La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grève dans le secteur de l'Education nationale "n'a pas respecté les procédures préalables"
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 02 - 2018

La grève déclenchée dans le secteur de l'Education nationale par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNAPESTE) "n'a pas respecté les procédures préalables prévues par la loi avant le recours au débrayage", a indiqué jeudi à Alger un cadre du ministère du ministère du Travail, l'Emploi et de la Sécurité sociale.
"Sans douter de leurs revendications socioprofessionnelles, je lance un appel aux enseignants pour leur dire que la procédure de recours à la grève n'a pas été respectée (par le CNAPESTE) et n'a pas tenu compte des procédures réglementaires préalables à observer avant de recourir la grève", a précisé le directeur des relations du travail au ministère du Travail, Rabah Mekhazni, qui s'exprimait sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio nationale.
Rappelant que la grève est un "droit légal" reconnu par la Constitution et la loi-cadre 90-14 relative aux modalités d'exercice du droit syndical, M. Mekhazni a fait remarquer que ce droit à la grève "doit s'exercer conformément aux procédures prévues par la loi 90-02 relative au règlement du conflit du travail".
"Cette loi a prévu des modalités de recours à la grève, à savoir des procédures préalables qui commencent par des réunions périodiques pour examiner la situation socio-professionnelle et les conditions de travail.
En cas d'échec, il sera engagé des procédures conventionnelles au niveau interne et s'il y a un autre échec les parties ont la possibilité de demander des services de l'inspection du travail la conciliation obligatoire", a-t-il expliqué.
A une question relative aux grèves déclarées illégales par la justice, M. Mekhazni a précisé que "s'il y a une décision de justice qui déclare la grève illégale, l'organisation syndicale doit l'appliquer sans pour autant négliger les revendications socioprofessionnelles qui peuvent être légitimes".
Sur un autre registre, le même responsable a fait savoir que 102 organisations syndicales activent au niveau national, dont 13 dans le secteur de l'Education nationale et 15 dans la Santé.
Il a ajouté que 35 organisations se concentrent uniquement au niveau de la Fonction publique, ce qui donne "un taux de 53% principalement au niveau du secteur de Education et de la Santé".
Pour ce qui est du nombre de grèves enregistrées en 2017, il a indiqué que les statistiques du service de l'inspection du travail font ressortir un total de 112 grèves, dont 14 au niveau de l'administration publique, 66 dans le secteur économique et 32 dans le secteur privé, relevant que ces grèves ont entrainé "une perte de près de 117 000 de journées de travail".
Mekhazni a souligné aussi que "la majorité des grèves n'ont pas respecté la procédure légale et cela a un coût économique", estimant que "les responsables des organisations syndicale ont une responsabilité dans ces grèves, car un conflit doit obligatoirement déboucher sur le dialogue".
Concernant le projet du Code du travail, M. Mekhazni a indiqué qu'il y aura "des amendements afin d'encadrer le recours à la grève et l'introduction de nouvelles dispositions pour prendre en charge les droits fondamentaux des travailleurs".
"Il ne s'agit pas d'interdire le droit de grève, mais de l'encadrer en proposant des amendements par rapport au service minimum et par rapport à la durée de la grève", a-t-il dit, relevant que "la grève illimitée dans le temps ne figure pas dans les textes de loi en Algérie et demeure interdite dans certains pays".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.