Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les producteurs sous forte pression
Réunion de l'OPEP et ses partenaires à Vienne
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 12 - 2019

Longue et bien au-delà du temps prévu a été la réunion viennoise des pays membres de l'Opep et leurs partenaires en dehors de l'organisation qui, avant ce conclave étalé de jeudi à vendredi, donnaient bien plus que l'impression qu'ils étaient confrontés à une réelle impasse alors que des temps, déjà difficiles, s'annoncent éprouvants pour les pays producteurs d'or noir.
Après une longue réunion, jeudi, les 14 membres de l'Opep ont convenu de se retrouver hier, vendredi, avec leurs partenaires conjoncturels pour trouver une issue acceptable pour tous, entre ceux qui avaient du mal à accepter que le plafonnement de l'offre soit porté au-delà de 1,2 million de barils/jour, comme l'exige l'accord conclu en juillet dernier, et ceux qui voulaient maintenir ce plafond et l'étaler dans le temps au-delà du délai prévu dans le précédent accord, soit mars prochain.
Hier donc, après qu'il eut été entériné la thèse selon laquelle des désaccords avaient eu lieu, jeudi, entre les membres de l'Opep sur l'ampleur et la répartition des réductions de production à concéder, les ministres présents à Vienne se retrouvaient vendredi et il était convenu que les deux leaders des pays producteurs, Arabie Saoudite et Russie, proposent à leurs partenaires de l'Opep et non-Opep de porter des coupes dans la production à un niveau devant atteindre 1,7 million de barils de pétrole par jour, soit une réduction plus importante de 500 000 barils/jour qu'elle ne l'est jusque-là, comme prévu dans le précédent accord courant jusqu'à mars 2020.
Selon l'agence Reuters, qui a rapporté des propos du ministre russe de l'Energie, Alexander Novak, un groupe de ministres de l'Energie représentant l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des producteurs non-Opep dirigés par la Russie a recommandé jeudi une réduction plus importante.
Toujours selon Reuters, les détails de l'accord, entre autres, la manière dont seront réparties les coupes dans la production entre les producteurs, devaient être conclus hier à l'issue d'une journée qui s'annonçait harassante pour tous tant rien n'était acquis, des pays de l'Opep craignant ouvertement qu'un ralentissement de l'économie ne puisse nuire à la demande, et en, conséquence, tenaient à un accord qui s'étalerait jusqu'en juin, voire décembre, de l'année prochaine.
Il faudrait souligner que les Russes, selon des indiscrétions de Reuters, n'étaient pas chauds à l'idée d'approfondir les coupes alors que Riyad les souhaitait plus profondes et plus longues dans le temps.
En tous les cas, il se dessinait hier en milieu d'après-midi, un accord stipulant que l'Opep allait concéder une coupe dans sa production de 340 000 barils par jour, alors que les producteurs non-membres de l'Opep consentaient à porter la diminution de la production à 160 000 barils supplémentaires par jour. On rappellera qu'en vertu de l'accord valide jusqu'à mars prochain, 11 des 14 Etats membres de l'Opep ont accepté de réduire de 800 000 barils/jour de production, à l'exception de l'Iran, de la Libye et du Venezuela, alors que les non-membres de l'Opep, menés par la Russie, étaient tenus de respecter une réduction de 400 000 barils/jour.
Des réductions qui, en tous les cas, ont été loin de faire monter le prix du baril à ce que souhaitent les Saoudiens et leurs amis de l'Opep, surtout qu'en perspective, s'annonce une récession économique qui a tout pour induire un repli de la demande de pétrole dans des proportions qui font peur.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.