La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune lance une agence algérienne de coopération internationale à vocation africaine
Au 33e sommet de l'Union africaine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 02 - 2020

Ce sont les volets sécuritaire et économique qui auront accaparé l'attention des chefs d'Etat et de gouvernement réunis pour ce 33e Sommet de l'Union africaine (UA) à Addis-Abeba, Ethiopie. C'est en soi un cadre qui a toute son importance dans la mesure où les leaders africains se retrouvent, quand bien même l'agenda de travail est, en cette année 2020, chargé de défis au plan sécuritaire mais aussi économique.
«Faire taire les armes » oui, mais s'atteler au développement impose un redoutable challenge qui plus est incontournable. A ce propos, les sujets phares de ce sommet ont été d'emblée rappelés s'agissant de la Zone de libre-échange africaine (Zlec) lancée en 2019 à Niamey (Niger). C'est au nouveau président de l'UA, dont le passage du témoin entre l'Egyptien Abdelfatah El Sissi et Ciryl Ramaphosa, Président de l'Afrique du Sud, de s'y atteler. Bien sûr, les foyers de tension sont nombreux qu'il s'agisse de la Somalie, le Soudan du Sud, le Sahel et la Libye.
Moussa Faki, le président de la Commission de l'UA, a tenu à le rappeler en présence de tous, tant la situation sécuritaire est dramatique et aggravée surtout par l'absence de solution à brève échéance. Les chefs d'Etat africains se sont contentés, dans le cas de la Libye, à préconiser un grand forum de réconciliation hors de la Libye qui ne réunirait que les deux belligérants ainsi que les autres parties libyennes représentant les tribus et la société civile.
La question sahraouie a été rappelée à la responsabilité des présents et il a été réitéré que la solution de ce conflit, vieux de 40 ans, passe par le respect du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Le Président Abdelmadjid Tebboune, dont c'est la première intervention à la tribune de l'Union africaine, a rebondi sur ce sujet dans son intervention devant ses pairs, avec calme et sérénité. Il a ainsi appelé le secrétaire général de l'Onu à «hâter la désignation de son envoyé personnel et à relancer le processus de règlement de la question du Sahara Occidental». Il a déploré le fait que «la question du Sahara Occidental n'ait toujours pas trouvé de règlement, alors que, depuis de longues années, l'Organisation des Nations-Unies et le Conseil de sécurité, appuyés par notre organisation continentale, s'emploient à la mise en œuvre du plan de règlement de la question du Sahara Occidental basé sur le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination».
Le chef de l'Etat algérien a réitéré sa confiance dans les capacités de l'Union africaine tout en mettant à l'index la situation de statu quo en vigueur. S'il n'a pas eu à s'étendre plus que de besoin sur la crise en Libye, la position et les initiatives de l'Algérie étant connues, par contre il a eu à se désoler d'une réalité quelque peu oubliée. «L'Algérie ne saurait ignorer les pays frères et voisins, encore moins le continent africain dont elle est partie intégrante et le prolongement naturel.» «Cette africanité, dira-t-il, nous l'avons quelque peu occultée, ces dernières années, parce que focalisés sur nos affaires intérieures, mais nous sommes aujourd'hui résolus à y revenir, rapidement et fortement, dans le cadre renouvelé de l'Union africaine et au niveau des relations bilatérales», a-t-il affirmé. Dans son allocution, il appellera le continent à «prendre en charge lui-même ses problèmes et d'en finir avec sa marginalisation dans les relations internationales et l'économie mondiale pour prendre son destin en main et s'approprier son processus de développement dans toutes ses dimensions».
Il rappellera «l'intérêt suprême accordé par l'Algérie aux projets structurants», citant, à ce propos, la Route transsaharienne, la Dorsale transsaharienne à fibre optique et le gazoduc Nigeria-Algérie.
Abdelmadjid Tebboune a annoncé, hier dimanche à Addis-Abeba, la création d'une «agence algérienne de coopération internationale» à «vocation africaine», destinée à renforcer la coopération de l'Algérie avec les pays voisins, notamment avec les pays du Sahel. Cette agence aura pour principale mission «la concrétisation sur le terrain de notre volonté de renforcer l'aide, l'assistance et la solidarité avec les pays voisins, notamment les pays frères du Sahel», a-t-il souligné dans son discours. C'est là, sans doute, le seul élément particulier à relever dans ce sommet qui ne sort pas avec des annonces spectaculaires. S'il est beaucoup attendu de l'action de l'Afrique du Sud dans la conduite de la lutte antiterroriste, la résolution des conflits inter ou intra-africains, le chemin est semé d'embûches rendu encore plus difficile en l'absence d'une volonté commune publiquement assumée par les chefs d'Etat réunis dans la capitale éthiopienne. La réforme de l'organisation africaine en adéquation avec les nouvelles réalités d'ordre géostratégique aidera, à coup sûr, à la mise en œuvre des solutions pertinentes.
Ciryl Ramaphosa aura une année devant lui pour traduire sur le terrain les recommandations de ce 33e Sommet de l'Union africaine.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.