suivis d'effets».
Il n'y a pas de cadre institutionnel qui encourage les membres de la diaspora désireux d'investir dans leur pays, selon l'intervenant qui n'hésitera pas à faire part de la frustration de cette communauté.
M. Ouazani déplore, en outre, l'absence d'interlocuteurs, de mécanismes et de dispositifs pour les membres de la diaspora , afin de participer au développement de leur pays par le biais de projets d'investissements productifs.
Pour ce qui est des solutions envisagées, le président du Reage estime que le moment est venu pour revoir en profondeur quelques dispositifs qui sont dans la Constitution algérienne afin que «les Algériens de l'étranger se sentent pleinement algériens», a-t-il soutenu. Ainsi, des compétences sont marginalisées et offensées par l'adoption de l'article 51 de la Constitution qui exige la nationalité algérienne exclusive pour accéder aux hautes responsabilités de l'Etat et aux fonctions politiques.
Une disposition discriminatoire, de l'avis de l'intervenant qui précise que «le moment est venu pour réformer cette Constitution».
Par ailleurs, M. Ouazani a souhaité s'inspirer des exemples d'autres pays tels la Chine ou l'Inde, lesquels ont reconnu l'apport important qu'ont constitué leurs ressortissants à l'étranger, dans leur développement. «Il faut que la diaspora soit intégrée dans la diplomatie économique de l'Algérie», a-t-il suggéré.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.