Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité
DECOUVREZ...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 07 - 2020

L'onychophagie ou habitude de se ronger les ongles est en relation directe avec les émotions. De nombreuses personnes adoptent ce comportement durant toute leur vie, alors que pour d'autres, c'est une attitude qui survient durant les périodes de stress et d'anxiété. Les psychologues ont mis au point une liste des principales causes de l'onychophagie. Si vous vous rongez les ongles, lisez attentivement ce qui suit, car vous pourriez en apprendre beaucoup sur votre personnalité.
- Le stress
Lorsque nous sommes stressés, que nous avons beaucoup de problèmes et que nous ressentons de l'anxiété, il est plus que probable que l'on commence à se ronger les ongles. La nécessité de rechercher une échappatoire à une situation provoque cette habitude, qui a un effet calmant sur le système nerveux.
- L'ennui
L'inactivité ou l'ennui sont des causes de ce comportement étrange. L'habitude de se ronger les ongles est une voie de stimulation pour le système nerveux, qui vous aide, par exemple, à ne pas vous endormir.
- Le perfectionnisme
Les personnes qui se rongent les ongles peuvent passer des heures à regarder leur main et à faire en sorte qu'il n'y ait pas la moindre irrégularité sur leurs doigts. Si elles en détectent une, elles vont tout faire pour la supprimer.
Il est important de rappeler que ce comportement peut causer des problèmes de dents, de mains et de peau.
- Le mimétisme
Beaucoup d'enfants commencent à se ronger les ongles car leurs parents font de même. D'un autre côté, il arrive aussi que des patients de moins de 18 ans souffrent d'onychophagie car ils sont en proie à de l'anxiété, à des tics, à de l'hyperactivité ou à des troubles obsessionnels compulsifs.
- Les causes psychosomatiques
Dans de nombreux cas, les personnes qui se rongent les ongles le font pour se faire mal, et pour s'auto-mutiler.
Cela apparaît notamment dans le cas de familles violentes, où l'éducation est très sévère. Car c'est une manière d'attirer l'attention.
- Les émotions
La timidité et la faible estime de soi, tout comme les souffrances intenses dues à une séparation ou à la mort d'un être cher, peuvent dériver en onychophagie. Cette habitude peut commencer à disparaître si la personne reprend confiance en elle et en son environnement.
- L'onychophagie chez l'enfant
Une étude récente a révélé que les enfants qui se rongent les ongles ont moins de facultés sociales que ceux qui ne souffrent pas d'onychophagie. Cette condition affecterait 45% des enfants vivant dans des pays industrialisés (contre 10% des adultes). Il s'agit d'un trouble nerveux qui limite l'anxiété mais qui, dans le même temps, apporte des conséquences négatives, tant sur le corps que sur l'estime personnelle. Divers facteurs déterminent l'apparition de cette habitude.
Le fait de se ronger les ongles peut être un acte inconscient et automatique. Les enfants ne se rendent pas compte qu'ils produisent un dommage direct à leur corps. Selon les experts, cette habitude sera très difficile à abandonner pour eux.
Les enfants qui ont des problèmes à l'école, aussi bien scolaires que relationnels, ont plus de probabilité de pratiquer l'onychophagie. Face à des situations de stress, de nervosité, d'angoisse ou d'insatisfaction personnelle, se ronger les ongles est une manière d'échapper à la réalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.