Les avocats en colère    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Ces nids à problèmes    L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Mostaganem : La police met en échec une tentative d'émigration clandestine    Les écueils d'une rentrée inédite    Jijel : La barre des 1000 contaminés dépassée    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Fantasme électronique !    Table ronde sur le droit et l'accès à l'information    1er Festival du tourisme rural, la forêt de Aïn-Sedjra à l'honneur    «Pour que la nature soit toujours plus belle»    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    La révolte des robes noires    Zeghmati, le certificat de nationalité, le casier judiciaire et le bon sens    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    ANSEJ: large mouvement au niveau des directions d'annexes    Les effets négatifs du stress sur votre apparence    Ain Bessem: Une femme blessée dans un incendie    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    RC Relizane: Aucun projet sportif à l'horizon    GC Mascara: Vers le retour du président Bouchentouf    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    L'avis des experts    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Après plusieurs mois de fermeture : Le musée des Beaux-arts d'Alger rouvre ses portes    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique
BNA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2020

La Banque nationale d'Algérie (BNA) a lancé officiellement, mardi, son activité de finance islamique à travers la commercialisation de produits répondant à la Charia, sous la supervision du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, et du ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane.
Intervenant à l'occasion, M. Djerad a souligné que l'activité de finance islamique sera généralisée à travers l'ensemble du territoire national, afin de faire profiter toutes les wilayas de ce type de produits bancaires, ajoutant que l'Algérie accuse un retard dans ce domaine. L'application de la finance islamique s'inscrit dans le cadre des orientations du gouvernement visant à développer le système financier et à diversifier ses produits et services, a-t-il soutenu, précisant que ce nouveau système sera désormais appliqué et généralisé graduellement, en adoptant des méthodes scientifiques et précises dans le cadre des principes de la Charia, et ce, dans le but de gagner la confiance du citoyen. «Nous pouvons tirer profit de l'expérience des pays musulmans pionniers dans ce domaine», a soutenu le Premier ministre. Il a préconisé, dans ce sens, de former les cadres dans les règles et techniques de la finance islamique, incitant les banques à s'ouvrir aux clients et à leur fournir les informations et explications nécessaires sur l'activité de finance islamique et les modalités d'accès à ses produits. Dans ce contexte, il a souligné l'importance de moderniser et de numériser le système bancaire pour remédier au problème de liquidités et gagner la confiance du citoyen, afin de l'encourager à utiliser les cartes bancaires pour les retraits.
Après avoir donné des informations exhaustives sur l'activité de finance islamique au Premier ministre, le président-directeur général de la BNA, Miloud Ferhati, a annoncé le lancement, prévu fin septembre prochain, de l'activité de finance islamique, à travers 32 agences de la BNA dans le pays. Quant à la formation des cadres dans le domaine de la finance islamique, M. Farhati a fait savoir qu'à ce jour, 130 cadres ont été formés afin de leur permettre d'exercer dans cette activité. La BNA avait proposé diverses formes d'épargne et de financement conformes à la Charia, lesquelles ont été approuvées par l'Autorité charaïque nationale de la fatwa pour l'industrie de la finance islamique.
Concernant la nature de l'activité de finance islamique, Kamel Bouzidi, membre du Haut Conseil islamique (HCI) et membre du l'Autorité charaïque nationale de la fatwa pour l'industrie de la finance islamique, chargé de la supervision des activités de finance islamique, a précisé à l'APS que la finance islamique se base, dans son activité, sur la vente, le crédit-bail ou la Mourabaha et qu'elle ne prête pas d'argent.
Neuf produits sont proposés: Ijara Tamlikia, Ijara matériels, Mourabaha automobile, Mourabaha équipement, compte épargne islamique «jeunes», compte chèque islamique, compte courant islamique, Mourabaha immobilier et compte épargne islamique, a-t-il énuméré. Quatre de ces produits sont des produits d'épargne (pour mobiliser les ressources des banques) et cinq autres sont destinés à financer divers projets, a-t-il précisé.
Le premier objectif du recours à la finance islamique est de garantir la circulation de l'argent «halal» et de gagner la confiance des clients en vue d'épargner leur argent au sein des banques, afin de financer divers projets, a-t-il soutenu. Il a, en outre, expliqué que les banques opérant dans l'activité de la finance islamique ne prélevaient pas d'intérêts pour les services fournis, mais plutôt elles perçoivent un certain pourcentage des bénéfices générés des opérations de vente, d'achat, de location et de Mourabaha qu'elles effectuent au profit de leurs clients, soulignant que ce type de banques n'accorde pas de crédits avec intérêts, à l'instar des banques classiques.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.