Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    La fille des Aurès    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Incompréhension et réserves de la communauté universitaire
Master et doctorat sans conditions
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 08 - 2020

La perspective d'ouvrir la formation du master et du doctorat à l'ensemble des étudiants suscite autant d'interrogations que d'incompréhensions. Evoquée en Conseil des ministres, la disposition est jugée irréalisable par le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes). Les organisations estudiantines attendent d'en savoir plus sur les modalités d'application, mais considèrent, d'ores et déjà, l'enseignement à distance comme une utopie.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Jusque-là soumis à conditions et à un concours, l'accès au master et au doctorat pourrait être ouvert à tous les étudiants y formulant le souhait. La proposition a été émise en Conseil des ministres au cours duquel le chef de l'Etat a affirmé qu'il était « nécessaire d'ouvrir la formation pour le master et le doctorat à tous les étudiants qui le souhaitent, sans sélection préalable, notamment en recourant à l'enseignement à distance qui peut être une formule appropriée, à condition qu'elle soit soutenue par les moyens technologiques et satellitaires nationaux». Une annonce qui a laissé perplexe la famille universitaire. Du côté du Conseil national des enseignants du supérieur, c'est l'incompréhension totale. Malek Azzi, son coordonnateur national, affirmait, hier lundi, n'avoir pas encore cerné les tenants et les aboutissants de cette décision, expliquant que « c'est insensé de vouloir ouvrir le doctorat à tous les étudiants. Cela peut être plus ou moins compréhensible pour le master, mais tout le monde ne peut pas accéder au doctorat ». Les raisons ? La première, dit-il, réside dans la difficulté d'encadrer puisque, actuellement déjà, beaucoup d'universités souffrent d'un déficit en encadreurs.
Les organisations estudiantines ne semblent pas non plus comprendre le pourquoi d'une telle décision. L'organisation des étudiants libres estimait, hier, que compter sur l'enseignement à distance pour les futurs doctorants relève de l'utopie, affirmant que les moyens sont loin d'être réunis pour la mise en œuvre d'un tel projet qui semble s'inscrire dans le cadre de ce que le président de la République a qualifié de « réformes structurelles profondes du secteur ». Le ministre du secteur a été instruit d'engager à « brève échéance », et dans la concertation la plus large possible, la réflexion qui doit prendre en compte l'impératif de « raccorder l'université à l'économie réelle , avec la possibilité de prestation effective en faveur de ses différents segments ».
L'accent devra être mis sur « le besoin de leur autonomisation et de leur ouverture sur le monde qui leur permettraient de développer des échanges d'enseignants et d'étudiants, dans le cadre d'opérations de jumelage avec leurs homologues étrangères et de coopérations mutuellement bénéfiques ». Cette approche ne doit pas exclure le système des œuvres universitaires, à travers la rationalisation des dépenses et l'amélioration des prestations fournies aux étudiants, allant du système d'hébergement à celui du transport qui doit faire l'objet de révision en envisageant de nouvelles solutions qui évitent les situations de monopole et favorisent le jeu de la concurrence ».
Concernant la rentrée universitaire, il est question de séparer les mesures d'achèvement de l'année universitaire 2019-2020 de celles qui concernent la rentrée 2020-2021 et d'en débattre lors du prochain Conseil du gouvernement, avant d'adopter le programme retenu par le prochain Conseil des ministres et d'adopter les mesures devant permettre d'étaler dans le temps le retour aux cours en tenant compte des impératifs liés à la situation épidémiologique.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.