Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La délivrance !
Ouverture des plages, restaurants et espaces de loisirs
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 08 - 2020

S'attabler à une terrasse de café, dîner au restaurant, faire trempette dans une mer azurée, s'asseoir sur le banc d'un jardin public... des gestes presque oubliés dans un monde éprouvé par la pandémie de coronavirus. Après cinq mois de fermeture, ces espaces s'ouvrent enfin aux Algériens à partir de ce samedi 15 août. Une nouvelle accueillie avec soulagement par les citoyens.
Le compte à rebours s'est déclenché depuis quelques jours. L'attente a été très longue. Les semaines s'égrenaient l'une après l'autre avec une épée de Damoclès sur la tête : interdiction de se baigner, de s'attabler aux terrasses des glaciers et de faire des balades dans les forêts.
Et puis la bonne nouvelle est tombée. Dès aujourd'hui, certains loisirs sont permis, dans le strict respect de la distanciation physique et des règles d'hygiène, afin d'éviter un rebond des contaminations. Après des mois de frustration, les Algériens s'apprêtent à renouer avec les plaisirs de l'été comme les randonnées, les baignades, les pique-niques, les sorties au restaurant...
Comme une délivrance
Hassen, 41 ans, a applaudi des deux mains la décision des pouvoirs publics d'ouvrir l'accès aux plages. « C'est comme une délivrance ! Il était temps de recommencer à vivre un peu », s'exclame-t-il. « Je suis en congé depuis début août. Cela fait quinze jours que je tourne comme un lion en cage, dans mon petit appartement avec ma femme et mes trois enfants.
Depuis la fermeture des lieux de loisirs, nous n'avions plus d'endroit où aller. Habituellement, nous profitons des plaisirs de la mer tout l'été. Ce maudit virus a mis nos vies à l'envers. Les plages ouvrent ce samedi, une bonne nouvelle. Je vais enfin pouvoir nager, faire des châteaux de sable avec mes enfants et profiter des bienfaits de la mer en famille avant la rentrée.»
L'été, synonyme de vacances, farniente, sorties, détente a été complétement chamboulé cette année. Les Sablettes, espace qui accueillait bon nombre de visiteurs, a été déserté depuis mars dernier. Cette promenade qui longe la mer s'apprête, dès aujourd'hui, à renouer avec les longues balades, les joggings, les pique-niques et les jeux d'enfants. Samir, 25 ans, habite à Bab-Ezzouar.
Avant le confinement, il se rendait trois fois par semaine sur cette esplanade pour courir. «C'est l'endroit idéal pour faire de l'exercice tout en respirant un bon bol d'air frais», confie-t-il. «Je vais enfin pouvoir reprendre mes entraînements tôt le matin avec mon groupe d'amis. Ça n'a l'air de rien mais depuis la fermeture des salles de sport et des espaces pour joggeurs, beaucoup de gens ont sombré dans la déprime», ajoute-t-il.
Petit tour au parc
Malika, 71 ans, se réjouit de l'ouverture des jardins publics. Une sortie quotidienne dans le parc de son quartier qui lui a beaucoup manquée. « Depuis des mois, je suis confinée à la maison mais là je vais enfin reprendre mes anciennes habitudes», dit-elle. «M'asseoir sur un banc au parc Mont-Riant et retrouver les voisines de mon âge, échanger des banalités et surtout m'extraire de la chaleur de mon appartement en ces journées caniculaires me remplit d'espoir.»
D'autres s'impatientent de profiter des sorties au restaurant et au café. Feriel a vécu le confinement comme un emprisonnement. «Je vais enfin pouvoir m'attabler à une terrasse avec mes amis, partager un repas ensemble ou juste siroter un café. Un plaisir simple, dont on a été privé à cause de l'épidémie de coronavirus.
Certes, j'ai beaucoup échangé avec mes amis via les réseaux sociaux mais rien ne remplace le contact direct dans la vraie vie, avec le respect des consignes sanitaires imposées par cette crise, bien évidemment.
J'attends impatiemment de passer une journée à la plage. La date du 15 août sonne comme une délivrance pour moi», assure-t-elle.
Oui, mais...
Respirer, renouer avec les distractions et profiter un peu de ce qu'il reste de l'été avant la rentrée sociale est dans l'esprit de tous les citoyens mais certains y mettent un bémol. «Je vais d'abord observer si les règles sanitaires sont respectées à la lettre avant de me précipiter la tête la première», observe Mourad, 49 ans. «Bien sûr, comme tout le monde, je suis tenté par un bon restaurant, ou une journée à la plage en famille ou entre amis. Toutefois, je n'oublie pas que le virus circule toujours et qu'il faut demeurer extrêmement vigilant en l'absence de vaccin. S'il faut sacrifier l'été 2020, en demeurant confiné jusqu'à la fin, je le ferai car la santé n'a pas de prix.»
Dur, dur le confinement !
La fermeture des lieux de distraction et de loisirs a impacté le moral de bon nombre de citoyens. C'est le cas de Salima (34 ans). «Avec des enfants en bas âge, il n'y a rien à faire durant l'été, hormis aller à la plage ou à la piscine. Nous partons une semaine à Azzefoune. Ma belle-sœur possède une maison en bord de mer. Je crois que nous allons bien nous rattraper en profitant de la plage tous les jours.» Avec le déconfinement progressif et la réouverture des plages et des espaces de loisirs, les Algériens s'apprêtent à mettre les bouchées doubles. Privés de vacances à l'étranger à cause de la fermeture des frontières, ils entendent bien profiter des plaisirs de l'été avant le retour de l'automne. Toutefois, la vigilance est de mise. Le virus court toujours et les gestes barrières sont plus que jamais nécessaires afin de se protéger.
Soraya Naili


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.