Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faut-il se fier aux laboratoires privés ?
Dépistage du Covid-19
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 07 - 2020

Le ministère de la Santé a intégré les laboratoires privés dans le circuit d'analyses jusqu'ici réservé à l'Institut Pasteur et annexes dans le dépistage sérologique de l'infection au Covid-19. Une décision prise suite à la recrudescence des contaminations et à la saturation des laboratoires publics agréés, obligeant ainsi la tutelle à étendre le réseau de dépistage. Seulement, les résultats des examens effectués chez le privé sont-ils d'une aide au diagnostic par rapport à leur fiabilité ?
Depuis l'annonce officielle, les citoyens se sont rués vers les réseaux sociaux pour chercher où effectuer les tests du Covid-19. Des chaînes humaines sont formées chaque matin devant les laboratoires d'analyses médicales et plusieurs d'entre eux, au même titre que des cliniques privées, ont diffusé des annonces pour informer qu'ils réalisent des tests rapides pour détecter le coronavirus. Les tarifs de ces tests pratiqués peuvent dépasser 3 000 DA et des médecins alertent que ces tests ne sont pas fiables à100%.
En effet, selon le ministre de la Santé, les laboratoires relevant du secteur privé dotés des moyens nécessaires et d'équipements médicaux ont été autorisés à effectuer l'analyse clinique de la PCR pour le dépistage de l'infection au Covid-19 car les centres de diagnostic répartis sur le territoire national, dont les annexes de l'IPA, sont submergés ces dernières semaines.
Pour cela, les laboratoires privés ont été autorisés à effectuer les tests sérologiques qui visent la recherche des anticorps dans le sang, à la différence des tests PCR actuellement en vigueur. Ces tests sérologiques ne nécessitent pas d'équipement particulier et devraient être facturés entre 2 000 et 2 500 DA au plus. Selon les biologistes, les tests sérologiques autorisés «ne détectent pas le virus comme tel, mais plutôt la présence d'anticorps développés par un individu infecté grâce à une analyse de sang». En d'autres termes, «les tests sérologiques permettent de détecter les anticorps qui démontrent qu'une personne a été exposée au Covid-19 à un moment ou un autre», selon les explications.
Les tests sérologiques sont simples et certaines applications produisent des résultats en moins de 15 minutes. «Mais comme les anticorps sont détectables deux semaines après le début de l'infection, un résultat négatif ne veut pas nécessairement dire qu'une personne n'est pas infectée et surtout infectieuse», indique-t-on. Là est la question qui n'a cessé de défrayer la chronique, les premiers mois de l'apparition de la pandémie : celle des faux négatifs. Pour le Syndicat autonome des biologistes de la santé publique (SABSP), qui avait salué l'intégration des biologistes dans le processus de dépistage, un autre problème est soulevé, celui «de l'indisponibilité de kits de prélèvement et de réactifs biochimiques, qui connaissent une pénurie», avait déclaré le SG du syndicat, M. Youcef Boudjelal.
Eh oui, plusieurs laboratoires, pour ne pas dire la plupart, font face à une pénurie de réactifs nécessaires aux tests RT-PCR. Ainsi, le syndicat a préconisé de mettre à la disposition des laboratoires mobilisés «des moyens de dépistage pour penser ensuite à monter le nombre de laboratoires d'analyses et de dépistage du Covid-19». Par ailleurs, il est légitime de s'interroger si ces laboratoires d'analyses médicales ont été validés par l'Institut Pasteur.
Sont-ils en mesure d'accompagner cet accroissement de la demande ? Mais surtout, qu'en est-il de la fiabilité des tests ? Autant de questions que le citoyen se pose lorsqu'il voit certains laboratoires qui ne disposeraient pas de la plateforme technologique et des équipements nécessaires leur permettant de contribuer à la campagne nationale de lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus. Sans oublier l'épineuse question «des moyens de protection des équipes censées assurer ces tests sur les échantillons prélevés sur les personnes suspectées d'infection», avait déjà relevé leur syndicat. Sur un autre registre, il faut souligner que depuis la propagation du coronavirus, deux laboratoires privés avaient déjà reçu une autorisation de l'IPA et du ministère de la Santé, à savoir ceux de Batna et d'Oued-Souf, et qui font les tests «gratuitement» parce qu'ils ont reçu des kits de dépistage gratuits. Le laboratoire de Batna est entré en service le 20 avril dernier et a été ainsi le premier laboratoire d'analyses privé agréé pour le dépistage du nouveau coronavirus à l'échelle nationale avec une capacité de 200 tests par jour.
Dans la capitale, l'initiative a été lancée le 8 juin par le laboratoire d'analyses du Pr Tarzaali, qui déclare assurer les deux tests : le premier est la recherche directe du coronavirus par PCR sur prélèvement nasal et le deuxième permettant la détection qualitative des anticorps totaux dirigés contre le virus SARS-Cov2 dans le sang des patients.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.