Un 53e vendredi grandiose à Alger    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Méli-mélo au pluriel
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 11 - 2019

Mercredi dernier, j'ai fait la chronique buissonnière. Je n'ai pas été courir, comme un garnement, dans les champs. Ni poser des pièges aux grives. Rien de tout cela, malheureusement. Alité, parce que la grippe est passée par là, je me suis gavé de tisanes, de repos forcé et de documentaires paraboliques. Eh oui, la grippe donne à son patient le temps de faire le paresseux sous la couette. Oui, je me suis vacciné ; mais la traîtresse m'a pris par les narines, prestement, et m'a mis à terre. Sur une des chaînes du câble, sans passeport ni visa, j'ai fait du tourisme sur place, sans bouger de mon lit. J'ai vu Boston, dans toute sa splendeur. Il paraît que cette ville bat tous les records. Chômage très faible. Création de richesses. Ville estudiantine. Justement, un groupe d'étudiants de l'Hexagone, maniant l'anglais à la perfection, se rendirent dans un restaurant. Désolé, je n'ai pas retenu le nom de l'enseigne. Bref, ces étudiants se sont déplacés juste pour déguster un plat aux senteurs du sud de l'Europe. J'ai immédiatement pensé à une paëlla. Pas du tout, j'ai tout faux. La spécialité de ce resto, je vous le donne en mille, c'est la « shakshouka ». Les Français nous ont piqué notre couscous ; maintenant, les Américains sont en passe de nous piquer notre « Tchektchouka » nationale. Manger de la « shakshouka » à Boston ! Non, je ne rêve pas. Ce que j'ai vu à l'écran, c'est bien de la « tchektchouka », made in bladi. J'ai reconnu l'aspect, la couleur, tout. Tomate, oignon, ail, huile. Ne manquait qu'une « felfla » de Guelma, «herra » comme il faut.
C'est bien tout ça ! Mais qu'est-ce que ça change au Hirak, made in bladi ? A priori, rien ! Sauf que nous sommes, à quelques jours du 12/12, dans une véritable « tchektchouka » ; heureux celui qui prédira la fin. L'issue sera-t-elle heureuse ? Ou malheureuse ? Tous les ingrédients d'une déflagration sont là, à Dieu ne plaise. Ça marche, toujours. Les appels à la grève se font entendre, ici et là. Ça emprisonne, toujours. Ça mure les mairies et les daïras, ici et là. La campagne électorale se fait sous escorte policière. Les réseaux sociaux se déchaînent. Les rumeurs alarmantes se font entendre. Des scénarios s'ébauchent dans les cafés. En attendant, les candidats se prennent au sérieux et battent la campagne. Ils sont toujours cinq, n'est-ce pas ? Comme les cinq doigts de la main ! La fameuse « khamsa » ! Ils ne réunissent pas beaucoup de monde, semble-t-il. Ils font l'impasse sur certaines villes. Oh, les villes sont connues, ya kho !
Les cinq candidats s'engagent à faire de l'Algérie une démocratie aux standards internationaux. L'un s'engage à régler définitivement le problème du chômage. De plus, il s'engage, lui, l'ancien ministre de l'Habitat, à résorber la crise du logement. Le deuxième veut marier les « célibatrices » du pays ; en même temps, les célibataires. Le troisième veut faire du Sahara un rêve algérien (rêver du désert, n'est-ce pas subliminal ?). Le quatrième veut revoir la Constitution et mettre dedans toutes les demandes du Hirak. Le cinquième ? Je ne sais plus ce qu'il a dit. Il a dit la même chose que les autres. Quoi donc ? D'abord qu'ils sont les candidats du peuple (je me demande de quel peuple ils parlent). Ensuite, qu'ils ont soutenu le 22/2, pour ne pas dire qu'ils sont les artisans de la révolution du sourire. Puis qu'ils ont été l'opposition au système Bouteflika. Qu'ils étaient même des victimes de ce système. Qu'ils soutiennent toujours le Hirak. Que leur programme est le programme du Hirak. Mazel, la liste est longue, comme le bras.
Le méli-mélo continue. Au point où nous en sommes, je pense que ces cinq candidats doivent être président collégialement. Ya kho, ils sont irrésistibles. Cette idée n'est pas de moi, elle est d'un internaute. Je n'ose pas dire à quoi il les destine, j'ai peur des conséquences. A moins de les passer président à tour de rôle ! Un par année d'un mandat de cinq ans ! Allez, pesé, empaqueté et vendu ! Ouf, on évite le 12/12, qui sera tout de même journée fériée et chômée. Je « mélimélose », moi aussi. Au point où on en est, il vaut mieux en rire. Pleurer ? Oui, nos candidats l'ont fait. Ils ont pleuré. Je ne sais plus en quelle circonstance. Mais ils ont pleuré. Trop d'émotion, ya kho. Puis, le bled ! L'Algérie vaut bien quelques larmes des candidats. Ça y est ! Qu'on arrête de pleurer. Les cinq sont présidents dans mon méli-mélo. Tous gagnants. Puis, comme l'Algérie est le pays des miracles, il sera ainsi le premier, dans le concert des nations, à disposer de cinq présidents, à la fois. Ça mérite une « tchektchouka », non ? Personnellement, je serai partant pour une « tchekhtchoukha » de Biskra. Wallah, il vaut mieux en rire. S'il faut, je me mettrai à pleurer. Il est question de mon pays. Pourvu qu'on me donne les moyens, je verserai bien quelques larmes. Ça soulage, paraît-il. Et ça nettoie l'œil. Si jamais un candidat passait par Tizi, je serais prêt à lui offrir une bassine vide. Pour quoi faire ? Voyons, qu'il la remplisse de larmes pour la sauvegarde du pays. Je suis prêt à me sacrifier, je verserai bien quelques gouttes, pour la « baraka ». Les larmes d'un candidat valent-elles le fauteuil d'El-Mouradia ? C'est à voir !
C'est tout vu, me dit une voix qui vient des limbes. Le 12, c'est pour demain. Tous se préparent en prévision de cette date. Qu'en sortira-t-il ? Un Président ? Des urnes vides ? Un coup d'épée dans l'eau ? Une transition ? Une Constituante ? J'ai beau farfouiller mon méli-mélo, il ne me donne aucune indication fiable. Nul ne croit à ce rendez-vous, me semble-t-il. Je me demande si les candidats, eux-mêmes, croit vraiment à cette élection ; surtout en voyant l'accueil qui leur est réservé ici et là. Y a-t-il un candidat qui pourrait me convaincre du bien-fondé du schmilblick ? Chiche ! Je suis tout ouïe.
Y. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.