Foot/ Ligue 1 (USM Alger) : François Ciccolini nouvel entraîneur    Feux de forêts : 9.165 hectares ravagés entre le 1 juin et le 3 août    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Les travailleurs réclament leurs salaires    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Baisse sensible en 2020    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle
Dans un entretien accordé à France 24
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 07 - 2020

A la veille du 5 juillet, la chaîne d'Etat française, France 24, a diffusé un entretien qu'a bien voulu accorder le président Abdelmadjid Tebboune. L'occasion pour la chaîne de faire amende honorable après les déclarations, le 30 mars dernier, particulièrement venimeuses, du politique Francis Ghilès dans le cadre de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19.
Deux autres documentaires sur le Hirak diffusés en avril, l'un par la chaîne parlementaire LCP et l'autre par la 5 avaient fini par mettre le feu aux poudres. Suffisant pour que cela soit pris comme une attaque en règle «contre l'Algérie et ses institutions». La réaction d'Alger est immédiate : rappel de l'ambassadeur à Paris.
Cela rajoute aux tensions récurrentes dans les rapports algéro-français. Le Président algérien choisit donc la date anniversaire de l'indépendance nationale pour exposer à son interviewer la réalité d'une situation que tentent d'empoisonner des relations pourtant séculaires entre deux grands pays de la Méditerranée.
Il y a d'abord, le travail de mémoire, problème qu'aborde Abdelmadjid Tebboune avec beaucoup de clarté et de lucidité à l'endroit des décideurs français. Même s'il dit reconnaître une avancée sous la forme de «demi-excuses», il réclamera des «excuses complètes» dans un pas supplémentaire dans la reconnaissance des crimes commis par la colonisation française. Cela permettra d'ouvrir la voie à un apaisement dans les rapports entre les deux pays : «Avec Macron, nous pouvons aller loin dans le règlement du problème de la mémoire».
De ce fait, l'invité de France 24 se montre en phase avec Emmanuel Macron — «honnête» — Ce dernier, faut-il le rappeler, avait qualifié, avant son élection, la colonisation de crime contre l'humanité, et cela lui vaudra une sacré volée de bois vert de la part du sérail politique français. Abdelmadjid Tebboune, laisse clairement entendre dans cet entretien à France 24 que les horizons dans les relations entre l'Algérie et la France sont promis à de meilleurs jours, mettant en avant les nombreuses opportunités de coopération économique et culturelle. Il ira jusqu'à mettre en avant la présence de la diaspora algérienne (6 millions) à prendre comme un atout pour les deux pays.
A l'intérêt exprimé par le chef de l'Etat sur l'importance du rapatriement des restes mortuaires des résistants algériens semble répondre en écho l'Elysée qui, dans un communiqué, déclare qu'il «s'agit d'un geste d'amitié et de lucidité sur toutes les blessures de l'histoire».
Il précisera également que ce travail «engagé par le président français sera poursuivi». Voilà qui est dit. Un autre sujet sur lequel le chef de l'Etat a eu à revenir car s'y étant déjà exprimé récemment, est l'ouverture des frontières avec le Maroc. Il rappellera, une fois de plus, que la responsabilité totale et entière incombe aux dirigeants marocains qui avaient pris la décision «humiliante» d'instaurer le visa pour les Algériens et d'accuser l'Algérie d'être derrière les attentats terroristes sur le sol marocain.
Au demeurant, toutes les enquêtes démentiront par la suite ces élucubrations. Abdelmadjid Tebboune, dira à propos du Maroc : «Nous n'avons aucun problème avec les Marocains» mais «il semble que ce soit les Marocains qui ont un problème» et «nous constatons que les Marocains passent de l'escalade verbale à une autre forme», sous-entendu, la construction d'une base militaire à 30 km de la frontière ouest de l'Algérie. Il veut, toutefois, garder ouvertes les portes du dialogue. «Maintenant, si eux pensent qu'il faut prendre une initiative, elle sera la bienvenue.» Il faut que s'arrête cette escalade, dira-t-il.
Cette démarche dans l'instauration d'un climat d'apaisement est la même au plan politique interne en direction des détenus du Hirak au moment où nombre d'entre eux ont été remis en liberté. Il n'exclut pas d'autres mesures d'élargissement, tout en fustigeant ceux qui profitent des marches populaires pour semer l'anarchie, selon lui.
Par ailleurs, le Président a été interpellé sur la crise sanitaire à l'heure où l'on note une recrudescence de la pandémie. Il a souligné l'importance de rester vigilants et que pour toute décision, il s'en remet à la commission technique médicale y compris pour la réouverture des frontières et la reprise des vols d'Air Algérie.
Brahim Touchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.