Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Boukadoum: nécessité d'un "consensus national" sur la politique extérieure du pays    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    Un lourd héritage    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des souvenirs comme dernier compagnon
MOURIR SEULS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 01 - 2020

Des faits divers, rares, mais qui marquent ! Il s'agit d'un homme vivant seul retrouvé mort plus d'une dizaine de jours après son décès.
A Baba Hassen, cette nouvelle a bouleversé plus d'un. Vivre seul comporte des risques, celui de ne pas être secouru à temps ou encore ne pas avoir un ultime compagnon pour son dernier souffle.
«C'est ma hantise»
«Il y a eu récemment le décès d'un collègue. Il habitait seul et vraisemblablement, il a fait une attaque cardiaque. Sa fille mariée a donné l'alerte dès qu'elle s'est rendu compte qu'il ne répondait pas au téléphone. Cela a été comme une onde de choc pour moi. L'imaginer mourir seul dans une maison, m'a profondément affectée», raconte Naïma très peinée. Souhila, habitant à Baba Hassen, raconte l'histoire de son voisin : «Il venait de louer un appartement dans un immeuble limitrophe. Il disait qu'il vivait seul et qu'il était en conflit avec sa famille pour des problèmes d'héritage. Et c'est la raison pour laquelle il a rompu toute relation avec elle. Ce sont ces collègues de travail qui ont donné l'alerte car il ne se présentait pas à son poste de travail malgré les mises en demeure et était injoignable. Il a fallu l'intervention de la Gendarmerie nationale pour forcer la porte et découvrir son corps inerte depuis une dizaine de jours. Nous avons été tous choqués par cette histoire car mourir seul ne faisait pas partie de notre culture.» Heureusement, nous sommes loin du cas de l'homme vivant seul retrouvé chez lui 11 ans après sa mort, en France, l'année dernière.
«Je ne veux encombrer personne»
Ghania est grand-mère 19 fois et maman de six enfants. Une tribu en somme ! Et pourtant, elle vit seule depuis des années. «J'ai toujours refusé de quitter mon domicile, mon quartier, mon repère et mes activités. Et, je ne veux pas que mes enfants aient à le faire pour moi. Je ne veux pas qu'ils changent leur façon de vivre à cause de moi. Et je refuse de cohabiter avec mes fils, comme le veut la tradition, car mes belles-filles ont, elles aussi, besoin de se sentir à l'aise», explique cette dynamique Mamina. Même si elle est autonome, son état de santé peut provoquer des risques. «C'est vrai que j'ai des crises à cause de ma tension artérielle qui n'est pas stable, mais je maintiens ma décision. Mes enfants, les membres de ma famille et mes amis m'appellent tout le temps et je suis en contact permanent avec eux. Même la nuit, jusqu'à 22-23 heures, on me téléphone. Cela rassure tout le monde.» Mais pourtant, elle ajoute: «C'est vrai que quand j'ai un pic assez fort, j'ouvre la porte d'entrée, surtout le soir. Je me dis de cette façon, si le matin, je ne me réveille pas, ils comprendront tout de suite et je ne resterai pas seule à pourrir.» Et d'ajouter en riant : «Et ils n'auront pas à défoncer la porte et à démolir la maison.»
«Transformation de la cellule familiale»
Ces témoignages renseignent sur la transformation qu'a connue la cellule familiale. Nous sommes passés du stade de la famille élargie à celle moléculaire ou nucléaire. Radjia Benali, de l'université de Batna, écrit dans Education familiale en Algérie entre tradition et modernité, Insaniyat ( إنسانيات s) , 29-30 | 2005, 21-33, que «la société algérienne puise dans ses traditions des moyens de maintien et de régression (besoin de contrôle, de puissance, de pression qui attisent conflits et affrontements parfois destructeurs entre belle-mère/ belle-fille) et de changements qui font que les rapports se transforment et sont plus apaisés. La mise à distance entre parents et enfants mariés n'est pas forcément distanciation affective, mais c'est une autre façon de garder des liens d'attachement forts. Une trop grande proximité n'implique pas forcément des liens affectifs profonds, mais peut cacher des animosités et des colères rentrées». Ainsi, avec les transformations et les déplacements géographiques, la famille «se transforme, elle se contracte et se dilate et des compromis sont trouvés pour soutenir les parents et les accompagner que ce soit à distance ou à proximité. La famille rétrécit certes, mais elle n'en garde pas moins les valeurs de la «ayla» et de la «h'ouana» qui est présente. Elle relève notamment dans son analyse : «Le changement social est plus subtil et plus soft que ne le supposent les nostalgiques de la tradition.» Cette universitaire relève, aussi, l'apparition d'un autre phénomène et non moins important : «En perspective, une autre problématique nous semble d'actualité : il s'agit des couples qui ont laissé leurs enfants suivre des études à l'étranger où ils se sont installés. Ces couples se retrouvent parfois totalement seuls et cette solitude peut être renforcée après le décès du conjoint ou le divorce. Cette population n'est pas aussi marginale qu'on peut l'imaginer et mérite un travail de recherche pour comprendre leur état d'esprit, les aménagements qu'ils ont effectués pour vivre ‘'seuls'' et pour maintenir les liens avec leurs enfants et petits-enfants.»
Sarah Raymouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.