Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«… Tout homme politique est nécessairement corrompu...»
Des mots pour le dire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 01 - 2020

A la question suivante : «Vous écrivez que critiquer la corruption relève du mythe et même que ‘‘c'est une sorte de pathologie politique''. Pourquoi ?», voici la réponse de l'historien Allemand Jens Ivo Engels, spécialiste de l'histoire de la corruption : «Il n'y aura jamais de succès complet dans la lutte contre la corruption, tout simplement parce qu'on ne peut pas définir une fois pour toutes ce qui relève de la sphère publique et de la vie privée.
Etait-ce public ? Etait-ce privé ? Il est illusoire de vouloir définir une fois pour toutes ce qui relève de tel ou tel champ. Bien sûr, ce mythe d'une société sans corruption est important car il est l'un des fondements de l'Etat moderne. Il est à la base des principes qui gouvernent l'administration. Mais d'un autre côté, il faut se rendre compte que si l'on pousse le raisonnement jusqu'au bout, tout homme politique est nécessairement corrompu : il y aura toujours un moment où certaines bornes seront franchies. Je ne connais aucun système politique qui fonctionne sans pratiques micro-politiques.
Finalement, la critique systématique de la corruption part d'un raisonnement binaire. Il y a ce qui est moral et ce qui est immoral. Mais la réalité est plus complexe. Il faut donc tenir à notre idéal, mais reconnaître qu'il a des limites. On pourrait imaginer qu'un jour on n'adhère plus à ce mythe absolu d'une société sans corruption mais qu'on se mette d'accord sur les frontières acceptables par la communauté.»
Jens Ivo Engels, professeur d'histoire moderne et contemporaine à l'université technique de Darmstadt, en Allemagne, est l'auteur de L'histoire de la corruption.
De l'époque moderne au XXe siècle (S. Fischer, 2014, non traduit)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.