Qui a gagné au "grand oral" ?    Le vote commence chez la communauté algérienne à l'étranger    Programme du 21e jour de la campagne électorale    Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Saïd Bouteflika se mure dans le silence    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    Projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays Un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Entre saut qualitatif et lacunes    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Les parlementaires rappellent Trump à l'ordre sur la solution à deux Etats    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    Ligue des champions (2e J) Défaite de la JS Kabylie face à l'ES Tunis    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    Les femmes plus touchées que les hommes    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités" : Un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Les producteurs sous forte pression    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    13 ateliers d'accompagnement organisés    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut revoir quelques dispositifs de la Constitution»
Selon le Président du REAGE, Fateh Ouazani :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2019

Le rôle de la diaspora algérienne dans l'édification d'un Etat de droit, avec une économie prospère, a été expliqué hier lundi, par le président de l'importante organisation de notre communauté à l'étranger, le Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles de France, Reage, Fateh Ouazani qui souligne l'importance et la richesse de cette diaspora, tout en déplorant le peu d'intérêt manifesté vis-à-vis des cadres, chercheurs et chefs d'entreprises.
Uniquement en France, on recense 300 000 chefs d'entreprises d'origine algérienne, et la diaspora algérienne est forte de 5 millions de membres, dont 600 000 cadres universitaires. Une véritable capacité professionnelle et une capacité d'investissement et de décision susceptible d'être mise au service du pays. S'exprimant à l'émission «l'Invité de la rédaction» de la Chaîne 3, le président du Reage a estimé que la diaspora algérienne ne peut faire «ni plus, ni moins» que ce que font les autres communautés expatriées d'autres pays. Cependant, il relève l'absence de «leviers stratégiques de développement».
Lors de son intervention, M. Ouazani notera le peu d'investissements productifs des membres de cette communauté dans leur pays en raison de l'absence d'un cadre institutionnel en plus d'une «confiance qui s'est, peu à peu, érodée par suite des promesses politiques non tenues, en dépit de l'organisation de forums, ou encore d'universités d'été, lesquels n'ont jamais été suivis d'effets».
Il n'y a pas de cadre institutionnel qui encourage les membres de la diaspora désireux d'investir dans leur pays, selon l'intervenant qui n'hésitera pas à faire part de la frustration de cette communauté.
M. Ouazani déplore, en outre, l'absence d'interlocuteurs, de mécanismes et de dispositifs pour les membres de la diaspora , afin de participer au développement de leur pays par le biais de projets d'investissements productifs.
Pour ce qui est des solutions envisagées, le président du Reage estime que le moment est venu pour revoir en profondeur quelques dispositifs qui sont dans la Constitution algérienne afin que «les Algériens de l'étranger se sentent pleinement algériens», a-t-il soutenu. Ainsi, des compétences sont marginalisées et offensées par l'adoption de l'article 51 de la Constitution qui exige la nationalité algérienne exclusive pour accéder aux hautes responsabilités de l'Etat et aux fonctions politiques.
Une disposition discriminatoire, de l'avis de l'intervenant qui précise que «le moment est venu pour réformer cette Constitution».
Par ailleurs, M. Ouazani a souhaité s'inspirer des exemples d'autres pays tels la Chine ou l'Inde, lesquels ont reconnu l'apport important qu'ont constitué leurs ressortissants à l'étranger, dans leur développement. «Il faut que la diaspora soit intégrée dans la diplomatie économique de l'Algérie», a-t-il suggéré.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.