Barça : Koeman prend la défense de Messi    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellal et Ouyahia jugés à partir de lundi
ILS COMPARAÎTRONT AUX CÔTES D'ANCIENS MINISTRES ET HOMMES D'AFFAIRES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 11 - 2019

Le procès des deux anciens Premiers ministres a été fixé au 2 décembre prochain, a annoncé hier Belgacem Zeghmati. Deux ex-ministres de l'Industrie comparaîtront le même jour et pour la même affaire, celle de l'automobile.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Il y a quelques jours, Le Soir d'Algérie annonçait en, effet, le renvoi du dossier des concernés devant la chambre correctionnelle du tribunal de Sidi-M'hamed. Les documents judiciaires ont été transmis par la Cour suprême à l'instance concernée qui les a réceptionnés jeudi dernier.
Moins d'une semaine après, les avocats chargés de la défense des accusés ont été informés de la date du procès très attendu du reste du moment qu'il s'agira de juger les premiers membres de ceux qui sont désignés comme étant la «issaba» ou bande impliquée dans d'énormes affaires de corruption.
Aux yeux de l'opinion, ils sont considérés comme étant le symbole même du régime, du système de gouvernance qui a mené le pays à la faillite, et les Algériens ont exprimé avec insistance ce sentiment en exigeant leur jugement lors des premières marches organisées après le 22 février.
De par leur qualité d'anciens Premiers ministres, ayant servi à plusieurs reprises sous le règne de Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont été particulièrement ciblés et dont l'arrestation et l'emprisonnement ont eu un grand retentissement. On se souvient notamment des scènes de joie parmi la foule qui s'était amassée autour du fourgon cellulaire transportant Ouyahia vers la prison d'El-Harrach, mais aussi de cette autre foule qui s'était rassemblée devant le pénitencier dans l'attente de l'arrivée de Sellal.
C'est durant une intervention devant le Sénat, hier, que le ministre de la Justice a dévoilé la date du jugement des concernés tout en indiquant que ce procès sera public. De la même manière, il a fait savoir que ce procès sera également celui d'anciens ministres et d'hommes d'affaires inculpés dans «le scandale des usines du montage automobile». Selon Zeghmati, les enquêteurs ont abouti à des «conclusions positives concernant ces dossiers effarants et elles seront dévoilées à l'opinion à partir du 2 décembre prochain».
Il ajoute : «Les Algériens pourront ainsi juger d'eux-mêmes de notre volonté de lutter contre la corruption à travers les procès qui se dérouleront.» Il faut également savoir que quelques jours avant cette annonce officielle, les avocats chargés de la défense des prévenus ont émis de sérieuses réserves au sujet du choix du tribunal devant lequel seront jugés ces anciens ministres. Un choix, affirment-ils, qui n'obéit pas aux «lois qui stipulent que les Premiers ministres, tout comme les présidents de la République ne peuvent être jugés que par la Haute Cour de justice».
Cette dernière n'a cependant pas encore vu le jour. Ayant clôturé l'instruction des dossiers des concernés, la Cour suprême n'avait pas d'autre choix que de transmettre le dossier à la chambre correctionnelle du tribunal où a eu lieu l'inculpation des prévenus, soutiennent des sources proches du dossier. La première bataille des avocats s'oriente naturellement sur le terrain de la compétence du tribunal. Ces derniers devraient mettre en avant cet argument pour tenter d'arracher un report. Pourront-ils cependant l'obtenir ?
En septembre dernier, les avocats chargés de la défense des généraux Toufik, Tartag et de Saïd Bouteflika avaient bataillé pour que soit reporté le jugement de leurs clients en raison de la santé de certains d'entre eux, mais le tribunal militaire avait tranché pour la poursuite de ce procès très attendu.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.