Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises
Tebboune au journal français L'Opinion
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 07 - 2020

Dans un entretien paru dans l'édition d'hier du journal L'Opinion, le président Abdelmadjid Tebboune s'est exprimé dans le style qui est le sien avec pondération et clarté sur des sujets parfois à polémique. Il faut noter que le chef de l'Etat fait de la communication, un outil privilégié de sa démarche politique. L'interview accordée au quotidien français intervient après celle de France 24.
L'occasion pour le président de la République de s'adresser sans ambages directement à l'opinion publique française sur des thèmes majeurs intéressant les relations mouvementées entre l'Algérie et la France. «L'Algérie est incontournable pour la France et la France l'est aussi» dira-t-il en substance. Et c'est tant mieux qu'il se dessine un nouveau climat entre les deux pays. Sous l'impulsion d'Emmanuel Macron (qui a appelé à deux reprises, en l'espace d'un mois, Abdelmadjid Tebboune) une nouvelle dynamique semble se substituer aux tensions récurrentes. La restitution des crânes des résistants à la colonisation sera l'occasion que soit réaffirmée la volonté des deux côtés de poursuivre le travail engagé sur les questions mémorielles. Le chef de l'Etat dira à ce propos : «Il faut affronter ces événements douloureux pour repartir sur des relations profitables aux deux pays, notamment au plan économique.» Emmanuel Macron, dira-t-il, «connaît bien les évènements qui ont marqué notre histoire commune. L'historien Benjamin Stora a été nommé pour accomplir ce travail mémoriel du côté français. Il est sincère et connaît l'Algérie et son histoire, de la période d'occupation jusqu'à aujourd'hui. Nous allons nommer son homologue algérien dans les 72 heures». Mais il insistera sur les menaces existantes. «Il existe en France des lobbies minoritaires mais dangereux qui parasitent les rapports entre les deux pays.» Il est donc clairement signifié que ces forces n'admettent pas que l'Algérie, pays souverain, vole de ses propres ailes. Conséquences : la France a perdu sa place de premier fournisseur de l'Algérie, rappelant toutefois que : «Plus de 450 entreprises françaises opèrent dans le pays. Elles sont appelées à jouer leur rôle dans la nouvelle Algérie.» Le président de la République saisira l'opportunité de l'entretien pour exposer au journaliste français, l'orientation de la politique algérienne dans la diplomatie économique longtemps négligée en contradiction au demeurant avec les nombreux liens traditionnels, historiques et culturels avec les pays africains. L'effacement de la dette (1,4 milliard de dollars) de certains de ces pays procède de la solidarité de l'Algérie envers ces pays. Mais les efforts à entreprendre sont appelés à être déployés en direction d'une coopération aussi large que possible à travers des projets d'investissement. Pour ce faire, la mise en place de voies de communication s'impose. Le chef de l'Etat en fait un des points de son intervention au sommet de la 33e conférence des chefs d'Etat de l'Union africaine (UA) le 9 février dernier. C'est ainsi qu'a été créée une Agence algérienne de la coopération internationale à «vocation africaine», destinée à renforcer la coopération de l'Algérie avec les pays voisins, notamment avec les pays du Sahel. C'est Chafik Mesbah, universitaire et ancien cadre de l'Etat, qui présidera aux destinées de l'Agence dont il est attendu qu'elle préfigure une nouvelle configuration des rapports économiques interafricains. Il est ainsi question de la construction de voies ferrées de l'Algérie vers le Mali et vers le Niger renforçant de façon plus efficace un apport alternatif à la transsaharienne dans le transport des marchandises. Dans le même temps, une route de 900 km reliera Tindouf à Nouakchott (Mauritanie) dont l'objectif est d'ouvrir la voie aux produits algériens jusqu'au Sénégal, la Gambie voire le Gabon. Pragmatisme, c'est le maître-mot que réitérera le chef de l'Etat dans la nouvelle vision économique qui doit prévaloir et qui ne doit pas procéder par des affinités idéologiques comme cela a prévalu... mais dans une démarche gagnant-gagnant. Les relations économiques avec la France, indiquera-t-il, devront s'inscrire dans cette nouvelle donne. Abdelmadjid Tebboune n'a pas éludé la question de la règle 49/51 dont l'abrogation vise à attirer les investissements étrangers. S'agissant du Hirak, au journaliste de L'Opinion qui l'a interpelé sur le sujet sur la grâce présidentielle au profit des détenus, il a répondu : «Le Hirak, du 22 février, a préservé le pays d'un effondrement total.» A ce propos, il annoncera que d'autres mesures d'apaisement sont prévues.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.