Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un site archéologique à revaloriser
Mers Eddadjadj à Zemmouri-Marine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 12 - 2019

Le site archéologique Mers Eddadjadj (port-aux-poules) à Zemmouri-Marine (Boumerdès-Est) constitue l'un des plus prestigieux sites découverts ces dernières années, de par ses valeureux vestiges témoins des différentes civilisations qui s'y sont succédé, d'où la nécessité d'assurer sa protection et sa revalorisation. Situé à l'entrée principale de Zemmouri-Marine, un vaste espace éclaté s'offre au visiteur.
Ce site, à l'abandon, découvert en 1996, a été pourtant classé patrimoine national culturel en 2016, d'où le besoin incessant de créer, sur place, une section spéciale pour les archéologues et étudiants afin de le revaloriser et préserver les pièces archéologiques enfouies, en attendant leur transfert vers les musées. Après l'inscription des vestiges de ce site sur l'inventaire additionnel des biens culturels de la wilaya de Boumerdès, des fouilles ont été menées en 2018 et 2019, ayant permis notamment la découverte de pièces archéologiques remontant aux différentes époques historiques. Cependant, le site demeure sans protection et sujet au pillage et à la destruction.
A l'issue des fouilles réalisées l'été dernier par une équipe de spécialistes de l'Université d'Alger et du Centre national de recherches en archéologie (CNRA), le site de sept hectares regorgerait de vestiges attestant de l'existence d'une ville antique peuplée jadis.
Les habitants de la commune de Zemmouri-Marine attendent impatiemment la valorisation de ce site qui renferme énormément de vestiges pouvant contribuer, de manière efficace, à la promotion de la destination touristique et culturelle de cette ville côtière. Pour la sauvegarde et la valorisation de ce site archéologique important, un bureau d'études spécialisé s'est lancé dans l'élaboration d'un plan technique permanent pour la protection et la sauvegarde du site Mers Eddadjadj, suite à des investigations archéologiques triennales menées par l'Institut national d'archéologie et l'association locale Souagui, a indiqué le directeur de la culture, Koudid Abdelaali. Le bureau d'études en question a été choisi par la commission de wilaya de protection des biens culturels pour l'élaboration de ce plan, suite au classement du site patrimoine national culturel en 2016.
Selon M. Koudid, ce plan constitue un outil de réhabilitation et de reconstruction portant des orientations juridiques et règlementaires pour la protection du site et son exploitation en tant qu'espace touristique. Mers Eddadjadj, formé de couches souterraines archéologiques appartenant aux différentes époques historiques, a bénéficié en 2017 de travaux de prospection archéologique effectués par des étudiants de l'institut d'archéologie relevant de l'université Alger 2 avec la participation d'enseignants et de chercheurs de différentes spécialités, en sus du sondage archéologique effectué en mars 2007 ayant donné lieu à d'importantes découvertes à l'origine du classement du site patrimoine culturel national, le 28 avril 2016.
Pour Dr Ismaïl Benaamne, archéologue, en se référant aux opérations de prospection et aux sources et références historiques, ce site renfermerait la ville historique de Mers Eddadjadj, célèbre à l'époque islamique et connue sous l'apellation «Rusubikari» à l'époque romaine et fut un important comptoir de négoce à l'époque des Phéniciens.
En 1225, ce pôle économique important a subi une attaque militaire menée par Yahia Ben Abi Ghania El Miourki, qui avait conduit une révolte contre les Almohades, en détruisant leurs villes et forts, dont cette cité, qui fut dès lors ensevelie sous le sable des siècles durant, avant de réapparaître en 2006, a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.