Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : L'Etat financera "la campagne électorale des jeunes''    LOGEMENTS LOCATION-VENTE A MOSTAGANEM : Les souscripteurs d'AADL 2 protestent devant la Wilaya    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    ORGANISATION DES EXAMENS SEMESTRIELS A ADRAR : Des centres de proximité retenus par l'université    EL-BAYADH : La BRI arrête 4 individus faisant l'objet de mandats d'arrêt    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie veut forcer son destin
NOUVEAU PRESIDENT, KAIS SAIED PRÊTE SERMENT AUJOURD'HUI
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 10 - 2019

C'est la main sur le Coran que Kaïs Saïed, le Président élu, prêtera serment dans l'hémicycle du Parlement à l'issue duquel il doit prononcer un discours – très attendu – à la Nation tunisienne qui place en lui beaucoup d'espoir. C'est le candidat malheureux du premier tour de la présidentielle, Abdelfattah Mourou d'Ennahda, président par intérim du Parlement, qui a été chargé des préparatifs de la cérémonie.
Sans parti, sans parcours partisan sur qui pourra compter celui qui a raflé la majorité des voix dans une élection dont beaucoup relèvent le caractère inédit qui a pris à contre-pied toute la classe politique tunisienne, rompue pourtant à ce genre de joutes électorales. Le vote-sanction sans appel qui lui a été infligé l'a ainsi laissé… sans voix ! Il est vécu comme un séisme qui a mis à terre tout le système, laborieusement bâti dans la foulée de la «révolution du jasmin».
2011-2019 cela a été suffisant pour plonger les Tunisiens dans la désillusion, eux qui aspiraient tant à plus de justice, à l'amélioration de leurs conditions de vie marquées par la précarité. Bien au contraire, le quotidien d'humbles Tunisiens s'est aggravé, la jeunesse découvre, avec effarement, l'impasse quant à son avenir. Et ils reprochent à leurs dirigeants la corruption et de se préoccuper plus de leurs affaires. S'ils reportent tous leurs espoirs dans le nouveau président de la République, ils risquent, toutefois, d'être invités à faire preuve de patience.
Cette attitude pourrait être encouragée par la probité, l'honnêteté et les capacités de l'heureux élu. Il faut dire que si pour ce dernier la tâche est ardue, il n'aura même pas bénéficié de l'état de grâce qui suit une élection à la magistrature suprême.
En effet, les critiques et attaques n'ont pas manqué de fuser sur les thèmes à caractère idéologique déjà évoqués lors de la campagne du premier tour : port du voile, la place de la femme dans la société tunisienne et d'autres sujets de même goût.
Kaïs Saïed est resté de marbre et ne semble pas s'émouvoir, attendant, sans doute, le moment propice pour lui de clarifier ses positions au double plan interne et externe. Il lui est reconnu sa volonté d'œuvrer à l'édification du Maghreb, aujourd'hui en panne de perspectives salvatrices. Que sera demain le trio Algérie-Tunisie-Maroc ? Ce sera une de ses priorités. En nationaliste convaincu, tout autant que le peuple tunisien, il affiche son soutien à la lutte des Palestiniens pour l'indépendance. Fatalement, cela est vite exploité et interprété comme de l'antisémitisme et une volonté de nuire à l'Etat sioniste. Argument fallacieux qu'il rejette d'un revers de la main. Il refuse ainsi de se laisser entraîner dans un engrenage aux effets stériles pour la Tunisie. Mais cette dernière, du fait même de l'existence d'une communauté juive sur son sol, ne veut pas offrir le flanc à un lobby, certes discret, mais bien réel.
Une autre épreuve attend dans l'immédiat le nouveau chef de l'Etat, il s'agit de la formation du gouvernement, qui devrait sortir de la majorité du Parlement (le quart des sièges) que détient au demeurant le parti de Rached Ghannouchi, en l'occurrence Ennahda. Le courant démocrate, mené par Ghazi Chaouachi, ne l'entend pas de cette oreille, il ne veut pas d'Ennahda au gouvernement. Cependant, ce parti s'y active à la veille de la prestation de serment. Quelle coalition s'imposera aux côtés du nouveau Président ? Celle-ci sera-t-elle à la hauteur de la liesse populaire successive à la victoire de Kaïs Saïed ? Force, toutefois, est d'observer que le vent de l'espoir souffle de nouveau et la Tunisie a valeur d'exemple pour les populations des pays arabes. Sortira-t-il un nouveau modèle économique et social qui se démarque des anciennes recettes néo-libérales qui se sont avérées catastrophiques pour les damnées de la terre ? Que la Tunisie montre la voie, dirions-nous. Les Tunisiens ne sont-ils pas sortis en scandant le poème de Abou El Kacem Chebbi (poète tunisien mort à 25 ans), «s'il veut vivre, le peuple doit forcer son destin…»
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.