Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Maturité et montée en gamme    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faut-il se fier aux laboratoires privés ?
Dépistage du Covid-19
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 07 - 2020

Le ministère de la Santé a intégré les laboratoires privés dans le circuit d'analyses jusqu'ici réservé à l'Institut Pasteur et annexes dans le dépistage sérologique de l'infection au Covid-19. Une décision prise suite à la recrudescence des contaminations et à la saturation des laboratoires publics agréés, obligeant ainsi la tutelle à étendre le réseau de dépistage. Seulement, les résultats des examens effectués chez le privé sont-ils d'une aide au diagnostic par rapport à leur fiabilité ?
Depuis l'annonce officielle, les citoyens se sont rués vers les réseaux sociaux pour chercher où effectuer les tests du Covid-19. Des chaînes humaines sont formées chaque matin devant les laboratoires d'analyses médicales et plusieurs d'entre eux, au même titre que des cliniques privées, ont diffusé des annonces pour informer qu'ils réalisent des tests rapides pour détecter le coronavirus. Les tarifs de ces tests pratiqués peuvent dépasser 3 000 DA et des médecins alertent que ces tests ne sont pas fiables à100%.
En effet, selon le ministre de la Santé, les laboratoires relevant du secteur privé dotés des moyens nécessaires et d'équipements médicaux ont été autorisés à effectuer l'analyse clinique de la PCR pour le dépistage de l'infection au Covid-19 car les centres de diagnostic répartis sur le territoire national, dont les annexes de l'IPA, sont submergés ces dernières semaines.
Pour cela, les laboratoires privés ont été autorisés à effectuer les tests sérologiques qui visent la recherche des anticorps dans le sang, à la différence des tests PCR actuellement en vigueur. Ces tests sérologiques ne nécessitent pas d'équipement particulier et devraient être facturés entre 2 000 et 2 500 DA au plus. Selon les biologistes, les tests sérologiques autorisés «ne détectent pas le virus comme tel, mais plutôt la présence d'anticorps développés par un individu infecté grâce à une analyse de sang». En d'autres termes, «les tests sérologiques permettent de détecter les anticorps qui démontrent qu'une personne a été exposée au Covid-19 à un moment ou un autre», selon les explications.
Les tests sérologiques sont simples et certaines applications produisent des résultats en moins de 15 minutes. «Mais comme les anticorps sont détectables deux semaines après le début de l'infection, un résultat négatif ne veut pas nécessairement dire qu'une personne n'est pas infectée et surtout infectieuse», indique-t-on. Là est la question qui n'a cessé de défrayer la chronique, les premiers mois de l'apparition de la pandémie : celle des faux négatifs. Pour le Syndicat autonome des biologistes de la santé publique (SABSP), qui avait salué l'intégration des biologistes dans le processus de dépistage, un autre problème est soulevé, celui «de l'indisponibilité de kits de prélèvement et de réactifs biochimiques, qui connaissent une pénurie», avait déclaré le SG du syndicat, M. Youcef Boudjelal.
Eh oui, plusieurs laboratoires, pour ne pas dire la plupart, font face à une pénurie de réactifs nécessaires aux tests RT-PCR. Ainsi, le syndicat a préconisé de mettre à la disposition des laboratoires mobilisés «des moyens de dépistage pour penser ensuite à monter le nombre de laboratoires d'analyses et de dépistage du Covid-19». Par ailleurs, il est légitime de s'interroger si ces laboratoires d'analyses médicales ont été validés par l'Institut Pasteur.
Sont-ils en mesure d'accompagner cet accroissement de la demande ? Mais surtout, qu'en est-il de la fiabilité des tests ? Autant de questions que le citoyen se pose lorsqu'il voit certains laboratoires qui ne disposeraient pas de la plateforme technologique et des équipements nécessaires leur permettant de contribuer à la campagne nationale de lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus. Sans oublier l'épineuse question «des moyens de protection des équipes censées assurer ces tests sur les échantillons prélevés sur les personnes suspectées d'infection», avait déjà relevé leur syndicat. Sur un autre registre, il faut souligner que depuis la propagation du coronavirus, deux laboratoires privés avaient déjà reçu une autorisation de l'IPA et du ministère de la Santé, à savoir ceux de Batna et d'Oued-Souf, et qui font les tests «gratuitement» parce qu'ils ont reçu des kits de dépistage gratuits. Le laboratoire de Batna est entré en service le 20 avril dernier et a été ainsi le premier laboratoire d'analyses privé agréé pour le dépistage du nouveau coronavirus à l'échelle nationale avec une capacité de 200 tests par jour.
Dans la capitale, l'initiative a été lancée le 8 juin par le laboratoire d'analyses du Pr Tarzaali, qui déclare assurer les deux tests : le premier est la recherche directe du coronavirus par PCR sur prélèvement nasal et le deuxième permettant la détection qualitative des anticorps totaux dirigés contre le virus SARS-Cov2 dans le sang des patients.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.