Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«39% des syndicats n'activent pas»
UN RESPONSABLE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL L'AFFIRME :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2020

Mekhazni Rabah, directeur des relations de travail au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, a déclaré que sur les 138 organisations syndicales enregistrées au niveau du ministère du Travail, 48 sont inactives, représentant un taux de 39%. Une réflexion est engagée sur les mesures à prendre vis-à-vis de ces syndicats allant jusqu'à la suspension.
Le droit syndical est reconnu constitutionnellement et confirmé par les lois 90-11 et 90-14. «Nous sommes dans une Algérie nouvelle et le droit syndical ou le dialogue social constitue un droit fondamental reconnu par la Constitution et placé au cœur de l'action du gouvernement», a soutenu, hier, Mekhazni Rabah, directeur des relations de travail au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, à la Radio Chaîne 3 en insistant sur la ratification de l'Algérie des accords internationaux en matière des droits œuvrant pour le renforcement des libertés syndicales.
Selon l'invité, l'application de la loi est toujours respectée par le monde du travail. «C'est vrai, il y a des dépassements dans certaines activités et il y a toujours des pressions exercées sur les syndicalistes au niveau de certaines entreprises ,mais l'Etat a toujours veillé au contrôle et à l'application stricte de la loi notamment 90-14.»
La question de l'exercice syndical ne peut être abordée sans faire un détour par la problématique de la délivrance des agréments. A cette question, le représentant du ministère du Travail dira que «la constitution du dossier est fixée par la loi en termes de dispositions respectées par rapport aux statuts et aux membres fondateurs», et d'ajouter : «La procédure d'enregistrement d'un syndicat est conforme aux normes internationales et constitue une simple formalité.» Il faut bien reconnaître que cette étape est obligatoire. «Il ne s'agit pas là d'agrément mais d'enregistrement» qui sera suivi par un traitement du dossier qui ne dépassera pas un délai de 30 jours. «Au-delà, il y aura une réponse de l'administration.» Affirmatif, le directeur des relations de travail soulignera : «Il n'y a pas eu de refus de dossier de constitution de syndicat.»
L'UGTA demeure seule représentative
Quant à la reconnaissance par le gouvernement du «seul» syndicat qui est l'UGTA, M. Mekhazni a estimé que la question est relative à la large représentativité de cette organisation au plan national, qui touche tous les secteurs d'activité. Bien qu'après la promulgation de la Constitution de 1989 qui consacre le pluralisme syndical et des lois sociales notamment celles 90-14 et 90-02, le pluralisme a donné lieu à plusieurs organisations syndicales de base concernant des catégories socioprofessionnelles. «Ces organisations n'ont pas cette représentativité au niveau national», de l'avis de l'invité de la radio qui reconnaît que l'UGTA est historiquement connue et plus représentative. Il y a, d'ailleurs, un travail au niveau de son département, qui se fait dans l'objectif de «revoir certains critères de représentativité» et «certaines conditions pour la création des fédérations», a t-il lancé.
138 syndicats dont 48 sont inactifs
Le visage syndical algérien par les chiffres fait état d'une nette augmentation du nombre de syndicats depuis 2018 où l'on comptait quelque 101 organisations alors qu'actuellement «on est à 138 formations dont 91 organisations syndicales de travailleurs et 47 organisations patronales». Sur les 91 organisations syndicales, 28 activent dans les secteurs économiques face à une grande majorité de 63 qui sont dans la Fonction publique, soit de 61% pour une concentration importante au niveau de deux secteurs importants, à savoir l'éducation (avec 25 organisations syndicales) et la santé avec 19 organisations syndicales. Pour le secteur économique, sur les 28 syndicats existants, on trouve neuf syndicats dans le secteur des transports avec ses différentes filiales. Pour ce qui est des confédérations patronales, il y en a cinq selon toujours le même responsable qui soulève que «sur les 138 organisations syndicales enregistrées au niveau du ministère du Travail, 48 sont inactives». Il s'agit d'organisations qui n'ont jamais activé ou qui n'ont jamais communiqué leurs éléments afin de permettre la connaissance de leur représentativité sur le terrain «et c'est ce qui pose problème» de l'avis de M. Mekhazni qui annonce que «39% des syndicats n'activent pas».
Des mesures seront prises contre les organisations inactives
Il y a lieu donc de réfléchir à des mesures concernant ces syndicats. «S'il n'y a pas d'exercice syndical ou de renouvellement des instances, ni d'activité, le ministère du Travail envisagera des mesures concernant ces syndicats, comme la suspension jusqu'à nouvel ordre», a expliqué le responsable avant d'ajouter : «Le ministère du Travail contactera, dans une première étape, les membres fondateurs de ces syndicats avant d'étudier quelles sont les mesures à prendre.»
Ainsi donc, il sera question d'évaluation de la situation de chaque syndicat «avant de prendre les mesures qui s'imposent». Quant au gel ou à la dissolution, «ils sont laissés à l'autorité judiciaire», a-t-il encore soutenu. Abordant la question du droit fondamental à la grève avec un petit détour sur la grève du personnel navigant d'Air Algérie, M. Mekhazni a souligné que «les protestataires doivent faire la grève tout en respectant les procédures légales». Reconnaissant tout de même la légitimité des revendications des travailleurs d'Air Algérie, l'invité de la radio a souligné que ce débrayage a été fait en violation des dispositions légales.
Il annoncera également que durant l'année écoulée, l'Inspection du travail a recensé 466 grèves dont 5 à caractère national. «Ces grèves ont mobilisé environ 314 000 travailleurs et occasionné une perte de 266 journées non travaillées.»
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.