Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Real : Modric a pris sa décision    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Covid-19 : 14 décès et 131 nouveaux cas enregistrés    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader
BIBLIOTHÈQUE DE TIPASA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2020

C'est au cœur de la salle de lecture de la Bibliothèque centrale de Tipasa que l'auteur Kamel Bouchama a décidé de présenter son dernier ouvrage, intitulé «L'Emir Abdelkader et les siens – l'ultime étape au Levant».
L'auteur Kamel Bouchama précise que «l'Emir Abdelkader était intervenu pour empêcher les Druzes de massacrer les milliers de chrétiens qui étaient venus se réfugier dans le palais de l'émir à Damas et implorer sa protection».
M. Bouchama a présenté, à ce titre, la prodigieuse odyssée de l'Emir Abdelkader en Syrie. Ainsi, M. Bouchama, dans son ouvrage historique, a évoqué le parcours de l'Emir Abdelkader en Syrie et sa harangue aux musulmans druzes et syriens à propos des massacres de la population chrétienne, en précisant notamment :
«L'Emir devait armer un millier parmi les plus valides des jeunes Algériens pour protéger la population chrétienne de ces massacres. Ainsi, dans ce douloureux épisode qui avait comme théâtre les régions de Damas et Beyrouth, à partir du 9 juillet 1860, l'Emir, cet ‘‘ennemi des chrétiens'', selon les officiers supérieurs de l'armée française, n'a pas hésité un seul instant à voler au secours de ces mêmes chrétiens qui subissaient des horreurs que leur imposaient les Druzes. Il a réussi à sauver des milliers de personnes de cette agression affreuse, barbare, qui allait exterminer tous les chrétiens vivant dans la région. Ils étaient des milliers, 12 000 disent les uns, 15 000 disent les autres, qui ont été placés sous sa protection. Les deux palais, celui de Laâmara, à côté de la Grande Mosquée des Omeyyades, en plein centre de Damas, et l'autre, celui de Doummar, surplombant Wadi Barada, étaient chargés de chrétiens qui ont trouvé refuge et hospitalité dans les demeures de celui qui a été constamment houspillé par ceux qui ne l'ont connu qu'à travers sa stratégie guerrière. En effet, ils étaient nombreux, mais peu importe. L'Emir et ses soldats, tous des Algériens, ne s'arrêtaient pas au nombre, eux qui agissaient en répondant à l'appel de Dieu, par leur combat pour la justice.»
M. Bouchama, dans la poursuite de son exposé, cita l'avertissement de l'Emir à ceux qui oseraient attaquer les chrétiens. Il s'adressait ainsi à la foule : «Mes frères, votre conduite est impie ! Qu'êtes-vous donc pour vous arroger le droit de tuer des hommes ? A quel degré d'abaissement êtes-vous descendus puisque je vois des musulmans se couvrir du sang des femmes et des enfants ? » Mais la foule vociférait devant le palais de l'Emir : «Les chrétiens ! Les chrétiens !» Elle voulait s'emparer de ce qui restait de cette communauté pour le faire passer au fil de l'épée. L'Emir, debout, imperturbable, stoïque, répliquait avec son courage habituel : «Les chrétiens, tant qu'un seul de ces vaillants soldats qui m'entourent sera debout, vous ne les aurez pas, car ils sont mes hôtes !»
M. Bouchama nous rappelle ce douloureux événement : «l'année 1860 a été une année pénible pour les chrétiens de Damas et d'autres régions de Syrie, le Liban notamment. Ainsi, accompagné d'une élite de jeunes soldats algériens, qu'il a dû armer bien avant ces événements, l'Emir entreprit cette noble action pour sauver la communauté chrétienne qui était menacée d'extermination.»
Notre source poursuit à propos des troubles confessionnels du Mont-Liban : «Ils se sont étendus à Damas entre le 9 et le 17 juillet 1860. Sans que le gouverneur ottoman de la ville, Ahmed Pacha, s'interpose, des fanatiques attaquent les quartiers chrétiens, malékites et maronites, tuant plus de cinq mille habitants selon le général d'Hautpoul.» L'émir Abdelkader intervient pour arrêter le massacre et protéger, au péril de sa vie, la communauté des chrétiens de Damas. Grâce à son influence auprès des dignitaires de la ville et aux membres de sa suite qui l'ont suivi dans son exil, seuls 5 000 périront, sur une population évaluée à environ 20 000.
Par ailleurs, ces évènements entraînèrent l'exil, au Caire ou à Beyrouth notamment, de plusieurs milliers d'habitants chrétiens de Damas, ajouteront nos sources , qui poursuivent que «Abd el-Kader doit même s'interposer par la force avec les membres de sa suite, pour protéger les familles chrétiennes venues se réfugier en nombre dans le quartier des Algériens.
Il fait tuer certains pillards. Il est important de noter que les chrétiens furent pris par surprise et que le gouvernement ottoman facilita probablement le massacre ou y prit part fort probablement ; cependant, les chrétiens résistèrent vaillamment et certains villages résistèrent avec succès, à l'exemple de Sednaya. D'autres villages furent forcés à se convertir pour survivre».
L'auteur ajoutera qu'«encore aujourd'hui, certains Syriens sont appelés ‘‘Algériens'' en référence à ces membres de la suite d'Abd el-Kader dont ils sont descendants et des Algériens qui se sont regroupés autour de lui dans son exil, installés dans le quartier de Salhieh, qui, à l'époque, est encore un réseau de petites ruelles ottomanes, et non le quartier à l'architecture coloniale que l'on connaît aujourd'hui».
Houari Larbi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.