PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout
Opéra
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 08 - 2020

«Je n'ai jamais abusé de personne.» Mis en cause en 2019 aux Etats-Unis pour harcèlement sexuel, contaminé à la Covid-19 mais rétabli, le célébrissime chanteur d'opéra espagnol, Placido Domingo, a «retrouvé sa voix», tant pour démentir de nouveau ses accusatrices que pour reprendre ses récitals. «J'ai changé. Je n'ai plus peur. Quand j'ai appris que j'avais la Covid, je me suis promis que si je m'en sortais vivant, je me battrais pour laver mon nom. Je n'ai jamais abusé de personne, je le répéterai tant que je vivrai», a affirmé la superstar dans une interview exclusive publiée jeudi par le quotidien italien La Repubblica. Placido Domingo, 79 ans, avait annoncé en mars depuis son refuge d'Acapulco (Mexique) avoir été testé positif au coronavirus, puis avait été hospitalisé. «Retrouver ma voix a été un miracle (...) Il y a deux ou trois mois, je n'étais pas sûr de pouvoir à nouveau chanter», explique-t-il.

C'est la vie !
«La seule chose qui m'inquiète maintenant est de quitter mon refuge à Acapulco, d'où je n'ai pas bougé depuis des mois», raconte le chanteur, confiant que le confinement avec sa famille avait été «un moment extraordinaire». «Il est maintenant temps de revenir à la normale.» Mais «nos vies ont changé. Et comme vous le savez, c'est encore plus difficile pour moi en raison des accusations contre moi».
Ces accusations «ont déstabilisé ma famille et moi-même» et «m'ont fait plus de mal que le virus. Il ne me reste plus qu'à prendre note du fait que, pour l'instant, je ne pourrai pas chanter dans certaines parties du monde, comme les Etats-Unis et l'Espagne, mon pays. Et certainement pas à cause d'un choix fait par le public, qui m'envoie constamment des messages de solidarité (...) Mais que faire? C'est la vie !» Placido Domingo a été accusé, courant 2019, dans la presse américaine, d'avoir harcelé sexuellement une vingtaine de femmes aux Etats-Unis. Ce qui l'a contraint à abandonner son poste de directeur de l'Opéra de Los Angeles et à annuler toutes ses représentations outre-Atlantique, mettant fin de facto à sa carrière en Amérique du Nord.

Ni forcing ni chantage
Placido Domingo, qui a enregistré une centaine d'albums, s'est ainsi retrouvé rattrapé par le mouvement îMeToo, né dans la foulée des accusations contre le producteur de cinéma Harvey Weinstein en octobre 2017. Il avait d'abord rejeté ces accusations, puis «demandé pardon» pour les «souffrances causées», après une enquête de l'AGMA (principal syndicat des chanteurs lyriques aux Etats-Unis) concluant à un «comportement inapproprié», avant finalement de revenir sur ses excuses. Il avait fait ensuite un don de 500 000 dollars aux bonnes œuvres de l'AGMA, qui avait alors mis fin à toutes les accusations contre lui.
Le ténor doit faire jeudi sa première apparition publique à Salzbourg (Autriche), où il recevra un prix pour sa carrière, puis il donnera une série de récitals en Italie la seconde quinzaine d'août. «Si je regarde en arrière, je ne vois aucune situation où mon comportement aurait pu laisser des blessures ouvertes (...) Je n'ai jamais fait de forcing ou de chantage. Tous ceux qui me connaissent savent que le mot ‘‘abus'' ne fait pas partie de mon vocabulaire», ajoute M. Domingo, dénonçant un «processus médiatique imparable» contre lui.

En colère
Pourquoi avoir gardé le silence ? «Cela m'a semblé juste par respect et par esprit de coopération avec les deux enquêtes en cours (de l'AGMA et de l'Opéra de Los Angeles). J'ai essayé de dissiper le malentendu par une déclaration deux jours plus tard, mais mes paroles sont tombées dans l'oreille d'un sourd.» «J'ai toujours déclaré ne rien à voir avec tout ça, parfois avec de brèves déclarations mal comprises et considérées comme des aveux de culpabilité. C'est une situation terrible», a-t-il jugé, se disant «en colère» et «déprimé».
«Vous (les journalistes, ndlr) parlez de moi comme si j'avais été jugé par un tribunal sur des accusations précises, mais ce n'est pas le cas. Cette ambiguïté est inacceptable.» «Inquiet» de «la propagation de la Covid» à travers le monde, «un danger pour l'art», le chanteur entend désormais «vivre sereinement». «Je sais qu'à un moment donné je devrai renoncer au chant, parce que l'opéra exige des efforts, du dévouement, de l'étude. Mais pas la musique, je ne l'abandonnerai pas.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.